Site collaboratif d’infos alternatives

Retour sur la mort des compagnons Sole et Baleno et sur la lutte en Val Suza

No Tav

Le 28 mars 1998 mourait Edoardo Massari dans la prison des Vallette. Baleno, comme l’appelaient ses amis , était retrouvé pendu au lit de sa cellule. L’anarchiste, le poseur de bombes, le voleur, le « terroriste » s’en est allé, vivant dans le feu d’une existence hors-la-loi. L’Etat pensait alors avoir éteint avec un cercueil l’étincelle de la révolte que Baleno attisera pourtant à jamais dans le cœur de ceux qui luttent.
Edoardo avait été arrêté chez lui le 5 mars, pris à l’aube avec son ami Silvano et sa compagne Sole (Soledad Rosas) par la police de Turin. Tous trois ont été accusés de faire partie d’une fantomatique association subversive.
Quelques mois après la mort de Baleno, Sole a décidé de le suivre. Le 11 juillet au matin, elle s’est ôtée la vie en se pendant dans les WC de la communauté dans laquelle elle était en résidence surveillée : elle avait 24 ans.

Les juges turinois Laudi et Tatangelo, avec les pontes du commissariat,avaient décidé d’attribuer aux anarchistes la responsabilité desnombreux sabotages survenus en Val Susa contre le projet d’un trainà grande vitesse (TAV). Ils avaient décidé de faire carrière, de devenircélèbres. Ils avaient décidé d’assassiner Edoardo et Sole.La capture des trois anarchistes a déclenché une salve d’applaudissements.Tous –des politiciens aux industriels, des journalistes auxspéculateurs– avaient intérêt à trouver des responsables (peu importequ’ils soient vrais ou présumés) aux attaques survenues en ValSusa. Les premiers pas de ce qui, des années plus tard, allait devenirla lutte emblématique contre les nuisances imposées par le progrès,le « David contre Goliath » qui inspirera tant de mouvements danstoute l’Italie, devaient être tués dans l’oeuf. L’hostilité des habitantsde la vallée ne pouvant être achetée, il fallait au moins la priverd’une partie des armes auxquelles elle aurait pu avoir recours. Enparticulier, d’une des pratiques les plus craintes par les puissants etconstituant depuis toujours le patrimoine des exclus : le sabotage.

Nier, y compris face à l’évidence, que les actions accomplies en ValSusa aient été l’expression d’un mépris collectif face à l’énième abusde pouvoir ; taire le fait évident que les sabotages aient été le fruitde mains et d’esprits différents, pas forcément « politisés » ; enfermerl’affrontement et le mal-être diffus au sein d’une guerre « privée » :d’un côté l’Etat, les entrepreneurs, les financiers du TAV, et del’autre, les anarchistes. La population locale ? Ceux qui subirontdirectement les conséquences du train ? Hors-jeu.Le piège tendu par les enquêteurs a fonctionné et l’attention générale–y compris celle des mouvements « antagonistes »– s’est déplacéedu Val Susa aux rues de Turin. Immédiatement après les arrestations,une grande « campagne de solidarité » en faveur des trois anarchistesaccusés a démarré à Turin. Une mobilisation qui a réussi à faire descendredans la rue des centaines de manifestants. Dans d’autres villesd’Italie, les initiatives n’ont pas manqué : des manifs improvisées auxrassemblements, des blocages de rue aux actions de perturbation, etjusqu’aux sabotages de différentes structures de dévastation et d’oppression.Ce furent des jours d’intense activité, suivis de dizaines deplaintes, vérifications d’identité et perquisitions.Les contrôles de police se sont resserrés sur chaque anarchiste, surles amis des trois arrêtés et sur leurs familles. Les organes de presse–des plus conservateurs aux plus progressistes– se sont déchaînésen une meute visant à isoler totalement aussi bien les trois subversifsincarcérés que toute personne qui se solidarisait avec eux. Lesanarchistes étaient présentés –en fonction de la « couleur » du journaliste–comme des êtres sanguinaires, des fous, des provocateurs, ouplus simplement comme des inadaptés sociaux. C’est à ce moment-làqu’a été créée la catégorie sociologique du « squatteur » : terroristeou paria.

