Contrôleurs TCL en civils : récit ouvert à Bernard Rivalta

10881 visites
5 compléments

Depuis quelque temps, des contrôleurs en civils sont présents sur l’ensemble du réseau TCL. Ce bouleversement dans le monde de la répression des transports en commun et les comportements qu’il induit chez les usagers des TCL ont inspiré un petit récit à un lecteur/rédacteur de rebellyon, sous forme de texte ouvert à Bernard Rivalta, président de SYTRAL (organisme gestionnaire des TCL).

Récit ouvert à Bernard Rivalta

- « Bonjour Monsieur, contrôle TCL, auriez vous un titre de transport et une pièce d’identité à me présenter s’il vous plaît ? »

Il me veut quoi celui-là avec son survêtement et sa sacoche en cuir ? C’est une blague ? Il est pas contrôleur. Je lui lance :

- « Oui bien sûr, dessus c’est marqué que je m’appelle Jules César. D’ailleurs elle est en marbre, faîtes gaffe c’est un peu lourd.

- Je ne plaisante pas Monsieur, vous n’avez pas validé votre titre de transport, je dois vous verbaliser. »

J’y crois pas. Il ouvre sa sacoche et sort une machine genre lecteur de carte bleue en me regardant très sérieusement. Je suis tellement étonné que je pioche sans réfléchir mon portefeuille dans ma poche arrière et lui tend ma carte d’identité. Il tapote son écran avec un stylet pendant que je regarde les gens autour mais ils détournent tous la tête.

- « Vous avez un moyen de paiement sur vous Monsieur ? »

Je lui file ma carte bleue. Quarante huit euros. Bam. Je tape mon code, toujours sans réfléchir, il me tend un ticket et mes papiers en disant :

- « Voilà Monsieur, merci. Ce ticket est valable toute la journée sur le réseau TCL. »

Je suis estomaqué. Encore heureux que j’ai pas à payer d’autres tickets aujourd’hui, je viens de cramer une journée de travail pour m’être fait surprendre par un flic en civil. Pas un flic je sais mais c’est tout comme.

— 
Quatre jours plus tard je prends le tramway et composte mon billet à peine monté à bord. Pas envie de me faire avoir deux fois. Un type qui rentre juste après moi ignore la machine. Je l’arrête et lui dis de faire gaffe, que le gros type là-bas avec une banane en croco est peut être un contrôleur. Il jette un œil méchant à l’homme en question, me remercie en grommelant et sort un ticket de sa poche pour nourrir la bête.

On passe tous les deux le voyage à fixer le gars, qui observe distraitement les voyageurs monter à chaque arrêt. Tout le monde valide son titre de transport, impossible de savoir le fin mot de l’histoire.

Le lendemain, je dois prendre le métro. Je m’approche du distributeur, pas très serein, quand une fille qui sort par le portique s’approche de moi et me dis avec un grand sourire :

- « Tenez si vous voulez mon ticket il est encore bon une demi-heure. »

Un type nous regarde, il a un sac en bandoulière noir. Je refuse sèchement, la fille hallucine. J’insère ma carte bleue dans la machine. Dans le métro, personne ne parle, personne ne regarde personne. Ca donnerait quoi si
tout le monde pouvait lire dans les pensées des autres ? Ou si on pouvait tout simplement entrer dans la rame et se mettre à parler avec n’importe qui ?

— 
Les jours suivants, quand j’ai dû prendre le tram, j’ai composté à chaque fois mon billet. Ca m’a coûté plutôt cher. J’ai vu un type se faire contrôler par un civil. À l’arrêt d’après, j’ai vu quelqu’un monter sans valider son ticket. Je lui ai fait de grands signes en désignant clairement du regard l’homme avec la sacoche derrière lui, mais il n’a pas compris. Abruti, quarante huit euros.

— 
J’ai fini par passer mon temps à observer tout le monde, pour repérer les contrôleurs. Je commence à avoir l’œil, à repérer leurs sacs, leurs comportements, leurs regards pas vraiment discrets. Ensuite j’essaie de prévenir ceux qui montent sans ticket.
Ca ne me coûte rien, et même ça m’occupe pendant le trajet. Mais je passe un peu pour un taré à mater les gens comme ça. On m’a déjà fait des remarques, et à force j’ai arrêté.

