Pétition de 225 détenus de Corbas dénonçant leurs conditions de détention

18551 visites
4 compléments

Près de la moitié des détenus de la nouvelle prison de Corbas ont signé et diffusé dimanche une pétition contre leurs conditions de détention. Ce qui en a été relayé dans la presse (on pense à Lyon Cap’ et 20 minutes qui ironisaient sur les demandes de consoles de jeux vidéo) n’est qu’une petite partie de ce texte plus long, et qui montre bien l’étendue des problèmes dans cette prison high-tech et inhumaine. 6 personnes s’y sont suicidées ou sont mortes dans des conditions suspectes depuis le début de l’année 2011.

Nous voulons vous tenir au courant des agissements de l’administration pénitentiaire à la prison de Corbas. Nous avons certains droits, ils piétinent nos droit et font tout pour que nous restions dans nos cellules 24/24 pour certains, et pour d’autres 22/24.

1. Ils isolent un détenu aux arrivants huit jours, là où il est le plus faible moralement, nous ne pouvons pas lui venir en aide avec de simples cantines pour le dépanner. Ils refusent même de l’eau de source, ils refusent qu’il cantine aux arrivants pour qu’une fois arrivé en bâtiment il reçoive ses cantines.

2. Il n’y a aucune activité pour les détenus à Corbas. Les jeunes n’ont pas de PlayStation pour passer le temps en cellule, ils sont enfermés 23h sur 24. Comment cette administration peut refuser les PlayStation et autres effets personnels de ceux qui sont transférés à Corbas, alors qu’ils ont été autorisés à cantiner ces biens dans d’autres établissements pénitentiaires ? Vous n’êtes pas responsable des actes que nous avons commis à l’extérieur, certes. Mais vous êtes responsable de l’abus de pouvoir que vous exercez sur nous, et de ce que vous nous faites subir au jour le jour. Nous sommes privés de liberté, et non pas de vivre. Alors arrêtez de nous mettre des pressions et la trique, on a le droit à des cantines comme dans toute autre prison de la région, de France et de Navarre ! Par exemple : des PlayStation, X-box, chaînes stéréo, viennoiseries, pâtisseries et autres parce qu’il y a une sacrée liste à faire !

3. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas à Corbas, comme dans d’autres prisons de la région Rhône-Alpes, d’activités sport, "terrain" deux fois par semaine, tournois de foot, des courses 5000 mètres et 10000 mètres ? Ici, nous n’avons que la lutte et la boxe. 8 détenus sur 600 y participent, histoire que l’administration puisse dire qu’il y a des activités, et vous en avez 592 qui crèvent en cellule.

4. Venons-en aux cantines, infectes. Ils nous vendent des produits à prix fort pour de la sous-marque comme Grand Jury. Et se couvrent avec des marques "MD", ce qui veut dire "marque différente", mais nous n’avons jamais reçu de marques différentes. Pour les cantines exceptionnelles, ils se foutent de nous, ils nous les ramènent jamais. Cette prison vous met à la diète. Pas de pâtisserie, pas de brioche ... Dans une réunion, nous avons posé la question de savoir pourquoi nous n’avons pas de pâtisserie ou de brioche en cantine. La réponse de M., responsable pénitentiaire : vous avez le temps en cellule de vous faire des gâteaux, il y a des recettes dans le journal pénitentiaire. Nous lui répondons que nous sommes pour certains trafiquants, braqueurs, voleurs. Et non pas des pâtissiers de métier, d’autant plus qu’il n’y a aucun ingrédient en cantine à part farine et sucre vanillé. Ses réponses qu’elle les garde.

5. Aujourd’hui, mercredi 3 août 2011, nouveau suicide à la maison d’arrêt de Corbas. Monsieur C., secrétaire local du syndicat UFAP-UNSA va auprès des médias dire qu’il regrette que les effectifs ne permettent pas « de faire de l’observation avec les détenus, de discuter avec eux pour déceler d’éventuels problèmes ». Nous répondons aux conneries de Monsieur C. : d’une, du personnel il y en a assez. Minable, une personne qui va demander du personnel en plus sur le chagrin des familles qui perdent un fils. D’autre part, le détenu Fabrice D., le dernier suicidé, a eu des problèmes et pressions par certains détenus. Il avait sollicité d’aller à l’isolement ou au quartier arrivants à son chef de bâtiment ! La réponse était « je n’ai pas le temps on verra demain », le soir même il se donnait la mort. Ces gens dorment bien, même s’ils savent que cela aurait pu être évité par ce chef qui est resté sourd !

