Un collectif Avignonais contre un projet de rocade

579 visites

En écho avec de nombreux autres sites (contournement Est lyonnais par exemple), les défenseurs du bitume ont de nouveaux attaqués ! Cette fois ils s’installent en périphérie d’Avignon avec pour projet une seconde rocade qui réduirait à néant la seule zone agricole située aux portes de la ville. Un collectif d’Avignonais-e-s organise la riposte !

Afin d’appuyer le mouvement qui s’est constitué depuis, pour dénoncer l’aberration de la liaison est-ouest, nous publions notre premier texte d’intention et nous vous invitons à venir nous rejoindre le dimanche 14 octobre à partir de 9h00 autour d’un Marché paysan, repas tiré du sac, rencontre avec le collectif des Lentillères de Dijon, et le groupe Defense des Terres Fertiles 13, théâtre-forum, buvette, musique, … EN CEINTURE VERTE D’AVIGNON, allée St Martial.


Ce texte et cette journée concernant le cas avignonais viennent s’inscrire en écho à la lutte similaire engagée sur Lyon, voir l’article sur le contournement Est lyonnais : http://rebellyon.info/BETON-OU-REVOLUTION.html .
Notre mobilisation se définit comme solidaire des mouvements contre le "tout-bitume" présents dans de nombreuses contrées...

"Nous collectif d’avignonnais, habitant les différentes couronnes de la ville, sommes mobilisés contre le projet de la Liaison Est Ouest (LEO). La poursuite de ce projet doit engloutir 100 ha de terres agricoles en ceinture verte d’Avignon. Ces terres sont situées en bord de Durance, c’est-à-dire en zone alluvionnaire, ce qui en fait parmi les meilleures terres agricoles du Vaucluse.

Cette position est loin d’être isolée, sur l’ensemble du territoire on assiste à de nombreuses contestations face aux infrastructures démesurées, qui auront pour toute fin de bétonner des terres arables (projet de l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes ; projet de ligne TGV Lyon-Turin ; et plus localement le projet d’une plateforme logistique à Orgon ; la construction de logements et routes sur les terres du dernier agriculteur de Vedène…). Nous pensons en effet, qu’ici comme là-bas, ces terres sont indispensables pour assurer l’approvisionnement alimentaire local, développer les pratiques paysannes, et favoriser la vitalité et le bien-vivre sur nos territoires.

À l’Automne 2011, le Grand Avignon consacrait la une de son magazine aux bienfaits de l’agriculture locale en titrant « L’agriculture : l’or vert de demain ». Par ailleurs, la charte environnementale de la ville d’Avignon se targue d’un projet d’agriculture urbaine (action n° 62), afin de favoriser le maintien de l’espace agricole et la présence d’agriculteurs. Nous constatons que le projet LEO vient en parfaite contradiction avec cette charte et les engagements du Grand Avignon.

Cette rocade aura pour effet de fracturer de manière irréversible le territoire de la ceinture verte, déjà fortement fragilisé. La quatre-voies elle-même, l’emprise des travaux et l’urbanisation qui s’en suivra, laisse présager de la disparition définitive de cette bande de terre fertile. Le Grand Avignon, agglomération moyenne, et néanmoins première agglomération de France pour sa densité en surfaces commerciales, ensevelit depuis longtemps déjà ses terres fertiles sous le béton et l’asphalte.

Nous ne pouvons nous résoudre à perdre cet [écrin de verdure], véritable poumon vert, zone d’alimentation en eau potable pour 100 000 habitants d’Avignon, pour un projet de rocade décidé voilà plus de 30 ans et déjà obsolète ; aux dires des spécialistes de l’aménagement du territoire. Pourquoi Avignon ne suivrait-elle pas l’exemple d’autres villes qui ont fait le choix de relocaliser la production alimentaire, c’est le cas par exemple de la ville de Dijon, ou plus proche de nous, la communauté d’agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Etoile, la ville de Salon-de-Provence ou encore la communauté de communes des Pays de Sorgues et Monts du Vaucluse.

Plutôt que d’assister à une énième joute stérile entre majorité et opposition (cf article du 7/9/12 paru dans La Provence), nous attendons des élus qu’ils aient le courage d’associer les populations aux décisions qui les concernent ; loin de cette visée, elles font plutôt office de points noirs sur les plans cadastraux. C’est pourquoi nous avons à coeur de reprendre la main sur nos devenirs, face aux projets qui les affectent durablement, et ce, dès aujourd’hui de là où nous sommes, sur les territoires que nous habitons."

Le collectif.

P.-S.

Cette journée se pose comme une journée d’informations, d’échanges avec les avignonais-e-s et autres afin de grossir le groupe de lutte. D’autres temps d’actions sont à prévoir... On vous tiens au courant !

Contact : maceinture@gmail.com

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

› Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"

Derniers articles de la thématique « Transport » :

>Du Grabuge chez TCL ! Sortie du n°0 du zine le 21 septembre

Après huit mois de travail, quelques réunions et un certain nombre de choses liquides et solides ingurgitées, le collectif Grabuge est heureux de vous annoncer la parution de son premier fanzine, disponible le 21 septembre lors de la soirée de soutien à Rebellyon, au Grrrnd...

› Tous les articles "Transport"