Des précaires s’affichent le 4 octobre... et solidaires en plus !

1472 visites

Quelques impressions, au passage, sur la manif du 4 octobre, l’expression positive de la solidarité et quelques photos.

JPEG - 72.1 ko
[cliquer pour agrandir]

La matinée de ce mardi 4 octobre commençait bien : il ne pleut pas et il y a beaucoup de policiers autant en civils qu’avec tenues de combat... dès 10 h autour de la préfecture. Bon.

Petit à petit, les masses convergent vers ce qui doit être la grande manif de rentrée « pour faire comprendre à nos gouvernants que c’est pas bien ce qu’ils font ».

La manif démarre tardivement en direction de la place des Terreaux depuis la préfecture. Les cortèges sont assez habituels : la CGT mobilise (sans doute la moitié du cortège) la CFDT est également présente (question de service minimum) FO (gros bras et rangers au premier rang, no comment !) les syndicats d’enseignants très présents (le plan Fillon n’est pas près d’être digéré...) la police également manifeste sous diverses bannières (Alliance, SNPT...) le cortège des syndicats SUD est aussi visible avec ses drapeaux colorés. La CNT est de sortie et malgré les difficultés de se faire une place dans "ce monde de brutes".

Les précaires, jamais très visibles, sont pourtant présents : sous différentes bannières (Education Nationale par ex.) et puis y’a quelques personnes d’AC ! qui ont décidé de se rendre un brin visible avec de la banderole et du tract...

JPEG - 72.1 ko
[cliquer pour agrandir]
JPEG - 81.6 ko

Tout le monde se déplace vers la place des Terreaux puis Bellecour. La manif arrive vers 13 h à destination : 20 à 25 000 personnes paraît-il. Après prises de paroles et casse-croûte syndical (y’a grève et camaraderie aussi !) il y a rassemblement vers ce qui sert de centre à la place Bellecour : le cheval et un certain Louis XIV dessus - je crois. Convergence de quelques forces (à l’appel d’AC !, le collectif des résistances de la Friche...) pour soutenir deux familles qui résident rue des Chartreux (qui risquent l’expulsion locative) dans le 1er arrondissement et aussi pour s’essayer à une convergence des luttes et affirmer une solidarité qui trop souvent s’écrit sur des tracts et ne se retrouve pas trop dans les faits...

JPEG - 114.6 ko
JPEG - 111.5 ko

Un groupe d’une quarantaine de personnes part donc vers la rue des Chartreux et partagera une partie de l’après-midi points de vues et idées sur une possible convergences des luttes.

En fin d’après midi, ces mêmes personnes se rendront place Sathonay face à la mairie du 1er arrondissement afin de réclamer le relogement de ces deux familles lors d’une rencontre entre les familles et la dame maire du dit arrondissement.

Au moins la solidarité s’exprime, une convergence ponctuelle et surtout un rendez-vous qui permet aux familles d’obtenir l’assurance qu’elles ne seront pas expulsées sans relogement !

A suivre (de très près, pour une fois c’est conseillé : pas de distances de sécurité à observer)

Un voisin.

Documents associés à l'article :

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « AC ! Rhône » :

>Radiations massives à l’ANPE

Un article du site d’AC ! : ANPE : radié pour « attitude blasée » et « regards par la fenêtre » Pour nos gouvernants, les revenus de misère des chômeurs, c’est encore trop d’argent dépensé !

>Avis à la Population « Précaire » !

CES, CEC, RMA, CNE, CPE, Intérim, CDD, Léa ou Contrat Unique... Vos contrats, on n’en veut plus ! AC ! Rhône, le Collectif Vaudais des Privés d’Emploi et Précaires, le Syndicat des Privés d’Emploi et Précaires CGT, appellent tout le monde dans la rue ! Manifestation samedi 18 mars à 11h00, place...

› Tous les articles "AC ! Rhône"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , « le pays des hommes intégres », à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire la...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"