Campement de migrants à Tours : 39 jours d’occupation et toujours pas de solutions

242 visites

Un point sur le campement de migrants installé à Tours depuis le 19 juin, à 2 jour d’un grand rassemblement prévu le 30 juillet

Cela fait 39 jours que des migrants, demandeurs d’asiles pour la plupart, ont installé un campement de fortune au Sanitas, près de la voie ferrée. Cette solution s’est imposée parce que depuis plusieurs semaines déjà, des familles dormaient dans la rue. L’installation de ce campement a permis de mettre en lumière l’absence de solutions de logements pour les migrants, qui sont laissés à eux-mêmes dans l’indifférence complète des autorités responsables. On ne compte plus les fermetures de logements destinés aux demandeurs d’asiles, sans ouvertures en compensation.

Plusieurs fois déjà, les occupants du campement ont fait l’objet d’agressions et de menaces. Et avec la fermeture programmée du local de Chrétiens Migrants, situé à proximité du camp, pour tout le mois d’août, la situation sanitaire va se compliquer. Déjà, elle est problématique : les quarante personnes qui vivent sur le camp ne disposent que d’un W.C. et d’une douche.

Jusque-là, les autorités locales ont choisi d’ignorer le problème. Dans un communiqué, Chrétiens Migrants a montré comment celles-ci se renvoient la balle : à la préfecture, Isabelle Ferrandon (adjointe au cabinet du préfet) a saisi le nouveau directeur de cabinet du préfet tout en signalant que c’était la direction départementale de la cohésion sociale qui était en charge du problème ; à la mairie, le directeur de cabinet du maire, qui a saisi la préfecture, est parti en vacances et personne d’autre n’est joignable sur ce sujet ; au conseil départemental, Nadège Arnault (vice-présidente chargée des affaires sociales) a déclaré que la collectivité n’était pas concernée mais allait contacter la préfecture...

Pour le préfet, les personnes sans-abri doivent appeler le 115 pour obtenir une solution de logement. Mais tous les jours, la même réponse se fait entendre : « pas de place ». A tel point que c’est presque devenu une blague parmi les enfants du camp. Ce que réclament les personnes du camp, ce sont des solutions de logements stables, pas quelques nuits dans des hôtels insalubres. Une femme et son enfant, en demande d’asile, qui avaient obtenu six jours d’hébergement dans une chambre d’hôtel pleine de punaises, ont ensuite dû revenir sous l’une des tentes du campement. Une autre famille en demande d’asile, logée pour un mois dans un appartement géré par Émergence, a vu sa place dans le campement récupérée par une autre famille...

En jouant le pourrissement, en se renvoyant la balle comme elles le font, les autorités locales, maire, préfet et compagnie, laissent ces familles dans une situation de vulnérabilité et de détresse immense. Malgré les conditions délétères dans lesquelles elles sont placées, les personnes présentes sur le camp tentent de poursuivre leur vie familiale et sociale : un concert a été organisé, avec une chanteuse lyrique accompagnée d’un guitariste ; l’atelier d’auto-réparation de vélos Roulement à Bill est venu à plusieurs reprises et a offert des bicyclettes aux enfants, une retraitée vient ponctuellement lire des histoires aux enfants, etc. (toute proposition dans ce sens est d’ailleurs bienvenue). Cependant, la solidarité à l’œuvre sur le camp ne doit pas masquer la responsabilité de l’État dans la crise qui se joue ici, mais aussi à Paris, Calais, Vintimille, et sur tout le pourtour de la Méditerranée.

Le 30 juillet, un appel à un grand Rassemblement intersyndical en soutien au campement du Sanitas est fait, soyons nombreuse et nombreux !!

La suite à lire sur : http://larotative.info/campement-de-migrants-a-tours-35-1120.html

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Délit de solidarité : le guide est là !

Délit de solidarité : le 6 juillet 2019 marquera le premier anniversaire de la décision du Conseil constitutionnel consacrant la fraternité comme principe à valeur constitutionnelle. Une année où les poursuites et intimidations à l’encontre des solidaires ont gagné en légitimité dans le discours...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"