225 détenus de Corbas.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 17 mars 2012 à 17:33, par suicide famille

    Fabrice D a été suivi par Jeremy M fin novembre....
    Pressions, maltraitances, appels au secours ignorés par les surveillants.
    Une culture du suicide. Dans cette maison d’arret on apprend même la bonne méthode pour se suicider. 2011 7/8 suicides. Vies perdues, familles endeuillées.

    Evidemment les braves gens vont ironiser - des playstations ! et quoi encore

    Les détenus perdent tout sens de la réalité, coupé du monde, coupé de lumière de liberté, de normalité on se met à douter de tout.
    Encellulement individuel ou non, on bourre les jeunes de médicaments (et on les surveille pas alors que les médicaments peuvent accentuer les idées suicidaires)
    La peine de mort, le meutre ........ou le suicide. Quelle gâchis et quelle manque d’humanité.

  • Le 11 septembre 2011 à 21:01, par un modère

    @behemothe : non, on n’empêche pas la diffusion sur fesse de bouc, d’ailleurs y’a un flux des articles publiés sur Rebellyon : http://www.facebook.com/rebellyon.info

    Le lien vers la pétition que tu veux relayer est paru le 6 septembre à 14 h. Ca doit te permettre de relayer le texte de cette pétition (après je ne sais pas du tout comment marche fesse bouc), qui a eu peu d’échos finalement en dehors des interviews de Metaxas. Y’a aussi l’entretien avec le gars de l’OIP sur le sujet qui est intéressante. Merci de ton aide !

  • Le 11 septembre 2011 à 18:18, par behemothe

    j’ai essayé de diffuser votre info sur fesse de bouc et bien les liens suppriment automatiquement le titre et le résumé. Je les ai donc mis en commentaire et alors là suppression aussi automatique. IL semble que ce site soit sur liste rouge sur fesse de bouc. Au lieu de faire des copier/coller, j’ai mis une explication personnelle et là ça semble vouloir rester.
    Avez vous une exclusivité sur vos annonces ?

  • Le 9 septembre 2011 à 15:10, par Alain Cangina

    Pas l’intermédiare de notre président (ancien de Corbas) et à propos de cette pétition, notre association est intervenu au journal Rhône Alpes du dimanche soir, avons réagi aux propos du directeur de Corbas sur Lyon 1re et bénéficié d’un article conséquent dans l’humanité du mercredi 7.
    Nous vous proposons cette information :
    L’association renaitre-PJ2R (pour une justice résiliente et réconciliante) - http://renaitre.wifeo.com/ - est une association dont la particularité est d’avoir son conseil d’administration exclusivement composé de personnes ayant connue la détention. les autres membres viennent d’horizons divers.
    Les objectifs de l’association sont les suivants :
    - dénoncer les systèmes judiciaire et pénitentiaire, à la fois alimentant et pris dans une politique sécuritaire remettant en cause république et démocratie, qui sont aberrants et indignes d’un société dite moderne, où le sens même de la peine disparait et fabriquent la récidive. Pour ce faire l’association s’appuie sur des témoignages réels de personnes incarcérées (qu’elle publie sur son site) et les analyses sérieuses qui surgissent ça et là et bien sûr sur le vécu et l’expérience de ses administrateurs.
    Dénoncer ne suffit pas. 
    Aussi nous nous proposons de sensibiliser l’opinion publique afin qu’elle soit réellement informée de l’indignité des lieux d’enfermement (la vétusté de certains, n’étant que le symbole de l’inhumanité de la prison) et qu’elle comprenne l’absurdité de l’exclusion. Les personnes qualifiées de délinquante ne sont pas une engeance à part, mais bien monsieur et madame tout le monde. Le premier pas vers l’inclusion est de reconnaître sa propre part d’ombre afin de ne pas stigmatiser une catégorie artificielle qui divise la collectivité dans une pratique de bouc émissaire.
    De proposer ensuite des refontes du corpus judiciaire afin de respecter le code pénal quant à l’individualisation de la peine et au sens de celle-ci. De défendre les peines alternatives. Il faut savoir que si la loi dite pénitentiaire de novembre 2009 était respectée, les peines de moins de 24 mois seraient des peines alternatives et 80% de la population carcérale actuelle serait hors les murs.
    De proposer une autre politique d’enfermement avec un véritable suivi et bien sûr une forte activité côté réinsertion, qui n’existe aujourd’hui que dans les discours, où respect de l’identité et de l’intégrité de personnes serait l’ossature .
    Enfin d’œuvrer afin qu’il existe un processus de rencontres entre auteurs réels et victimes pour permettre une vraie résilience des 2 côtés.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info