Les positions des anarchistes, et en particulier celle d’Edoardo, ontété mystifiées ou tues, au point même d’être effacées de la scène : lespectacle médiatique triomphait. Les idées, ces mêmes idées au nomdesquelles « les trois » étaient arrêtés, pour lesquelles Edo et Solemourront, ne réussissaient pas à émerger, étaient complètementétouffées par un croassement de corbeaux qui –de part et d’autrede la barricade– concourrait à vouloir faire oublier les événementsdéclencheurs de ces jours-là : c’est-à-dire les attaques contre le projetdu TAV, c’est-à-dire le fait que l’Etat commençait à craindre unehostilité qui, dépassant pour une fois les illusions du dialogue et dudissensus en paroles, passait à la pratique.Oui, l’Etat avait peur… après tout ce temps. Il avait peur des mainsinconnues : des mains avec des piolets, avec des allumettes, avec dela poudre noire. Des mains qui remettaient en lumière non pas unesimple opposition, une révolte individuelle, un acte symbolique, mais,et c’est bien plus important, qui redécouvraient l’espoir de pouvoirchanger, de pouvoir reprendre le destin de sa propre existence, desentir à nouveau –en chacun– le sens d’une justice dont ce mondeest privé depuis toujours.Parce qu’ils sont plus d’un à vouloir défendre leur terre et leurs affects ; parce que beaucoup désirent vivre dignement et ne pas mourirempoisonnés et détruits par une poignée d’affairistes – de la politique,de l’entreprise et de l’industrie. Parce que beaucoup d’hommeset de femmes ressentent le désir de vivre enfin libres… libre commel’a été Baleno jusqu’au bout.
Dix années ont passé depuis ce 28 mars où Baleno a été suicidé.Pourtant, ces luttes et ces pratiques –comme celles des compagnonsmorts avant et après lui– continuent de vivre dans les batailles deceux qui incendient le monde. Les Tatangelo et Laudi (juges), lesGenco (journalistes), les Petronzi (flics), ont assassiné Edo et Solemais ne sont pas parvenus à endiguer leurs idées, nos idées. Balenoparlait et écrivait librement et –malgré la répression toujours plusacharnée– les anarchistes continuent de parler et d’écrire ; Balenooccupait des maisons vides pour se moquer de leur vie, et il y a toujoursbeaucoup de personnes qui, se foutant de la propriété, décidentd’arracher à la spéculation un toit par leurs propres moyens ; Balenoa été arrêté (à Ivrea en 1993) parce qu’il construisait un enginexplosif, et il y a encore beaucoup d’esprits et de coeurs courageuxqui aiment s’adonner à la pratique méritoire de la destruction etde l’attaque contre les ouvrages du pouvoir. Baleno détestait le progrès technologique, le bétonnage des montagnes, la séparationde la vie dans des rôles préconçus et l’aliénation progressive danslaquelle l’être humain se précipite. Un être humain civilisé, moderne,auquel on a arraché toute autonomie, tout savoir et tout rapport deréciprocité. Aujourd’hui, la tension et l’obstination d’Edoardo –quil’ont conduit à cultiver les montagnes aussi bien qu’à construiredes machines à laver à pédales– sont partagées par de nombreuxindividus qui cherchent encore, malgré l’idéologie dévastatrice de laconsommation, à recréer des rapports réels, à inventer, à reconquérircette autonomie que l’industrie de la marchandise nous a ôté, nousabandonnant seuls dans un océan de gens, nous abandonnant seulsparmi une montagne d’objets.Enfin, Edoardo Massari détestait et combattait la guerre, les frontières,les patries. Face aux massacres perpétrés aujourd’hui partoutdans le monde, face à une idéologie patriotarde renaissante, face aumythe des bons Italiens qui exportent la démocratie, nous devrionstous nous rappeler d’un petit geste accompli par Baleno il y a tantd’années… Il n’avait pas de drapeau, ne saluait pas la bannière tricolore…mais se torchait le cul avec – et pas de façon métaphorique.Pour toutes ces raisons, après toutes ces années, nous continuons derevendiquer notre complicité avec ces compagnons disparus – qu’ilsaient été coupables ou innocents. Nous sommes encore là pour répéterqu’Edo et Sole continueront à vivre dans nos luttes, dans nosidées et… que nous n’avons pas oublié leurs assassins.

