Croix-Rousse : occupation du collège Truffaut pour le relogement des familles

3202 visites
1 complément

Action collective et citoyenne pour protester contre les conditions de vie inhumaines des familles sans logement et demander la réquisition de bâtiments publics.
Le rassemblement était appelé à18h sur l’esplanade de la grande côte. Plus de 150 personnes se sont alors dirigées en cortège jusqu’au collège François Truffaut en vue de l’occuper.

- 19 décembre, communiqué suite au rassemblement devant l’hôtel de ville

- 18 décembre, suite à l’occupation du collège, appel à rassemblement devant l’hôtel de ville à 18h

[rouge]MaJ 17.12 [/rouge]

- 21:10 : Départ du collège pour une manifestation nocturne en direction du centre.
- 20h50 : De plus en plus de monde à l’extérieur, devant l’insistante pression policière certains sortent du collège et rejoignent l’attroupement.[/rouge]
- 19h50 : 120 personnes bloquées à l’intérieur du collège, 200 dehors et un gros renfort policier
- 19h10 : les personnes retenues par la BAC dans une des salles du collège ont été relâchées. De plus en plus de personnes en soutien à l’extérieur.
- 18h45 : La BAC retient visiblement plusieurs personnes. Besoin de monde en soutien.

JPEG - 69.6 ko
Photo de l’occupation en cours piochée sur twitter (@fredpoignard)

- 18h40  : le barrage de police franchi, les manifestants sont entrés dans le collège truffaut (4 Place du Lieutenant Morel). Une centaine de personnes occupent le bâtiment, autant sont bloqués dehors.

- 18h30  : la manifestation s’est dirigée vers le collègeTruffaut. Mais une escouade de la BAC en bloque l’entrée. Lacrymo contre les manifestants, à deux reprises déjà.

- 18h25  : Le rassemblement est parti en manifestation sauvage, 150 personnes déjà présentes.


QUISITIONBERGEMENT D’URGENCE

Il appartient aux Préfets, en tant qu’autorités de l’État, de mettre en œuvre le droit à l’hébergement d’urgence reconnu par la loi.

Exigeons donc la réquisition légale et encadrée de bâtiments publics vides, inoccupés et pourtant parfois chauffés afin qu’ils soient transformés en centres d’hébergement à destination de ces familles et gérés par des associations humanitaires reconnues d’utilité publiques.

Depuis le 30 novembre dernier, des habitants du 1er arrondissement, soutenus seulement par leur mairie d’arrondissement, se battent pour venir en aide à des familles sans logement qui vivent pour certaines dans des squats insalubres, sous les ponts, dans leurs voitures, en hébergement précaire, à la merci du hasard...

La plupart de ces familles ont des enfants scolarisés dans les écoles du quartier (Servet, Doisneau, Hugo, Aveyron, Tourette mais aussi Dru, Berthelot...) et partagent le quotidien de nos gônes : ensemble en classe, dans la cour, à la cantine. Pourquoi devrions nous accepter que certains soient à la rue une fois que la cloche a sonné ????

Les différentes structures sociales d’accueil, le 115, les associations à but humanitaires et les travailleurs sociaux sont surchargées, ne peuvent plus mener à bien leurs missions et n’en ont même plus les moyens :

Plus de 1000 appels par jour au 115 ne peuvent être traités et d’après une estimation (basse) du Rectorat plus de 1000 enfants scolarisés dorment dans la rue et le plan froid n’est toujours pas déclaré alors que le thermomètre est en chute libre la nuit.

Les pouvoirs publics : Préfecture du Rhône, Mairie Centrale.. ont été alertés à de multiples reprises sur le cas de ces familles, mais en vain.

Aussi et même si nous avons pu grâce à notre solidarité citoyenne, loger ces familles chez les uns et les autres ou leur payer quelques nuits d’hôtel, leur retour à la rue est imminent et cette situation en plus d’être intolérable et inhumaine est totalement contraire à la loi :

En effet, dans son ordonnance du 10/02/2012 le conseil d’état a rendu une décision qui précise qu’il appartient aux Préfets, en tant qu’autorités de l’État, de mettre en œuvre le droit à l’hébergement d’urgence reconnu par la loi à toute personne sans abri qui se trouve dans une situation de détresse médicale, psychique et sociale, à tout moment (article L345-2-2 du code de l’action sociale des familles).

Devant l’indifférence des pouvoirs publics, nous estimons qu’il est de notre devoir de citoyens de dénoncer haut et fort cette carence caractérisée dans l’accomplissement des tâches qui incombent au Préfet et qui porte une atteinte grave et manifestement illégale a une liberté fondamentale (article L.521-2 du code de justice administrative).

