Conférence pour Christian, prisonnier politique berlinois, et au-delà...

762 visites
1 complément

Cycle de conférences à travers la France et la Suisse :

- Le 14 janvier 2008 à Genève dans les locaux de la CUAE à 19h (83, bd Carl-Vogt)
- Le 17 janvier 2008 à Lyon à L’Otentik Café, 25 rue St Jérôme (métro Jean Macé) à 20h30.
- Le 22 janvier 2008 à Strasbourg au café des épines à 20h (11 rue des roses)
- Le 24 janvier 2008 à Lille au Centre Culturel Libertaire à 19h30 (4 rue de Colmar)

Nous allons venir en France et en Suisse pour faire un cycle de conférences afin de parler en premier lieu de Christian qui est actuellement incarcéré pour une peine de 3 ans et dix mois depuis le 14 juin 2007 pour avoir tenté d’incendier une voiture destinée à faire une barricade pour arrêter une manifestation de neo-nazis le 1er mai 2004.
Il vient d’être acquitté pour deux affaires différentes, et nous voudrions profiter de l’élan de ces victoires pour continuer à faire pression sur l’État, et qu’il soit amnistié.
Comme le combat se déplace à un niveau supérieur, avec le dépôt de plainte à la Cour Européenne des droits de l’Homme, il nous paraît intéressant de nous rendre dans d’autres pays de l’Union afin de communiquer sur notre problématique.

  • Notre action principale, au jour le jour, à Berlin, est de faire en sorte que cette affaire - et ce qu’elle représente : la répression au sens général du terme - atteigne l’opinion publique. C’est le seul moyen de pression que nous avons à disposition : lorsque le peuple se rend compte que ses dirigeants ne respectent pas leurs propres règles, et qu’il manifeste son désaccord, l’État se retrouve acculé à faire marche arrière.
    Pour cela, nous faisons un gros travail pour faire rédiger des articles à ce sujet dans les médias dominants. Un certain nombre de journaux ont publié des informations relatives à l’affaire de Christian, sur les prisons et la répression. Toutefois, le discours dominant des médias étant celui de l’État (« nous vivons dans un pays démocratique »), ces textes apparaissent seulement comme dénonçant des dysfonctionnements ou des « erreurs judiciaires », et non comme une volonté délibérée de protéger des intérêts.

Cependant, notre but étant de faire libérer Christian mais aussi de faire diminuer la répression, nous ne voulons pas nous contenter d’infiltrer seulement de temps à autre les médias traditionnels, qui de plus ont déjà pu dénaturer notre propos, ou l’utiliser pour leurs intérêts. C’est pourquoi, en complément de ces actions de « parasitage », nous essayons d’être notre propre média en réalisant de la documentation, en organisant des concerts militants ou des conférences... En clair, garder de le contrôle de notre communication afin que cela serve au mieux nos objectifs.

Notre préoccupation première étant l’humain et non l’économie ou le pouvoir hiérarchique, nous ne voulons pas que d’autres, comme le parti des Verts allemand a essayé de le faire, nous utilise. Ce parti nous a soutenu (mollement, tout de même), car cela lui permettait via l’exemple de Christian de critiquer la garde des sceaux appartenant à une autre fraction politique. Toutefois, les Verts ont pris une part active à des décisions aggravant la condition des détenus, comme faire mettre du grillage aux fenêtres aux mailles si serrées qu’il n’y a quasiment plus de lumière pénétrant dans les cellules. Aussi peu de cohérence, nous laisse incrédule sur la sincérité des partis politiques qui ne veulent, en vérité, que servir leurs propres intérêts.

  • L’expérience de cette lutte contre la répression nous amène à penser que l’État est moins un organe politique qu’un organe de protection du capitalisme. Comme cela se fait-il qu’il y ait de moins en moins de criminalité, et de plus en plus de prisonniers ? Le modèle américain qui consiste à privatiser les prisons, et de faire de l’incarcération un marché économique, est bien suivi en Europe.

Par exemple, pour permettre à Christian de téléphoner, nous devons envoyer par virement bancaire de l’argent sur le compte de l’entreprise Télio qui taxe 0,09€ de la minute pour un téléphone fixe berlinois, 0,18€ pour un téléphone fixe non berlinois et 0,72€ pour les téléphones portables. Ce qui est entre trois et neuf fois plus cher que les propositions des opérateurs téléphonique communs. Toute denrée alimentaire supplémentaire au menu d’un prisonnier (qui est d’ailleurs d’une qualité exécrable) coûte extrême cher : 4€ une portion de fromage.