La Vie en un éclair

Baleno a été à nos côtés lors des nombreuses initiatives qui ont marquéle parcours de la pensée et de l’action anarchiste à partir de lafin des années 80, et pas uniquement dans le Canavese où il habitait.Il s’agit de déplacements fréquents d’un lieu à l’autre pendant desannées, entre manifestations, occupations, mobilisations antimilitaristeset contre les dévastations de l’environnement, d’initiatives desolidarité contre la répression et de critique de la prison, de réunionset d’actions contre les diverses tentacules de l’Autorité et du Capital.Nous nous sommes rencontrés dans les charges policières lors dela manifestation contre l’ACNA à Savona en 1989, et puis encoreà l’ex-Ilsa de Pont St. Martin, un centre social du Val d’Aoste, premièreoccupation d’une longue série.En avril 1991 dans le Canavese, la piscine de Caluso est occupée :il y avait aussi Baleno parmi les occupants, au milieu de beaucoupd’autres personnes du coin qui trouvaient là pour la première foisl’occasion de s’exprimer et de se confronter librement dans un lieulibéré. Cette année-là, des occupations, des expulsions auxquellesrésister ainsi que des initiatives en solidarité avec les insoumis auservice militaire se sont succédées dans de nombreuses villes et villages.Toutes ont vu la présence de Baleno avec ses balenate parfoisgéniales et parfois lourdes, avec ses exhortations permanentes à faireplus : « … ben quoi, t’as peur… ».En décembre de cette même année, quelques occupants de la Piscinaet plusieurs personnes solidaires venues d’autres régions se sont mobiliséesen vue de l’expulsion imminente : une quarantaine d’entreelles a occupé la mairie de Caluso, dont Baleno. En janvier 92, lapiscine est expulsée par des carabiniers venus en force.Entre janvier et avril 93, deux autres occupations seront tentées dansle Canavese. Les maires et les carabiniers interviendront quelquesheures après et en chasseront les occupants.Le procès suite à l’occupation de la Piscina se termine par unecondamnation sans précédent dans le Piémont pour un délit de cegenre : 7 mois de prison pour tous les accusés. Quelques jours plustard, quelques individus parmi lesquels Baleno s’enchaîneront àune estrade lors d’un rassemblement public présidé par le maired’Ivrea.
Le 19 juin 93, Baleno est arrêté à Ivrea. Il était allé faire soigner àl’hôpital une légère blessure qu’il s’était faite en s’adonnant à desexpériences de chimie anarchiste dans son atelier de réparation devélos. Une fois à l’hôpital, les carabiniers ont perquisitionné l’atelieret trouvé 46 grammes de poudre noire : c’est ainsi qu’a commencé latentative de montage judiciaire contre lui. Non contents de l’enfermeren préventive pendant 7 mois (jusqu’au procès de janvier 94),puis de lui infliger un an de prison le 31 mars 95, ils tenteront en vainde l’incriminer avec d’autres anarchistes pour « bande armée ».Parmi les nombreux rassemblements et initiatives de solidarité danstoute la péninsule, une manifestation s’est déroulée à Ivrea le 22 décembre93. Elle a démarré tranquillement mais, quelques centainesde mètres plus loin, le préfet a donné l’ordre aux manifestants deranger les drapeaux noirs et de ne plus jeter de pétards : les participantsont refusé d’obéir et il a ordonné la charge. Les forces del’ordre ont eu le dessous, et huit flics seront hospitalisés. L’un d’euxrestera à terre, gravement blessé. C’est ainsi que la manifestation aréussi à aller de l’avant puis s’est terminée sans autre incident.Sorti de prison, Baleno a repris ses activités habituelles et son attentions’est portée sur la défense du territoire montagnard, de sesespaces de liberté, de sa nature relativement non contaminée par lestentacules de la société industrielle. Tous les regards se sont tournésvers le Val Susa, où l’hostilité contre la dévastation du futur train àgrande vitesse (TAV) appelait les ennemis de l’autorité à se rendresur place.


