On a toujours l’âge de déserter

720 visites
Mouvement sur les retraites 2 compléments

tract distribué mardi pendant la manif sur les retraites...

Vous avez travaillé. Vous vous êtes trompés. C’est pas grave. Une seconde chance
vous est donnée. Aujourd’hui vous manifestez pour conserver votre retraite à soixante
ans. Vous ne voudriez plus travaillez. Pourtant vous avez travaillé. Vous avez attendu
que ça passe. Finalement c’est passé. Et vous avec.

Si vous approchez aujourd’hui la soixantaine, en 68 vous n’aviez pas loin de la vingtaine. Vous avez
vu, vous avez su que d’autres mondes étaient possibles que celui qui s’est édifié, avec votre
participation. Vous avez oublié, vous avez fait semblant d’oublier. Vous avez fait comme si
travailler était digne, supportable, intéressant ou simplement humain. Les générations qui vous ont
suivi ont mimé votre résignation, plus grotesquement : votre enthousiasme.

Une seconde chance vous êtes offerte. Vous savez dans votre chair que vous ne voulez plus
travailler
. Que vous n’avez finalement travaillé que sous la contrainte, et que vous vous êtes faits,
pour certains, les illusions nécessaires. Laissez vos illusions derrière vous, si vous en aviez. Il en est
temps. A soixante ans, vous n’êtes pas tout à fait tari. Le gouvernement, la domination en conçoit
une certaine terreur. Ils voudraient vous faire rempiler pour cinq ans, que vous soyez vraiment
vidés. Avant de vous lâcher dans la nature.
Les gestionnaires de la société vous redoutent. Ils craignent qu’étant encore vivants, vous désertiez.
Vous en avez les moyens. Plus que quand vous aviez vingt ans, peut-être. Vous avez les moyens de
déserter, au prix de renoncer à l’adhésion à l’ordre social qui vous a consumés. Déserter ne veut pas
dire : céder au désir larvé de tout laisser tomber et se barrer à l’autre bout du monde. Déserter veut
dire partir de la situation présente, de sa situation présente et s’extraire de la désolation capitaliste.
Il y a déjà quantité de gens qui subsistent grâce aux détournement de subventions, aux arnaques à la
CAF et à Pôle-Emploi, à la fraude, au biz’, au vol dans les supermarchés. Qui n’attendent que d’être
rejoint.

Car à l’heure où l’idée de grève générale a perdu toute consistance, déserter cette société, ou ce qu’il
en reste, est bien une des seules perspectives qui puisse nous sortir du marasme ambiant, qui puisse
nous redonner prise sur le cours des choses. Avoir prise sur le cours des choses, ça pourrait être, par
exemple, former des Comités d’Actions comme en 68. Et constater l’effet renversant de ces petits
groupes de quelques dizaines de personnes qui exécutaient leurs décisions dans la seconde même où
elles les adoptaient.

Aujourd’hui, manifester une fois toutes les deux semaines à l’appel des centrales syndicales, c’est
de facto les renforcer, elles qui ne sont plus que de petits gouvernements miniatures. Un
mouvement fort et victorieux, à quelque niveau que ce soit, ne se fera pas avec les directions
syndicales mais en dépit d’elles. Pratiquement partout, elles sont un obstacle à tout débordement.

Le débordement, ce n’est pas ce qu’il y a à craindre, c’est la seule chose qui puisse éviter une
énième défaite programmée de cet énième mouvement social.

Vous avez une dernière chance de ne pas vous trahir, de vivre, finalement. C’est celle de quitter le
navire. En un sens, c’est notre dernière chance. Un monde qui va au gouffre veut s’assurer qu’il n’y
va pas seul. Il veut nous entraîner dans sa course à l’abîme. Il est prêt à tout pour empêcher, pour
anéantir toute sécession sociale. C’est pourtant la seule aventure à hauteur de vie qui nous soit
ouverte, pour l’heure.

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 20 octobre 2010 à 15:20

    autogestion ouvrière !

    retour à une agriculture respectueuse de la terre !

    retour à un monde ou le travail n’est plus salarié(esclavagisme moderne) mais ou le travail serai considéré comme une activité car choisie et géré par soit même.

    et je citerai un extrait de texte de « la commune »(paris 1871) :
    « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple : une démocratie directe reposant sur une citoyenneté active »

  • Le 20 octobre 2010 à 13:45, par pat

    et quand tout le monde aura déserté...que préconiseriez-vous ?
    merci de votre réponse.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mouvement sur les retraites » :

>9e Anniversaire du collectif du 21 octobre

Le collectif du 21 octobre, créé suite à la répression policière des mouvements sociaux pendant tout le mois d’octobre 2010, et en particulier suite à la garde à vue géante sur la Place Bellecour du 21 octobre, vous invite à l’occasion de son 9e anniversaire de lutte pour la défense des libertés...

› Tous les articles "Mouvement sur les retraites"

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armements » :

>Le S.N.U. vu par des Lycéens

Le S.N.U.(Service National Universel) est un programme institué par le gouvernement actuel, il sera le nouveau service militaire. Ce service n’aura qu’un seul objectif, celui de militariser la jeunesse pour la rendre plus obéissante. Le gouvernement à pris cette décision sans même demander leur avis...

>11 novembre, la guerre de 1914-1918 : le creuset des totalitarismes

Les commémorations du 11 novembre 1918 occultent toujours le souvenir du carnage et préfèrent exalter le martyre des soldats en sacralisant leurs combats. Elles fabriquent le mythe de la guerre nationale, la mémoire des combats est déformée, le culte du soldat est quasi religieux et s’incarne dans les...

› Tous les articles "Guerres - Armements"