19 mars 2009 : des affrontements dans toute la France

2233 visites
4 compléments

Pour la journée d’action interprofessionnelle du 19 mars 2009, des manifestations réunissant plus de trois millions de personnes ont été organisées dans plus de 250 villes de France. A plusieurs reprises, certains cortèges dans plusieurs de ces manifestations ont eu à faire avec la police.

Paris : la manifestation parisienne a réuni entre 85 000 et 350 000 personnes. Arrivées place de la Nation, quelques 500 personnes voulant démarrer une manifestation sauvage sont repoussées d’une rue par la police (qui finit par bloquer toutes les issues de la place, dont les bouches de métro). Les manifestant-e-s ont alors tenté de se défendre, lançant des projectiles sur la police, brûlant du mobiliser urbain. La police a alors, de charges violentes en charges violentes relevant de la rafle, procédé à l’interpellation de plus de 300 personnes. 49 d’entre elles font actuellement l’objet de poursuites judiciaires. Pour celles et ceux qui ont refusé la comparution immédiate (une majorité), les procès auront lieu le 6 avril, et le 4 et 5 mai 2009. 9 policiers ont été blessés.

Des témoignages sur Indymédia Nantes : ici, et .
Deux communiqués de l’AFP sur Cette Semaine : ici.

JPEG - 104.4 ko
Affrontements à Paris, place de la Nation, le jeudi 19 mars 2009

Lyon : entre 30 000 et 50 000 manifestant-e-s. Présence d’un bloc autonome composé d’étudiant-e-s et lycéen-ne-s masqué-e-s. Peinture ou fruits et légumes pourris sont utilisés contre des locaux ou la police.
La manifestation sauvage de 200 personnes démarrée place des Terreaux, attaquée en cours par la police (3 arrestations), se réfugie à l’Institut d’Études Politiques, rapidement assiégé par la police. Après leur départ, un rassemblement est organisé devant le commissariat du 7e arrondissement. Au moment du départ en direction du commissariat central de Marius Berliet, la BAC attaque le cortège et arrête deux nouvelles personnes. Les 5 personnes placées en garde-à-vue sortent vendredi et samedi, et sont convoqués devant le tribunal en juin pour les uns et en novembre pour les autres.

Récit de la manifestation, sur Rebellyon : ici.
Récit de la manifestation sauvage et de la répression, sur Rebellyon : ici.

JPEG - 628.6 ko
Bloc autonome à la manifestation de Lyon, le jeudi 19 mars 2009
JPEG - 520.7 ko
Rassemblement de solidarité avec les arrêté-e-s devant le commissariat du 7e arrondissement de Lyon, le jeudi 19 mars 2009

Saint-Nazaire : entre 15 000 et 25 000 manifestant-e-s. En fin de manifestation, vers 18h00, plus d’un millier de manifestant-e-s s’est attaqué aux CRS et gendarles mobiles en faction en voulant rejoindre la sous-préfecture. Barricades, incendies, jets de projectiles, lacrymogènes, ... Une compagnie de CRS a du être appelée en secours de Nantes. Deux policiers sont blessés et 18 personnes sont placées en garde-à-vue. 7 seulement ressortiront libres des comparutions immédiates... Des peines de 4 à 8 mois ferme avec mandat de dépôt ont été distribués pour les 11 autres.

Articles de Presse Océan, sur Cette Semaine : ici.

JPEG - 45.4 ko
Affrontements à Saint-Nazaire, le jeudi 19 mars 2009
JPEG - 43.3 ko
Affrontements à Saint-Nazaire, le jeudi 19 mars 2009

Nantes : entre 42 000 et 75 000 manifestant-e-s. Affrontements entre manifestant-e-s autonomes et directions syndicales en tête de cortège. Des affrontements en fin de manif entre étudiant-e-s et police. 24 commerces dégradés et-ou pillés. Cocktails Molotov, projectiles, poubelles et cartons enflammés. La compagnie de CRS envoyée à Saint-Nazaire est obligée de rappliquer. 5 arrestations suivies de gardes-à-vue, 3 sont libéré-e-s le lendemain.

