Vénissieux : ségrégation sociale, ethnique et... politique

740 visites
1 complément

La préfecture, les candidats et les médias résument systématiquement une élection à un score en pourcentage

Pourtant, il n’est pas exagéré d’affirmer que ces pourcentages ne sont qu’un rideau de fumée. Ils dissimulent une réalité difficilement avouable pour les élites locales et nationales : l’écrasante majorité de la population majeure n’a pas participé au scrutin et s’est désintéressée des élections municipales,

Le 30 mars 2015, les citoyens de Vénissieux (Rhône) étaient appelés, pour la quatrième fois en un an, à se rendre dans un des 28 bureaux de vote de la commune pour élire leur conseil municipal. Le scrutin de 2014 avait été invalidé en raison d’une fraude avérée des leaders d’extrême-droite, qui avaient ajouté à leur liste des noms de candidats sans que ceux-ci aient donné explicitement leur accord... C’est finalement la maire sortante, Michèle Picard (Parti communiste), qui emporte l’élection et parvient à préserver ce bastion communiste dans une agglomération lyonnaise où la « banlieue rouge » est en voie d’extinction.

Mais la victoire des communistes de Vénissieux, alliés à d’autres organisations de gauche, dissimule mal l’érosion croissante de sa base électorale. Alors qu’André Gérin, précédesseur et mentor de Picard, obtenait 8 584 voix lors des élections municipales de 1995, Picard en gagne seulement 4 989 vingt ans plus tard, soit une chute vertigineuse de plus de 40 %. Que s’est-il donc passé pour qu’un parti censé représenter la « classe ouvrière » soit de moins en moins soutenu électoralement par la population de Vénissieux ? Qu’est-ce que révèle ces résultats électoraux des transformations sociales et politiques de Vénissieux ? Quel est le comportement politique des habitants des Minguettes, berceau de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 ?

Série d’articles pour comprendre la réalité complexe du laboratoire vénissian.

1. Qui s’inscrit sur les listes électorales à Vénissieux ?

La préfecture, les candidats et les médias résument systématiquement une élection à un score en pourcentage : au second tour des élections municipales de 2015, Picard a réalisé un score de 42,85 %, Girard (UMP) 32,24 %, Monchau (FN) 12,63 % et Ben Khelifa (PS) 12,28 %. Ces chiffres suffisent pour dire que la candidate communiste a « remporté la ville » et donné l’illusion que la victoire électorale est synonyme de victoire politique.

Pourtant, il n’est pas exagéré d’affirmer que ces pourcentages ne sont qu’un rideau de fumée. Ils dissimulent une réalité difficilement avouable pour les élites locales et nationales : l’écrasante majorité de la population majeure n’a pas participé au scrutin et s’est désintéressée des élections municipales, malgré le fait que ce type d’élections locales attirent en général le plus d’électeurs potentiels (contrairement aux élections européennes par exemple). Certes, les élus ont une légitimité électorale, mais celle-ci est de plus en plus réduite, et les élus ont de moins en moins de légitimité sociale, celle qui pourrait leur faire dire « j’ai obtenu le soutien massif de la population de ma ville ».

PNG - 101.2 ko

En effet, ces pourcentages ne comptabilisent que les « suffrages exprimés ». Ils ne prennent pas en compte tou.te.s celles et ceux qui, à cause d’une barrière juridique, politique ou sociale, sont exclus de fait du champ politique vénissian :

- les étrangers, exclus juridiquement du droit de vote (9 871 personnes) ;
- les non-inscrits (4 299 majeurs ayant le droit de vote mais pas inscrits sur les listes électorales) ;
- les abstentionnistes (17 782 inscrits qui ne se rendent pas à l’urne) ;
- et les votes blancs ou nuls (131).

Autrement dit, seulement 11 446 personnes parmi les 43 398 habitants majeurs (60 159 en ajoutant les mineurs) ont voté aux dernières élections municipales, soit 26,37 % de la population majeure. Il existe donc une véritable ségrégation politique à Vénissieux : une toute petite minorité de la population décide pour la majorité silencieuse.

