Opération « Lâchez nous la grappe ! » contre la réquisition des RMIstes pour les vendanges

2326 visites

Réquisition des RMIstes pour les vendanges : « CHEZ-NOUS LA GRAPPE ! » Rendez-vous le JEUDI 18 AOÛT à 8 h à l’ANPE de Vaise, 17 av. René Cassin, Lyon 9e, Mo ligne D - Gorge de Loup), pour commencer la journée d’action !

Convoquer massivement les RMIstes, en les menaçant de sanctions, devient une sale manie du président du Conseil Général du Rhône : cet hiver, Michel Mercier avait lancé une grande campagne de convocation des RMIstes. Il s’agissait de « reprendre contact avec les ``perdus de vue’’ », des personnes inscrites dans le dispositif RMI qui n’avaient pas de contrat d’insertion ni de référent.
La méthode choisie par le département pour rétablir « le contact » avait consisté à adresser 6 300 lettres recommandées invitant autant de RMIstes à se rendre à un entretien, faute de quoi ils seraient radiés, c’est à dire privés de toute ressource.

A cette occasion, nous avions dit à Michel Mercier ce que nous pensions de sa méthode : bêtement agressive, dangereuse socialement, inutilement coûteuse et probablement inefficace du fait même du choix du recommandé pour l’envoi de ces lettres. Ce qui s’est vérifié par la suite puisque 30 % de ces lettres n’ont pu être distribuées, obligeant le département à envoyer un second courrier ordinaire qui, lui, a bien été reçu par les destinataires.
Nous avions également alerté responsables politiques, travailleurs sociaux et autres professionnels de l’insertion sur le caractère malsain de cette démarche dont la principale caractéristique était d’assimiler les RMIstes à des fraudeurs en les menaçant systématiquement d’une radiation d’un dispositif qui leur assure un revenu (insuffisant) de remplacement et qui constitue l’ultime filet de protection contre la pauvreté absolue.
Nous avions également insisté sur le fait que, faute d’emplois ou de formations correctement rémunérés et correspondant aux libre choix des personnes concernées, la démarche de Michel Mercier ne déboucherait sur rien d’autre qu’une radiation massive de RMIstes dans notre département. Nous avions raison sur ce point puisque c’est environ 700 personnes qui ont été privées de ressources dès les mois de mai-juin 2005.
Quant aux 30 000 autres RMIstes du département du Rhône, leur situation n’a été en rien améliorée : toujours pas d’emplois corrects, pas de moyens de formation répondant aux besoins exprimés, et globalement pas de véritable solution pour reconquérir leur autonomie et échapper à la tutelle envahissante du Conseil Général et de ses « travailleurs sociaux ». Cette première vague de convocation n’a rien apporté aux RMIstes, son bilan est catastrophique du point de vue social, mais l’essentiel semble être pour Michel Mercier de continuer à agiter la menace des radiations.

JPEG - 17.7 ko

Voilà donc qu’il nous remet ça au mois d’août en faisant convoquer cette fois par l’ANPE plus de 4 500 RMIstes du Rhône pour... les envoyer ramasser le raisin dans le Beaujolais !

Là encore l’argumentation est simpliste : les RMIstes sont évidemment des feignants qu’il s’agit de secouer. Si ils n’ont pas de travail, c’est parce qu’ils ne se lèvent pas le matin et qu’ils vivent dans l’oisiveté, etc. A aucun moment on ne tient compte du fait que la disparition massive des emplois - on appelle ça le chômage - n’est pas de la responsabilité des chômeurs et encore moins de celle des RMIstes... ce serait trop simple.
On préfère donc convoquer, avec menace de radiation en cas de mauvaise volonté, et on décide de contraindre 2000 personnes à devenir des « vendangeurs forcés ».

JPEG - 38.7 ko


En agissant de cette manière Michel Mercier choisit le retour aux bonnes vieilles méthodes du STO et du Bagne pour traiter le problème social posé par 30 ans de destruction de l’emploi en France. Un peu comme si, pour régler le problème du chômage, il suffisait de punir les chômeurs (A noter que les ordonnances de Villepin s’inspirent du même principe en multipliant les dispositifs de sanctions à l’encontre des demandeurs d’emploi indemnisés)
L’idée est simple : c’est marche ou crève ! Aujourd’hui le RMIste devra faire les vendanges, que cela lui plaise ou non. Demain il arrachera l’ambroisie, après-demain il effacera les tags ou se déguisera en Père Noël devant les supermarchés, etc.
On ne lui demande plus son avis, on traite ses projets par le mépris.

Étant donné qu’il n’y a plus de travail pour tous, ceux qui ne parviennent pas à en obtenir un, parce qu’ils sont trop jeunes, trop vieux, trop diplômés, pas assez expérimentés, « éloignés de l’emploi », ou simplement exigeants sur la qualité du boulot qu’on leur demande, etc, ceux-là doiventt admettre une fois pour toutes qu’ils ne disposent plus de leur autonomie et de leurs droits de citoyens. Ils devront faire ce qu’on leur demande, quand on leur en donnera l’ordre par convocation, comme des domestiques ou comme des esclaves. Avec toujours la menace d’être contrôlés, suspendus, radiés, etc.

Voilà à quoi conduit inévitablement la politique « innovante » de Monsieur Mercier, lequel serait mieux inspiré de nous « lâcher la grappe » avec sa mascarade de ``l’insertion par les vendanges’’ qui ne donnera d’emploi à personne et n’aura pour véritable effet, une fois de plus, que de conduire encore quelques centaines de personnes à la radiation.
La politique de Michel Mercier à l’égard des RMIstes est inefficace en termes économiques, contraire au principe de solidarité placé au coeur de la Loi qui instaure le RMI, et dangereuse pour les libertés des habitants de ce pays, à commencer par la liberté de choisir son activité.

Cette politique doit être abandonnée.

Les convocations massives et les menaces de sanctions contre les RMIstes et les chômeurs sont inacceptables.

Le principe du maintien d’un revenu décent de remplacement pour toutes les formes de chômages doit devenir la référence de toute politique qui touche les chômeurs et RMIstes.

Quant-aux vendanges, elles doivent rester une activité d’appoint pour qui le souhaite et non pas devenir une occasion de revitalisation du STO.

Moyennant quoi, Michel Mercier pourra toujours aller les faire lui-même, si il veut tant faire plaisir à ses électeurs-viticulteurs du Beaujolais, au lieu de chercher à leur fournir une main-d’oeuvre docile par des procédés indignes...

P.-S.

Associations qui appellent à cette journée :

* AC ! Rhône, 37 cours de la République 69100 Villeurbanne
tél-fax. : 04.78.84.38.51 &v mail : acrhone(arobase)no-log.org
Site local & site national
Permanence le mardi de 15 h à 20 h, y compris au mois d’août.

* Collectif des privés d’emploi et précaires, 9 place Guy Moquet 69120 Vaulx en Velin
tél. : 04.37.45.09.93

* Collectif RAS (Réseau d’Action Solidaire) de la Croix Rousse
Contact : 06.66.03.21.61

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"