Nous exigeons donc la réquisition légale et encadrée de bâtiments publics vides, inoccupés et pourtant parfois chauffés afin qu’ils soient transformés en centres d’hébergement à destination de ces familles et gérés par des associations humanitaires reconnues d’utilité publiques.

Ce mèl a donc pour but de vous inviter à participer avec nous à une action collective et citoyenne pour protester contre les conditions de vie inhumaines des familles sans logement, pour dénoncer l’immobilisme des pouvoirs publics et demander la réquisition de bâtiments publics.

Cette action sera limitée dans le temps et plus nous serons nombreux a participer, plus les pouvoirs publics auront du mal à faire la sourde oreille et à oublier de remplir les devoirs qui leur incombent.

Pour cela nous vous demandons de vous rendre disponible le mardi 17 décembre à 18h, Esplanade de la grande côte.

Merci de votre mobilisation à nos côtés.

Lire Familles expulsées, écoles occupées !.


Communiqué des Parentables

Depuis plusieurs mois les luttes et mobilisations pour soutenir des familles avec enfants qui dorment dans la rue par des températures glaciales se succèdent. Des associations de parents d’élèves, des enseignants ainsi que des habitants de différents quartiers (1e, 3e,7e,8e arrondissement, Villeurbanne, Vaulx en Velin) sont venus en aide à des familles à la rue dans l’urgence.
Le collège Henri Barbusse à Vaulx en Velin a été occupé en septembre. Ce sont à présent au tour les écoles Gilbert Dru et Berthelot dans le 7e arrondissement d’être occupées.
Dans ces cas, les parents d’élèves et les enseignants n’ont eu d’autres choix que d’héberger des familles au sein de locaux scolaires pour pallier à la faillite des services sociaux du Rhône, en particulier le 115 qui est totalement débordé .

Pourtant de nombreux logements sont vides, des solutions sont possibles.
Ainsi le préfet, représentant direct de l’état, a tout pouvoir de réquisitionner des logements vides, M. Collomb le maire de Lyon peut lui aussi exercer son pouvoir de police et effectuer des réquisitions ou mettre à disposition des locaux vacants. Nous faisons donc le constat que les autorités qui ont déjà été largement sollicitées ne prennent pas leurs responsabilités.
Cela ne peut plus durer . Il n’est plus supportable pour nous parents ou enseignants d’accepter que les camarades de nos enfants dorment dehors, malades de froid et en danger. Nous refusons de continuer à pallier à l’irresponsabilité des pouvoirs publiques.
Nous tenons à affirmer notre soutien et notre solidarité aux parents d’élèves et aux enseignants qui s’engagent et en arrivent à occuper leurs écoles. Un enfant a le droit à un logement, et c’est un devoir de lui en fournir un. Nous appelons donc expressément M. le Préfet et M. le Maire de Lyon à agir au plus vite.

Les Parentables, parents délégués de l’école des Tables Claudiennes, Lyon 1er.

mardi 17 décembre 2013

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 17 décembre 2013 à 22:52, par zoralouise

    Nouveau rassemblement demain à 18H place de la Comédie

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

>L’émeute du 24 mai 1968 à Lyon

Jacques Wajnsztejn, animateur de la revue Temps critiques raconte une journée particulière à Lyon, faite de tactique politique, d’émeute et de résistance aux forces de répression. Extrait de son livre Mai 68 à Lyon, Retour sur un mouvement...

› Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>Covid et liberté dans les squats lyonnais

Pandémie Covid 19 : soigner, détecter, ficher ? Protéger, isoler, loger ? L’état d’urgence sanitaire va être prolongé et un nouveau texte de loi va être promulgué. Comme toustes ceulles qui habitent en France, nous, les habitants du squat Maurice Scève, sommes concernés par ces mesures à venir. Jusque là,...

>Des nouvelles de l’Espace Communal de la Guillotière

Pas besoin de se le rappeler, la situation de confinement liée à l’épidémie de coronavirus n’a fait qu’accroître les inégalités qui existaient déjà. De plus en plus de personnes se retrouvent dans la galère. Plus de taf, plus d’argent qui rentre. Plus de quoi payer les loyers, plus de quoi se nourrir...

>Grève des loyers : détours historiques

Sur quelles luttes nous appuyer pour construire ? Que nous permettent-elles d’espérer et de construire collectivement ? En France, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne... retour historique sur quelques grèves des loyers pour donner de la force et des idées à celle en...

› Tous les articles "Logement - Squat"