C’est le constat que l’on peut faire pour la plupart des communes ou des arrondissements composés majoritairement des classes populaires, comme Saint-Denis (93) ou Mantes-la-Jolie (78). Mais la réalité de la ségrégation politique n’est pas la même selon le lieu de résidence et le quartier. La ville de banlieue est un territoire divisé en zones qui ont chacun leur propre composition sociale. Il faut donc aller au niveau des quartiers pour comprendre les mécanismes qui se produisent la ségrégation sociale et politique. On voit que le taux d’inscription sur les listes électorales est beaucoup plus fort dans le nord par rapport au sud de la ville, coupée en deux par le boulevard périphérique et la voie de chemin de fer.

PNG - 67.6 ko

Ce décalage s’explique par une combinaison de facteurs liés aux transformations des classes populaires. La ségrégation politique est une des conséquences ultimes de la ségrégation sociale et ethnique. Les élections municipales ont lieu après la publication en février d’un rapport de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), qui décrit les communes où la population cumule toutes les formes de précarité : Vaulx-en-Velin, Saint-Fons, Vénissieux et Givors. À Vénissieux, « plus d’un tiers des familles allocataires CAF voient leurs ressources dépendre à plus de 50 % des allocations familiales ; 23 % des jeunes actifs de 15 à 24 ans sont inactifs ; plus d’une famille sur deux de 3 enfants ou plus est à bas revenus ».

Il n’est pas besoin d’allonger la liste des indicateurs pour mesurer la dégradation de la situation à Vénissieux, mais on est obligé d’insister la différence entre quartiers : la précarité est beaucoup forte aux Minguettes, où sont concentrés les logements sociaux, alors qu’elle est moindre au centre-ville et dans les quartiers nord, proches du 8e arrondissement de Lyon. La localisation de chômeurs 15-64 ans correspond grosso modo aux zones où le taux d’inscription sur les listes électorales est très faible.

PNG - 73.6 ko

Pourquoi est-ce que les classes populaires, en particulier les plus précaires, sont-elles moins susceptibles de s’inscrire sur les listes électorales ?

Il existe d’abord une exclusion liée aux mécanismes d’inscription sur les listes électorales. Aux Minguettes, environ 25% de la population en âge de voter ne sont pas inscrits (contre 10% en moyenne nationale), malgré inscription d’office à la majorité. De nombreux électeurs sont mal inscrits : le bureau de vote ne correspond pas au lieu de résidence. Soit ils ont déménagé ailleurs et sont toujours inscrits, soit ils ont emménagé à Vénissieux mais n’ont pas fait la démarche de s’inscrire sur les listes.

Cela s’explique ensuite par la décomposition des organisations politiques : on retrouve très peu de militants politiques qui vivent et qui ont une activité politique régulière aux Minguettes. S’il y a bien des associations, cela n’a pas de conséquence sur la participation aux élections. Il y a aussi une raison plus générale : le chômage de masse et la précarité des emplois ont entraîné la disparition des collectifs de travail stables (syndicats), qui favorisent la conscience et l’engagement politique.

Dernière explication : la fragilisation des familles qui jouent un rôle important dans l’apprentissage des comportements politiques. Or la politisation intra-familiale est rendue difficile par l’isolement social des familles mono-parentales. En 2005, 1,76 million de familles sont composées d’un seul adulte qui vit sans conjoint avec un ou plusieurs enfants de moins de 25 ans dans un même logement. Dans 85 % des cas, il s’agit d’une mère et de ses enfants.

Les conséquences de ces phénomènes sont implacables. Certaines personnes sont de passage, ne souhaitent s’enraciner sur le territoire, et ne voient pas d’intérêt à s’impliquer dans la vie locale. D’autres habitants y vivent depuis des années, voire des décennies, et ont vécu l’expérience quotidienne de relégation et de l’impuissance de la mairie à changer les choses. D’autres habitants de longue date ne connaissent même pas le nom du maire, et ont d’autres choses à penser : boucler la fin du mois en enchaînant les petits boulots, payer la cantine des enfants, batailler avec l’agent du Pôle Emploi...