Cela coûte très cher pour notre petite bourse, mais n’est toutefois pas suffisamment rentable pour justifier le fait d’avoir autant de prisonniers. Le fait est que la répression au sens général du terme permet la croissance d’un secteur économique en pleine expansion : tout ce qui touche à la sécurité (caméras, biométrie...).

Dans beaucoup de codes pénaux européens, une agression contre des biens matériels est plus sanctionnée qu’une agression envers un humain, excepté si la victime est intéressante économiquement, ou si elle représente l’économie dominante : le meurtre d’un immigré chômeur passera pour moins grave que celui d’un PDG.

L’augmentation de la durée des peines est aussi un phénomène à noter. Primo, parce que le prisonnier rapporte de l’argent ; secundo, le spectre des prisonniers sévèrement punis fait tenir tranquille le reste de la population, de la même manière que le spectre de chômeurs alimente la peur de perdre son travail, et d’accepter tout et n’importe quoi pour le garder.

La répression se fait donc dans deux directions : l’une vers le prisonnier lui-même, l’autre vers le reste de la population à qui l’on montre un symbole de ce qu’il ne faut pas être.

Les trois pouvoirs ne sont pas aussi bien séparés que l’on le prétend. Si dans chacun d’eux on trouve des gens qui ne sont intéressés que par le pouvoir ou l’économie, ils ont le même but, donc ils fonctionnent ensemble ou du moins font la même chose. C’est comme cela que l’on peut se retrouver dans des situations où le fait d’être accusé par la police signifie que l’on est déjà coupable, car la justice se contente souvent de faire le travail de bureaucratie pour légitimer le jugement de l’exécutif, et de jouer pour l’occasion une pièce de théâtre en guise de procès. La police a des tendances préoccupantes à agir de plus en plus en dehors des cadres démocratiques, et les tribunaux de lui emboîter le pas.

Nous considérons que la vraie politique est celle qui s’occupe de l’humain et des idées, pas celle qui est centrée sur un optimum économique à n’importe quel prix.

  • Nos États deviennent de plus en plus policiers, et s’inspirent et se conseillent les uns les autres sur leurs politiques répressives respectives. Par exemple, Nicolas Sarkozy a dit être admiratif de la politique anti-terroriste d’Angela Merkel. Le plus intéressant est qu’il a fait cette remarque le jour de la saisie de serveurs internet de groupes anarchistes sur Berlin juste avant le G8. Ce même jour, beaucoup d’appartements d’activistes politiques ont été perquisitionnés pour rien et sans fondements. Certains interpellés sont longtemps restés en détention provisoire sans jugement et, certains sont toujours accusés avec le paragraphe 129A : organisation terroriste. Aucune pièce juridique valable n’existe et l’affaire traîne depuis le 9 mai 2007.

Autre exemple édifiant, l’évacuation et la démolition extrêmement rapide de l’Ungdomshuset, une maison des jeunes alternatifs de Copenhague au Danemark, en mars 2007. Il s’est déroulé à cette occasion une véritable expérience de laboratoire en matière de répression policière, avec des agents en civil observateurs venant de plusieurs pays européens. Des affrontement très violents ont eu lieu jours et nuits, pendant une semaine. Peu de médias ont relayé l’information, alors que dans d’autres cas on nous assène de nouvelles des cités où quelques voitures ont brûlé. Les forces de l’ordre de chaque pays disposent maintenant d’un exemple de quelle dose de répression peut supporter une démocratie.

Nous voulons donc faire ces conférences pour parler de Christian, mais aussi sensibiliser les gens à cette répression constante et latente à la fois (voir par exemple la propagation du mythe de "l’insécurité" qui amène les gens à accepter toute forme de contrôle dans leur vie publique et privée par peur d’être agressés). Le discours dominant paraît évident car il ne rencontre quasiment plus d’opposition, mais ce n’est pas parce qu’on entend qu’un seul message qu’il est vrai.
Nous pouvons faire nous-mêmes opposition, devenir médias et communiquer sur les problèmes que l’État essaie d’étouffer. La plus grande victoire de ce système serait de nous avoir déjà tous réprimés dans notre imagination, notre créativité, et notre prise d’initiative... Il ne manquerait plus que l’on s’auto-censure pour lui laisser la voie libre.

Comme l’a si bien dit Michel Foucault, « ce ne sont pas les prisons qui sont surpeuplées, mais la population qui est trop emprisonnée. »

On espère vous voir sur une des conférences !