Enquête judiciaire et mobilisations

Les arrestations
Le 5 mars 1998, trois anarchistes (Silvano Pelissero, Edoardo Massari et Maria Soledad Rosas) qui vivaient ensemble dans la maison occupée de Collegno (Turin) sont arrêtés sur mandat des procureurs Maurizio Laudi et Marcello Tatangelo Le soir même à Turin, les flics et les carabiniers expulsent L’Asilo Occupato et l’Alcova Occupata. Ils détruisent tout, brisent les fenêtres, les salles de bain et tout ce qui leur tombe sous la main. Les trois anarchistes sont placés à l’isolement sans qu’il leur soit communiqué la gravité de l’accusation : « association subversive à finalité terroriste ». Le 7 mars, le juge pour les enquêtes préliminaires, Fabrizia Pironti, confirme l’arrestation et l’accusation. Depuis le début, les enquêtes partent du présupposé que les coupables sont les trois anarchistes et qu’il est donc juste nécessaire de trouver des preuves contre eux. Malgré l’usage immodéré de micros, de caméras et de perquisitions fréquentes, aucun élément accablant n’est pourtant retrouvé. Les juges continuent tout de même la procédure, surtout « grâce » au soutien médiatique.

Le rôle des mass-média
Le travail des journalistes se révélera décisif pour discréditer et calomnier les trois arrêtés. La presse et la télévision commencent une campagne visant à alimenter la peur des anarchistes et à construire un procès médiatique dans lequel « la condamnation est déjà écrite ». Jusqu’au 7 mars, des quotidiens turinois sortent avec des titres étourdissants : « Blitz contre les éco-terroristes », « Les Loups gris attrapés dans les centres sociaux », « Longue enquête à l’aide d’un infiltré, des bombes et des mèches mises sous scellé », « Squatteurs anarchistes avec la passion des armes », « Trois subversifs arrêtés », « Une piste à propos des attentats anti-TAV en Val Susa », etc.

La solidarité
Juste après l’arrestation de Sole, Baleno et Silvano, un rassemblement de protestation contre les arrestations et les expulsions est organisé devant la mairie de Turin. Ceux qui participent à l’initiative sont chargés par la police et, lors des affrontements, plusieurs vitrines de boutiques de riches tombent en morceau. Dans plusieurs villes d’Italie démarrent des mobilisations en faveur des anarchistes arrêtés : manifestations, rassemblements, blocages et sabotages se succèdent.

La farce judiciaire continue…
Le 26 mars, le tribunal repousse le recours de mise en liberté, « parce qu’il existe une forte proximité entre les trois inculpés et les auteurs des attentats » et que « le risque de récidive de délits de nature identique est très élevé ». Samedi 28 mars à l’aube, selon la version officielle, Edoardo Massari est retrouvé agonisant, pendu au lit par un drap dans la prison turinoise des Vallette.

Les funérailles
Après le « suicide-assassinat d’Etat » de Baleno, la morbidité des médias explose dans toute sa misère. Beaucoup de journalistes refusent de respecter le désir exprimé publiquement par la famille Massari de pouvoir enterrer leur proche en paix, uniquement en présence des parents et des amis, déchaînant la rage plus que légitime des amis d’Edoardo : le chroniqueur Daniele Genco en fera les frais, ainsi que la voiture de Paolo Grisieri, envoyé spécial de Il Manifesto, et certains caméramans. Ce qui s’est passé au cours des funérailles devient pour les chacals de l’information une occasion supplémentaire d’attaquer les anarchistes. Le mouvement réagit en rompant tout contact avec la presse, excepté une conférence provocatrice lors de laquelle quelques anarchistes lancent des carcasses de poulets et des restes de boucherie sur des journalistes avides de nouveauté. Le 15 avril, le parquet d’Ivrea lance trois mandats d’arrêt contre autant d’anarchistes de la région pour « tentative de meurtre » (requalifiée plus tard en « coups et blessures graves »), liés à l’agression du journaliste Daniele Genco (balance de la police et fameux pour ses calomnies contre Baleno et ses compagnons). Un seul sera arrêté, tandis que deux autres entrent en clandestinité.

La manifestation du 4 avril
Le 4 avril se déroule à Turin une manifestation « unitaire » de toutes les aires antagonistes italiennes. Un cortège de 9000 personnes défile dans les rues pour demander la libération des incarcérés et exprimer sa rage suite à l’assassinat de Baleno. La prison des Nuove et le Palais de Justice reçoivent des centaines de pierres et sont assaillis par les manifestants : les dégâts causés au Palais sont de plusieurs centaines de millions de lires. Suite à la manifestation, la police lancera plusieurs plaintes avec l’accusation de « dévastation ».

