Violence à la manifestation du jeudi 5 décembre

967 visites
Lyon 7e Réforme des retraites 2019-2020

Récit d’une violence devenue que trop banale dans les manifestations en France et à Lyon. Jeudi 5 décembre, un manifestant reçoit en plein visage une bombe à gaz lacrymogène alors qu’il s’éloigne des gaz pour se protéger. Après plusieurs jours de douleurs, une visite à l’hôpital montre cinq fractures au visage. Un bilan qui lui vaudra 45 jours d’ITT et 35 jours d’AT.

A 10h, Je reçois un sms d’un ami, qui m’invite à participer à la manifestation contre les réformes des retraites. Engagé sans être militant, je me joins à la manifestation dont je partage les revendications. Mon métier de sommelier me permet d’être disponible en journée.

Vers 11h, je rejoins mon ami peu après la manufacture des tabacs de Lyon. Nous sommes à bonne distance de l’avant du cortège, avec la fanfare.
La manifestation se passe bien avec énormément de monde et nous avançons au rythme de la fanfare, au milieu des familles sans encombre jusqu’à la Guillotière.

A 13h, mes amis partent travailler. Je continue seul en suivant toujours le camion CGT rouge. Je suis encore loin de l’avant du cortège, où l’on aperçoit les premiers tirs de lacrymogène vers le début du pont de la Guillotière.

Le cortège continue et bifurque le long du quai Claude Bernard en suivant le parcours défini.

JPEG - 217.9 ko
1er affrontement

Un régiment de CRS est posté en contre-bas dans les escaliers du skatepark. D’après les informations qui nous parviennent et ce que nous voyons, une première échauffourée entre CRS et Blackblocs à l’avant du cortège stoppe la manifestation. Les CRS montent au niveau du haut du quai. S’en suivent des jets de bombes à gaz lacrymogène en direction des Blackblocs accompagnés d’une charge d’une vingtaine de CRS sur une quinzaine de mètre. Les Blackblocs s’enfuient vers le sud et les CRS retournent à leur position initiale.

JPEG - 217.7 ko
Avancée du cortège une fois l’affrontement terminé

La manifestation se poursuit après la consigne du speaker de la CGT.
Le cortège avance d’une cinquantaine de mètres, quand soudain une dizaine de Blackblocs contourne et traverse le flot de manifestants et se dirige vers les CRS. Au même instant, des bombes à gaz lacrymogène sont tirés par les CRS et les manifestants se dispersent.

JPEG - 229 ko
Retour des blackblocs et tirs de bombes à gaz lacrymogène

Pour m’éloigner les affrontements, je me retire du quai, en direction de l’aire de jeu le long de la rue Raspail, dans des escaliers qui descendent vers la rue Passet. Au sommet des escaliers, je reçois en plein visage une bombe à gaz lacrymogène. Je suis sonné et n’ai plus conscience de ce qu’il se passe, la tête pleine d’acouphènes. Je titube encore sur quelques mètres, avant d’être pris par le bras par un streetmedic (témoin retrouvé grâce à l’appel du 10 décembre de la CGT), puis par un deuxième streetmedic (témoin retrouvé grâce à l’appel à témoin du 10 décembre). Ils me font m’allonger par terre. Une dame de la CGT qui a été témoin de la scène appelle les pompiers par téléphone qui refusent de venir (dans une manifestation, les pompiers n’interviennent que sur appel des forces de l’ordre). Au bout de quelques minutes, les médecins s’en vont pour voir s’il n’y a pas d’autres blessés. La dame de la CGT et une deuxième dame, me conduisent vers un banc public, où j’ai un nouveau malaise. La dame de la CGT rappelle les pompiers qui acceptent finalement d’intervenir et arrivent sur le lieu une dizaine de minutes plus tard. Ils me prennent en charge et me font un examen médical au bout duquel ils constatent un hématome. Pendant ce temps, un policier de la Police Nationale discute avec un des pompiers et enregistre mon identité. Ils me laissent partir et me conseillent de la glace et du repos. Ma compagne vient me chercher et nous rentrons à notre domicile.

Je n’arrive plus à ouvrir la bouche, et mon œil gauche se gonfle et je n’arrive plus à l’ouvrir non plus.
Du jeudi après-midi au samedi matin, je suis alité et je n’arrive pas à m’alimenter.
Samedi matin, je fais un malaise. Ma compagne appelle les secours et je suis emmené à l’hôpital Saint-Luc-Saint-Joseph. Les examens poussés (scanner, radio) montrent cinq fractures au visage. Ce bilan me vaut 45 jours d’ITT et 35 jours d’AT.

Témoignage de violences policières rue des Verriers dans le 7e, 2h après la manifestation du 5 décembre

Deux heures après l’arrivée du cortège de la manifestation du jeudi 05 décembre 2019 à la place Jean Macé, un couple est témoin de nouvelles attaques policières dans sa rue, située à proximité de la place. Spectateur et spectatrice de répressions policières violentes, choqué·e·s par cette violence, iels (...)

8 décembre 2019
Ça ne fait que commencer : mobilisation historique pour le 5 décembre à Lyon

Ce 5 décembre, une grève a commencé pour contrer la volonté gouvernementale de dézinguer le système de retraites. Elle s’est accompagnée d’une manifestation massive qui a rassemblé 40.000 personnes ! Un cortège de tête barriolé (syndicats, étudiants, gilets jaunes, écolos, black block...) a mené la danse. (...)

7 décembre 2019

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Réforme des retraites 2019-2020 » :

>Violences policières dans les lycées : la matraque comme pédagogie

Lors de l’année scolaire 2019-2020, les lycéens et lycéennes de l’agglomération lyonnaise ont pris part aux mouvements sociaux. En réponse, ils ont été victimes d’une répression policière approuvée par le rectorat et par certaines directions de lycées. Quand des responsables de l’éducation nationale...

>Semaine Noire : Suivi de la semaine du 16 au 21 mars

Après près de 3 mois de grève et de lutte, et alors que devait s’engager une « Semaine Noire » de luttes, dans les transports et la fonctions publiques afin d’accentuer la pression pendant l’entre deux tours des municipales, le gouvernement annonce le confinement de la population, pour au moins 15...

>Les Misérables rejoignent Victor Hugo pour l’acte national 69 des GJ

Il fallait faire confiance à la logique des chiffres : l’acte 69 des gilets jaunes dans le 69 a été une belle réplique au 49.3. Alors que cela fait plusieurs mois, dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites, qu’il semblait impossible de déborder le dispositif policier à Lyon, ce...

› Tous les articles "Réforme des retraites 2019-2020"