Action anti-expulsion au centre de rétention de l’aéroport Lyon-St-Exupéry

4477 visites

Grâce à la mobilisation de militants, du mécontentement et de l’intervention des passagers et du pilote de l’avion mercredi 22 février, Sahin Akdag a obtenu un sursis. Mais il nous faut continuer la lutte. À Mâcon, l’action se poursuit avec deux manifs : vendredi 24 février à 15h et mardi 28 février à 17h30 devant la préfecture, et une diffusion de tracts samedi 25 février sur le marché.

Au centre de rétention de Saint-Exupéry, les grèves de la faim sont récurrentes et on y trouve des cas dramatiques. M. Demir y est détenu alors qu’il est gravement malade et ne peut plus s’alimenter. Appel pour faxer massivement des protestations.

- Ce mercredi 15 heures, grâce à la mobilisation de plusieurs associations, Sahin AKDAG a été débarqué de l’avion qui devait l’emmener en Turquie.
La mobilisation des militants dans l’aéroport, l’intervention de passagers et le refus du pilote de décoller avec Sahin Akdag à son bord ont fini par payer.

Mais il faut continuer la lutte : Sahin a été inculpé et doit comparaître devant le tribunal.

    • Une manifestation est prévue vendredi 24 février à 15 heures devant la
      préfecture à Mâcon, à l’initiative de l’association turque de Mâcon, avec le
      soutien de RESF 71 qui enverra une délégation.
    • Une diffusion de tracts aura lieu samedi matin sur le marché de Mâcon...
    • Une manifestation à l’initiative de RESF 71 est toujours prévue mardi 28 février 17heures 30, toujours devant la préfecture de Saône-et-Loire.
    • Nous avons été contactés par service des étrangers de la préfecture, qui propose de nous rencontrer, avec le secrétaire général de la préfecture, mardi 8 mars (autant dire aux calendes grecques) pour que nous exposions « nos problématiques ».
      Nous allons accepter, mais nous souhaitons régler avant le cas de Sahin Akdag.

L’intervention à l’aéroport a été couverte par FR3 Rhône -Alpes et FR3 Bourgogne, on nous signale un article dans L’Humanité de ce jeudi, la presse locale continue de relayer (plus ou moins...) l’info, on parle de télévisions turques qui seraient sur l’affaire... La médiatisation prend.

Voici comment s’est déroulée l’action d’après une militante de RESF 71 :

Arrivée à l’aéroport de Saint-Exupéry à 11h30 (nombreux cars de police aux portes), où nous retrouvons les militants de RESF 69, du Mrap, de l’unl, de la Fidl, d’Attac. FR3 est là, ainsi que deux personnes du Progrès de Lyon, et une journaliste de L’Huma qui resteront avec nous jusqu’au dénouement, quatre heures plus tard. Diverses interviews, précisions, réponses à des questions.

Les passagers commencent à venir s’enregistrer : le vol de 14h Lyon-Istanbul étant annoncé avec une heure de retard, nous avons tout le temps pour aborder les passagers, leur expliquer le cas de Sahin, avec l’aide de son frère aîné, et surtout de son épouse qui établit un
contact facile en turc.
Les passagers sont sensibles à ce cas d’expulsion, certains ont eu des parents éloignés pendant 15 ans, à cause de la double peine. Des passagers lui donnent leurs n° de portable, et nous tiendront informés de ce qu’il se passerait dans la salle d’embarquement et dans l’avion.

Des policiers viennent enregistrer les bagages des quatre expulsés du jour, dont deux se sont déclarés déterminés à s’y opposer par la force. Les passagers entrent en salle d’embarquement : on nous avertit que la salle d’embarquement est remplie de policiers qui déambulent ostensiblement et intempestivement.

Vers 13h, téléphone de Sahin qui se dit ligoté et préparé à l’embarquement de force. La tension monte.

14h. l’adjointe au maire de Lyon, chargée de l’intégration et des droits des citoyens, PC, arrive : elle précise qu’elle est souvent la seule élue sur place. Les élus devraient s’intéresser au centre de détention de ST-Ex, un des sept en France pouvant accueillir des familles, et
depuis cet été des bébés car on lui a adjoint une pouponnière !

14h30. Le frère de Sahin, l’avocate de la Cimade et l’élue se présentent à la police des
frontières. Ils entrent mais ne voient que de loin M. Akdag littéralement porté par les policiers pour embarquer. Puis les passagers embarquent entre deux policiers, certains discutent et veulent intervenir.

14h50. les passagers manifestent leur mécontentement, le commandant de bord déclare ne pas vouloir décoller dans ces conditions : Sahin est débarqué ainsi que l’autre personne s’opposant à son expulsion. Son frère le croise dans le bureau du PAF (police aux frontières) « tiens bon », « j’en peux plus » répond-il, très choqué.

15h. L’avion décolle sans Sahin, l’avocate nous explique la suite. Sahin est placé en garde à vue, il comparaîtra devant le tribunal de grande instance pour son refus d’embarquer, et risque de trois mois à trois ans de prison et une interdiction du territoire. L’avocate attend la notification du placement en garde à vue, nous apprend la procédure de comparution immédiate le lendemain à 14h, qui peut être refusée. Il ira alors, en détention.

Il nous faut continuer LA MOBILISATION CITOYENNE pour la régularisation de la famille entière.

JPEG - 17.4 ko

- Au cours de l’action RESF pour la libération de Mr Akdag, nous avons appris qu’une grève de la faim avait de nouveau eu lieu ces derniers jours à Saint-Exupéry. Menée depuis le 14 février par sept Turcs qui ont été expulsés les uns après les autres (sauf deux actuellement semble-t-il), elle voulait témoigner du refus de partir de ces sans-papiers. Les grèves de la
faim sont récurrentes au centre de rétention de Lyon.

- En même temps, nous avons découvert la situation des plus dramatiques d’une personnes très malade qui ne s’alimente pas. Monsieur Demir a été arrêté à Avignon dans la rue et conduit au centre de rétention alors qu’il est gravement malade, ayant déjà souffert d’une tuberculose, d’une ablation de la rate, et présentant actuellement une grosseur inquiétante du larynx qui l’empêche de se nourrir correctement. Il était en France depuis plusieurs années et jusque là hébergé et soigné par une nièce, sa seule famille.
S’il est reconduit en Turquie, il n’y a pas de moyens de le soigner dans sa région aux confins de la Syrie et il n’a pas d’argent.

Plusieurs interventions ont déjà eu lieu, demandant aux préfectures du Rhône et du Vaucluse de le libérer (LDH, PC..).

Nous vous demandons de faxer massivement une protestation :

    • à la préfecture du Vaucluse au 04-90-16-84-84 ou pref84contact@vaucluse.pref.gouv.fr
    • à la préfecture du Rhône au 04-78-60-15-46

Collectif 69 de soutien aux demandeurs d’asile et sans- papiers.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info