Le suicide de Soledad
Soledad est arrivée en Italie en juin 1997 et, selon l’accusation, elle « aurait commencé » en moins de quatre mois à faire partie du mouvement anarchiste turinois, devenant une des responsables de l’organisation subversive clandestine (même si, entre autre, les sabotages en Val Susa ont eu lieu alors qu’elle vivait encore en Argentine). Samedi 11 juillet 1998, Sole meurt suicidée. Elle est retrouvée pendue dans les locaux du foyer [comunità à l’italienne] Sottoiponti de Benevagienna, où elle était enfermée en résidence surveillée.

Les colis piégés et l’isolement des anarchistes
Début août, cinq colis piégés sont envoyés par la poste. Leurs destinataires sont : le procureur Maurizio Laudi, le journaliste Genco, le conseiller régional des Verts Pasquale Cavaliere, le député Giuliano Pisapia et le conseiller municipal de Rifondazione Comunista Umberto Gay. Ces colis n’explosent pas et ne feront ni dégâts, ni victimes. Suite à ces attaques, l’isolement des anarchistes n’est pas seulement venue de la gauche modérée, mais aussi de celle qui est plus « alternative » et extraparlementaire, y compris la plus grande partie des centres sociaux italiens et des squats turinois, gobant de cette manière la division du mouvement entre « bons et méchants » et favorisant ainsi la répression d’une partie du mouvement anarchiste : la quasi totalité de ceux qui ont choisi (par principe) de ne pas prendre publiquement position sur les colis piégés ont été inculpés et perquisitionnés les mois suivants. Il Manifesto, l’Unità, Liberazione, juste pour citer les journaux plus fameux, contribueront à diffuser des nouvelles sans aucun fondement, comme celles qui attribuaient à Silvano Pelissero un passé de militant d’extrême-droite et même des collusions avec les services secrets.

Les sentences
Le procès en première instance s’est terminé le 21 janvier 2000 par une condamnation à 6 ans et 10 mois pour Silvano : vol et dévastation de la mairie de Caprie, association subversive, attentat contre le transformateur de Giaglione, détention d’explosifs, etc. Le procès en appel, qui s’est déroulé en une seule journée (18 janvier 2001), ne fait qu’une concession aux thèses de la défense : l’acquittement pour fabrication d’engin explosif. La peine est réduite à 6 ans et 1 mois. Le 21 novembre 2001, la cour de cassation invalide l’accusation d’activité terroriste à finalité subversive. Le 4 mars 2002, au bout de quatre années de détention préventive, la magistrature émet un mandat de libération de Silvano « pour épuisement du délai maximum de détention » : l’anarchiste ne sera effectivement libéré que le 12, parce que les carabiniers ont laissé passer une semaine entière avant de communiquer la nouvelle à l’intéressé. En 2002, la Cour de Cassation de Rome démonte les thèses des procureurs turinois Maurizio Laudi et Marcello Tatangelo. Il ne s’agissait pas d’une association terroriste, mais de trois personnes qui, au maximum, s’étaient adonnées à des délits communs. L’accusation la plus grave (la finalité subversive et terroriste des délits contestés) étant tombée, la Cour d’Appel de Turin réduit la peine de Silvano à 3 ans et 10 mois.

P.-S.

Extrait de Cette Semaine N°97.
[Traduit de l’italien. Tiré de Un pugnale e un talismano. Sole e Baleno,
1998-2008. Materiali della mostra ed allegati, mars 2008, pp. 2-15 et
20-22]

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

22 mai 1994 : dis tonton, tu vas pas nous lâcher en plein génocide ?!

Il y a 22 ans, l’État français supervisait et participait au génocide d’un million de Tutsis. En une centaine de jours, l’État français et les autorités extrémistes rwandaises de l’époque accomplirent l’extermination d’une partie de la population rwandaise désignée comme ennemi intérieur. Le 22 mai 1994, le...

L’organisation des libertaires à Lyon au milieu des années 1980

En mai-juin 1985, la revue IRL (Informations et réflexions libertaires) consacrait un numéro aux "libertaires entre Saône et Rhône", détaillant les groupes, les lieux, les dynamiques des mouvements anarchistes lyonnais. Un texte, intitulé "Organisation libertaire à la lyonnaise" tentait de faire la...

> Tous les articles "Mémoire"