Toutes ces raisons expliquent que l’inscription sur une liste électorale n’est pas la priorité, mais elles révèlent la profonde défiance des classes populaires vis-à-vis du champ politique.

Sources : QuartiersXXI

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 27 mai 2015 à 19:17, par JM

    Plusieurs éléments gênants dans cet article

    (1) Le message politique de fond n’est pas clair.
    - Est-ce qu’il faut encourager l’inscription sur les listes, lutter contre l’abstention en allant convaincre un.e à un.e les habitants que le vote c’est important, obtenir le droit de vote pour les étrangers afin que l’équipe municipale soit « vraiment » légitime ? Alors cela signifie que la principale source de légitimité, c’est le vote ? Vous montrez les facteurs sociaux : est-ce que les mairies de villes populaires sont condamnées à être structurellement moins « légitimes » du fait d’une moindre participation ?
    - Ou est-ce qu’il faut encourager des mécanismes d’auto gestion ? Et dans ce cas peu importe que la participation électorale soit forte ou non. Quelle est alors l’échelle d’action la plus pertinente ? Pourquoi mêler des éléments de constat national (les étrangers n’ont pas le droit de vote) qui appellent une délibération nationale, avec des éléments de jugement politique local (les militants n’ont pas investi les quartiers pop) qui appellent des réponses des organisations locales ?

    (2) Il y a des erreurs d’appréciation et surtout des jugements conservateurs
    - A vous lire, on dirait presque que le droit de divorce n’est pas une avancée sociale et qu’une bonne famille est forcément bi parentale. Ok, peut-être que dans certains cas la famille mono-parentale isole les enfants et que parfois cet isolement est tel qu’ils ne se politisent pas et que donc des fois ils ne votent pas. Quand bien-même cette relation de cause à effet est prouvée : n’est-ce pas le prix à payer de la libération des individus du carcan matrimonial ?
    - je doute que l’INSEE ait écrit « 23 % des jeunes actifs de 15 à 24 ans sont inactifs ». S’ils sont actifs, ils ne peuvent pas être inactifs en même temps, sauf à être doués d’ubiquité. En revanche, ils peuvent être sans emploi (« au chômage »), ce qui ne les rend pas inactifs pour autant dans la nomenclature statistique. Au-delà de ce point de détail, imputer l’abstention à la précarité socio économique est un raisonnement rapide et une comparaison avec d’autres communes conduit à le nuancer fortement.

    De façon générale, ça reflète une ambigüité fondamentale dans cet article, sur la critique du vote : est-ce que vous le critiquez pour des raisons conjoncturelles (c’est la fin de la banlieue rouge, le PCF s’est discrédité, il ne sait plus parler aux masses laborieuses, tout part en vrille, etc.) ou pour des raisons systématiques (le vote n’est pas satisfaisant, le régime représentatif est corrompu par nature, il faut faire table rase, passer à autre chose, etc.) ? Et si c’est cela : quelles pistes concrètes est-ce que vous proposez : où, quand, comment, avec qui ???

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Politicaillerie » :

>Du radicalisme médiatique considéré comme un repas de famille

Peut-on, quand on est sur des positions anarchistes et/ou communistes, critiquer des figures de la radicalité médiatique comme Juan Branco, François Ruffin ou Frédéric Lordon sans se faire taxer d’élitisme ou se voir accuser de « diviser » ce qui serait - presque - notre camp ...

>Le bouleversement des Gilets Jaunes

Cela fait maintenant plus de six mois que le mouvement des Gilets Jaunes a pris forme et s’est déployé sur le territoire. A bien des égards ce mouvement a pris une ampleur historique, par sa longévité, par sa cadence maintenue actes après actes, par son hétérogénéité, par sa conflictualité, par la...

› Tous les articles "Politicaillerie"