Articles de Presse Océan, sur Cette Semaine : ici et .

JPEG - 48.3 ko
Incendie après les affrontements à Nantes, le jeudi 19 mars 2009

Toulouse : dès 5h00 du matin, des barrages sont placés sur les rond-points d’accès aux secteurs portuaires.
Entre 45 000 et 120 000 manifestant-e-s. En fin de manifestation, environ 300 personnes investissent un supermarché pour procéder à une autoréduction (votée par une assemblée générale étudiante), négociée avec le gérant pour pouvoir se passer dans le calme. A la sortir, les gendarmes mobiles et la BAC chargent sans sommations les manifestant-e-s, lesquel-le-s se défendent en construisant des barricades et en lançant des projectiles sur la police. L’émeute s’éteint après une heure d’affrontements. Un policier a été blessé. 3 manifestant-e-s sont envoyés à l’hôpital, deux pour crâne ouvert, et un pour tir de flash-ball dans l’œil (il était encore à l’hôpital dimanche matin). 5 personnes ont été arrêtées et placées en garde-à-vue. Un rassemblement de solidarité avec les arrêté-e-s réunit 200 personnes devant le commissariat central de la ville, puis va bloquer le pont des Minimes, où il y a de nouveaux affrontements.

Communiqué de presse du comité de lutte des étudiant-e-s du Mirail, sur Indymédia Toulouse : ici.
Appel à témoins, sur Indymédia Toulouse : ici.
Bilan des incidents, sur Cette Semaine : ici.

JPEG - 73.8 ko
Renforts policiers lors des affrontements à Toulouse, le jeudi 19 mars 2009
JPEG - 74.3 ko
Incendies lors des affrontements à Toulouse, le jeudi 19 mars 2009

Grenoble : avant la manifestation, deux lycéens sont frappés, arrêtés puis relâchés (quelques heures plus tard) lors du blocage du pont de Catane par une trentaine de lycéen-ne-s, suite au blocage et au débrayage d’un lycée. Entre 35 000 et 70 000 manifestant-e-s. Bloc autonome de 100 à 200 participant-e-s avec voiture sono (trois banderoles devant-gauche-droite). Une douzaine de policiers de la BAC postés des deux côtés du bloc l’on suivi jusqu’à Verdun. Banques, agences d’intérim et immobilières attaquées à la peinture tout au long du parcours. Banderoles sur les ponts, tags sur les murs. Juste avant la place de Verdun, une cinquantaine de personnes vêtues de noir et masquées a craqué de nombreux fumigènes dans le bloc, dont certains ont été balancés dans la cour extérieure du Tribunal Administratif. Arrivé à Verdun, le bloc se dissout. Un jeune homme est tabassé par des flics devant la préfecture, mouvements de foule, des œufs sont balancés sur les flics.
Après vingt minutes de repos, un millier de personnes part en manifestation sauvage en direction de la Bourse du Travail. Pas un policier sur le parcours, juste du soleil, des pétards, de la musique et du foot. Arrivés à la Bourse, celle-ci est occupée et s’y déroule une Assemblée Générale Interprofessionnelle, à laquelle participent de nombreuses personnes de différends horizons politiques, et où sont votées des revendications bien radicales.
A la suite de l’AG, une autoréduction (votée à cette dernière) au Carrefour d’à-côté est organisée. L’action se passe de façon tendue, avec les vigiles, puis les CRS, la BAC et les flics infiltrés. Mais à force de diplomatie, 11 caddies remplis de produits « de première nécessité » ont pu être sortis (il seront distribués le lendemain matin à Caterpillar pour soutenir les ouvrie-r-e en lutte. Deux personnes ont été arrêtées, puis relâchées après une courte garde-à-vue et sans poursuites.