Tout le monde commence à regarder tout le monde bizarrement dans les transports. Même ceux qui ont un ticket jouent à trouver le contrôleur en civil. À force tout le monde en est un. Ou personne. D’ailleurs, depuis quelques temps je n’en repère plus beaucoup. Comme s’il n’y en avait plus.

— 
Un jour je décide de faire le test. Je monte dans le tramway et ignore volontairement la machine. Je reste debout contre l’extrémité de la rame. Tout le monde me regarde, me fait les gros yeux, les gens se regardent entre eux. Je commence à stresser, chacun d’entre eux pourrait être un contrôleur. Tout le monde se surveille et se guette, s’offusque de celui-ci qui ose monter sans valider son titre de transport alors qu’il y a des contrôleurs partout. La tension monte mais rien ne se passe. Arrivé à mon arrêt je descends.

Je prends une correspondance, et monte dans le bus, sans billet. Le chauffeur, sympa, me dit de faire gaffe, que maintenant il y a des contrôleurs en civil. Je me marre :

- « Je sais merci ! »

Je refais le test. Si ça se trouve, maintenant que la présence des contrôleurs en civil est inscrite dans toutes les têtes, même plus besoin d’en mettre : on se surveille les uns les autres, et comme la menace est partout, plus personne ne prend le risque de voyager sans payer, ou de partager son ticket encore valable avec quelqu’un.

Imagine le délire si tu le proposes à un contrôleur en civil.

Je m’assoie près du fond et attend. Il y a plusieurs personnes avec des sacoches suspectes, une femme et deux hommes. Ils m’ont tous vu entrer sans composter. Je serre les dents et les poings, avec toujours sur moi ces regards surpris de l’inconscience dont je fais preuve. Rien ne se passe.

— 
Le lendemain, heureux et fier de ma découverte, je ne jette pas un œil au distributeur de billets, ni à la machine à l’entrée du métro. Je m’engouffre derrière une dame avant que le portique ne se referme. Toujours le même silence dans la rame, la méfiance règne.

Avant c’était simplement l’indifférence, la barrière sociale imposée par la ville, les codes, la proximité. Le silence qui s’autoalimente. Qui grossit chaque mot prononcé.
Maintenant c’est une ambiance de guerre civile, chacun se jauge et examine les faits et gestes de l’autre. Parfois des remarques fusent, des insultes même, il paraît que certains en sont venus aux mains à force de se sentir fixés.

La fraude n’existe plus, mais une atmosphère glauque règne dans les transports en commun.
Je suis le seul à être serein. Je souris même de ces airs malsains, j’ai envie de leur expliquer le subterfuge des TCL.

C’est là que je remarque au bout de la rame un homme qui me regarde droit dans les yeux, qui semble même me fouiller de loin, chercher quelque chose en moi. Je commence à avoir une boule au ventre. Me suis-je trompé ? Je regarde ailleurs, mais tombe direct sur son reflet dans la vitre. Sa silhouette de trois-quarts bloque toujours sur moi. Il remarque même mon manège et fait volte-face pour m’examiner à nouveau dans le miroir de plastique.

Soudain ses sourcils se soulèvent, et son visage prend un air décidé. Il se met à marcher vers moi. Je tourne la tête et le vois déjà tout proche, souriant d’un air carnassier.

Je n’ai pas du tout quarante huit euros à mettre dans une amende. J’ai déjà deux mois de loyer de retard, dont un passé à payer des tickets TCL trop chers. Je panique, j’ai l’impression que tout se passe au ralenti. Les gens regardent l’homme traverser la rame comme un lion fondant sur sa proie. Je n’ai pas envie de payer, je paie déjà tout le temps, pour tout. Je serre les poings. Je ne lui laisse même pas le temps de parler.

Hier, j’ai frappé un ami d’enfance qui m’avait reconnu dans le métro. Trauma crânien en cognant le sol, dix-huit points de suture.

