Conflit VEOLIA / USTKE : la répression contre les militants syndicaux continue

866 visites
1 complément

La justice n’appartient à personne…

Alors que le conflit vient de dépasser les 3 mois, les négociations sont toujours inexistantes. La police continue ses opérations de contrôle et d’intimidation. Les militants et responsables de l’USTKE voient leurs véhicules systématiquement fouillés plusieurs fois par jour. Heureusement que le ridicule ne tue pas car cela fait bien longtemps que le Procureur ne serait plus de ce monde.

L’État de droit a depuis longtemps cédé la place à une dictature politique. La police utilisée pour crédibiliser un discours politique, un Procureur qui, avec sa petite bande, prétend être la justice à lui tout seul, une désinformation dirigée par l’outil de propagande qu’est RRB [1] et nous avons dans cette affaire tout ce que nous dénonçons depuis des années. Les atteintes au droit syndical, à la liberté d’expression, aux droits du peuple autochtone sont omniprésentes et, rares sont ceux qui osent le dénoncer publiquement.

Pourtant des collectifs se mettent en place ici et en France [2]. Jour après jour les excès auxquels nous assistons crédibilisent encore plus notre engagement et notre détermination.

Une manifestation devant le ministère de l’Intérieur en France a permis de sensibiliser l’État sur la situation locale, le Haut Commissaire ne pouvant pas, lui non plus, se prévaloir d’être la voix de la vérité.

JPEG - 17.3 ko


Les mobilisations et la solidarité restent notre force. Nous avons des camarades emprisonnés alors qu’ils sont innocents. D’autres ont été passés à tabac par certains du GIPN.

Rien de tout cela ne restera sans réponse.
Nos avocats prouveront le bien fondé du combat de l’USTKE.

USTKE

Le procès des 15 militants, encore emprisonnés, aura lieu le vendredi 22 février 2008.

Une vidéo est en ligne sur les brutalités policières commises lors du conflit : « L’État français attaque les libertés syndicales ».

Notes

[1Radio Rythme Bleu, NRJ Caledonie, RFO et radio Djido sont les 4 stations locales.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 13 février 2008 à 10:14, par Solidaire

    Nous vous appelons à participer à une campagne de soutien aux prisonniers en leur écrivant dès maintenant le plus de lettres possibles.

    L’adresse c’est :

    Centre pénitentiaire Camp Est, BP 491, 98845 NOUMÉA Cedex , Nouvelle-Calédonie

    Voici les noms des prisonniers : Franck EVA, André HANQUEZ, Roger HMAE, Emile KAI, Likaleto LAUFOU, Alexandre MAI, Wahaicane MALO, Mickael QALUE, Yohan SIPA, Kalato KUSI, Julien VAIAGINA, Thierry POUYA, Edouard LOGONA, Frédéric HNAUK.

    Il faut toujours envoyer une copie de vos lettres aux avocats pour être sûr que les prisonniers les reçoivent. Donc copie à l’USTKE qui transmettra :

    USTKE, 2 rue Ali Raleb, Vallée du Tir, BP 4372, 98800 NOUMÉA, Nouvelle-Calédonie

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"