Récit du blocage du pont de Catane, sur Indymédia Grenoble : ici.
Récit et impressions de la manifestation, sur Indymédia Grenoble : ici.
Récit de l’autoréduction à Carrefour, sur Indymédia Grenoble : ici

JPEG - 48 ko
Bloc autonome et fumigènes à Grenoble, le jeudi 19 mars 2009
JPEG - 141.4 ko
Manifestation sauvage arrivant à la Bourse du Travail, à Grenoble, le jeudi 19 mars 2009

Strasbourg : entre 11 000 et 35 000 manifestant-e-s. Cortège autonome de 1000 à 1500 personnes, dont 500 en bloc. Dispositif policier écrasant. Face-à-face très tendu entre les manifestant-e-s et la police, à partir de la tentative de blocage de l’autoroute jusqu’au retour à l’université occupée.

Récit de la manifestation tendue, sur Indymédia Nantes : ici.

Marseille : entre 80 000 et 320 000 personnes ont défilé du Vieux Port à Castellane, où des affrontements ont eu lieu entre des manifestant-e-s et la police. 2 personnes ont été arrêtées et un policier a été blessé.
Dans la matinée, des ouvrier-e-s du port ont attaqué et dégradé les locaux de l’entreprise qui les emploie.

Lille : 60 000 manifestant-e-s. Présence d’un bloc autonome (banderoles devant-gauche-droite) organisé par le comité A.-A.A.D.B.R.T.G.(Anarcho-Autonome Action Directe Brigade Rouge Tarnac GRAPO), qui a tapissé les façades de diverses banques, assurances, locaux de le Voix du Nord, de peinture et de fruits et légumes pourris. Des policiers se sont aussi pris de la peinture.
Après la manifestation, une soixantaine de chômeur-euse-s, précaires et étudiant-e-s se sont rendus au supermarché Champion de la rue commerçante Léon Gambetta pour une autoréduction. 6 caddies sont remplis de nourritures, et sont distribués dans la quartier populaire de Wazemmes. Cependant, quatre personnes sont arrêtées. Deux étudiant de Lille-II sont condamnés en comparution immédiate à 12 heures de TIG. On ignore le sort des deux autres personnes.

Récit du bloc autonome lillois, sur Indymédia Lille : ici.
Une réflexion sur le bloc autonome lillois, sur Dissidence Nordiste : ici.

JPEG - 456.2 ko
Bloc autonome à Lille, le jeudi 19 mars 2009

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 24 mars 2009 à 22:52

    je ne m attarderai pas sur le sens de « l autonome » mais le drapeau qui flotte derrière le bloc n a rien a voir avec celui ci !!Certes l illusion d optique est trompeuse..
    Le plus important à retenir est de constater la forte mobilisation croissante qui,a l’inverse des rumeurs fallacieuses et des médias corrompues demontrent la réelle intensité du mouvement,toujours solidaire et plus mobilisé que jamais !!!

  • Le 24 mars 2009 à 15:51

    À Lyon II quais : Le blocage est reconduit pour la 4e semaine consécutive.

    Juste après l’AG, une centaine de personne a mise en place des barricades devant l’université, bloquant la rue et les voies du Tram. Les voitures étaient déviées sur la rue perpendiculaire. Les automobilistes avaient devant eux la preuve que non seulement le mouvement continue, mais se radicalise en rentrant dans sa huitième semaine.

    Une dizaine de policiers en civil et des CRS, qui étaient à l’origine « sur » le rassemblement devant rectorat, étaient prêt à intervenir pour « nettoyer les barricades » (selon leurs mots). Les personnes présentes ont décidé de lever le barrage avant l’intervention... Donc pas d’arrestations, et une première action qui laisse envisager une suite...

  • Le 24 mars 2009 à 13:44

    « Bloc autonome » ?!
    Avec drapeaux de l’Unef, de Sud ou d’Attac ?!!
    Y veut vraiment plus rien dire ce mot... Chaque orga récupère les mobilisations à sa sauce : derrière Npa, voici venir « bloc autonome » ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info