Claustinto

PDF - 64 ko
Récit ouvert à Bernard Rivalta

Lire aussi sur Rebellyon :
- Le scandale du racket des TCL ! Les fraudeurs étaient les boucs émissaires qui cachaient la forêt d’actionnaires !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 13 mars 2015 à 08:42, par François

    3e jour avec le même dispositif d’accueil aux 2 arrêts de tram du campus Porte des Alpes.

    Les TCL poursuivent le racket des étudiants pauvres pour engraisser les actionnaires de Keolis...

    Résultats 2013 de Keolis : + de 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires

  • Le 11 mars 2015 à 09:58, par

    Une véritable armada (pas moins de 4 « gros bras » par porte) aux deux arrêts de tram du campus de Bron vers 8h ce jour. Plusieurs individus en civil portant brassard sont également présents pour former ce comité d’accueil bien plus imposant que d’habitude.

    Qui d’autres que les étudiants qui n’ont pas les moyens de payer leur ticket espèrent-ils serrer à cet endroit et à cette heure ???

  • Le 16 mai 2014 à 22:51, par aleks

    Bonjour, la semaine dernière j’ai pris le tramway comme tous les jours. Le tramway était bondé de ce fait je n’ai pas pris le temps de validé ma carte (je recharge mon abonnement tous les mois). Peu après que je me sois installé un homme en civil s’est approché de moi en me demandant de lui montrer mon titre de transport je lui ait donc demander une carte prouvant sa légitimité qu’il m’a présenté. Il a alors saisie ma carte et m’a signifié que je n’avais pas validé donc que j’étais en infraction et que je devrai payer une amande de 5€. J’ai tenté de lui expliqué que je payais bien mon abonnement il m’a alors dit que je devais validé ma carte et que le fait que l’abonnement soit payé ne changeait rien. Il m’a donné un procès verbal que j’ai refusé de signer car pour moi le problème est d’ordre éthique. J’ai fais le choix de ne pas valider ma carte de Transport car je paye un abonnement tous les mois ce qui signifie pour moi que je ne suis jamais en infraction, mais l’entreprise TCL trouve légitime de contraindre les usagers à valider leur carte de transport pour l’élaboration de statistiques. Je suis totalement en désaccord avec cela car mes déplacements et mon emploie du temps ne regarde en rien cette entreprise je n’ai rien signé qui leurs donne accès à cela pour moi il s’agit d’une atteinte à ma vie privée et d’une filature déguisé, de la légitimation d’une entreprise policière.

  • Le 18 novembre 2013 à 20:22, par matin brun

    Salut,
    ça a évidemment un petit coté Franck Pavloff et c’est très agréable à lire (et la chute !)
    Mais le lendemain, on devient un peu parano dans le tramway pour aller bosser...

    Merci pour ce petit texte, ça fait du bien quelque part.

  • Le 18 novembre 2013 à 19:21, par Zorglub

    Tres beau texte, sincère et vrai, merci !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

>Les vrais casseurs s’attaquent à nos retraites

« Ce n’est ni en ressuscitant un État providence moribond ni en acceptant la société capitaliste et patriarcale que nous trouverons une solution à la problématique du vieillissement de la population. » Retour sur la future réforme des retraites par l’Union Pour le...

>[Nantes] Perquisition puis garde-à-vue pour une médic

Une medic de Street Medic Nantes a été perquisitionnée et placée en garde-à-vue ce mercredi 19 juin, elle découvre alors être ciblée par une enquête préliminaire pour des faits d’exercice illégal de la médecine, ainsi que de participation à un groupement en vue de commettre des violences sur personnes...

› Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"

Derniers articles de la thématique « Expression - contre-culture » :

>L’internationale chanté pour la première fois le 23 juillet 1888

L’internationale, poème d’Eugène Pottier, écrit en juin 1871 pendant la terrible répression de la Commune de Paris. Il ne fut publié qu’en 1887 et chanté pour la première fois le 23 juillet 1888 à Lille par la Lyre des Travailleurs. Devenu l’hymne des révolutionnaires, il sera complètement illégal durant...

› Tous les articles "Expression - contre-culture"

Derniers articles de la thématique « Transport » :

› Tous les articles "Transport"