P.-S.

Pour plus d’information, vous pouvez vous référer à notre site internet en français conf-free-christian.info ; et pour ceux qui lisent l’allemand, vous pouvez consulter la page du groupe de solidarité berlinois :
soligruppe_Christian _S.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 juillet 2008 à 14:49, par christian

    Christian et Andrea sont des prisonniers politiques berlinois. Une tournée de conférences en France et en Suisse a lieu à leur propos (en janvier 2008 à Genève, Lyon, Strasbourg et Lille), voici donc de leurs nouvelles, ainsi qu’un appel à la solidarité pour appuyer une demande de remise de peine pour Christian.

    Christian est un prisonnier antifasciste qui a été condamné a 57 mois de prison ferme par la justice allemande pour avoir participé activement a 2 manifestations antifascistes et pour avoir été présent lors d´une troisième.

    Ces 57 mois sont donc la somme de trois jugements :
    - Le premier 10 mois de prison ferme pour avoir lancé une pierre en direction d´une manifestation nazie,
    - le deuxième 3 ans de prison ferme pour avoir construit une barricade a l´aide d´une voiture afin de bloquer une manifestation de plus de 3000 néonazis a Berlin,
    - le troisième 11 mois de détention préventive pour avoir été soupçonné d´avoir lancé une bouteille en direction d´une manifestation de plus de 8000 Néonazis à Dresde, il a été ensuite acquitté de cette accusation.

    Le 4 avril 2008 après maintes pressions exercées sur la justice, ces onze mois, en fait 10 mois et 2 semaines, lui ont enfin été déduit.

    Christian se trouve maintenant dans la prison de Plötzensee à Berlin il doit normalement y rester non plus jusqu’à septembre 2010 mais jusqu’à novembre 2009. Ceci ne nous convient toujours pas, c´est pourquoi nous voulons obtenir de la justice les choses suivantes :

    1. Qu´il obtienne une remise de peine de un tiers.

    2. Qu´il sorte donc le 4 août 2008.

    En juillet, va être décidé s’il obtiendra une remise de peine ou pas. C´est pourquoi nous demandons à ceux qui le veulent bien, de faire des actions ou des manifestation en solidarité avec Christian. Cela durant le mois de juillet afin de réclamer sa sortie de prison pour le 4 août 2008.

    Andrea est une autre antifasciste, se trouvant actuellement incarcérée à la prison de Pankow à Berlin. Elle a été condamnée à 14 mois de prison ferme pour avoir participé à plusieurs actions antifascistes,antiracistes, et anticapitalistes :
    - avoir distribuer des flyers dans un bureau en charge de l´immigration clandestine,
    - avoir porter sur elle un spray d´autodéfense lors d´une manifestation contre une rencontre de ex-SS en Bavière
    - pour avoir occuper une maison vide
    - et pour avoir porter sur elle des oeufs remplis de poivre contre une manifestation nazis à Berlin.

    Actuellement, étant donné qu´elle refuse de travailler en prison, il lui a été interdit d´acheter à manger. Raison pour laquelle sa santé se détériore d´une façon alarmante étant dans les faits sous-alimentée. Ce qu´il se passe dans les prisons allemandes est d´une façon détournée du travail forcé.
    Mais comme elle refuse toujours de travailler, l’administration pénitentiaire sort de son sac une nouvelle pression : elle devrait bientôt devoir payer 368 euros par mois de loyer pour sa cellule et le peu de nourriture qu’elle reçoit.

    L´Allemagne réussit toujours bien à se vendre pour un pays respectant les droits de l´homme mais ce n´est pas le cas. Christian également n´avait pas reçu les médicaments dont il avait besoin durant tout le temps de sa détention provisoire.

    Nous exigeons de la justice qu Andrea puisse s´alimenter correctement et n’ait pas à payer pour être en prison, ainsi que la cessation immédiate de la criminalisation des initiatives antifascistes et antiracistes, ce qui revient à revendiquer la libération des prisonniers politiques de la scène de gauche.

    Liberté pour tous les prisonniers antifascistes, à bas les prisons !!!

    Nous témoignons également de notre solidarité envers les prisonniers sociaux.

    page web du groupe de solidarité d’Andréa

    page web du groupe de solidarité de Christian

    Pour plus d’informations en français se référant à la situation de Christian et Andrea :
    L’antifascisme n’est pas un crime
    Archarnement policier contre Christian S.
    Liberté pour Christian et Andrea

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"