Expulsion de 150 migrants de l’esplanade mandela lyon 3

1317 visites
2 compléments

Vendredi 25 aout 2017 - 7h00 - Les CRS, l’élue de Lyon 3e à la tranquillité publique, Martine Elbahar, le personnel des TCL... ils sont tous là pour exécuter la décision du tribunal administratif du 16 aout dernier, à savoir l’expulsion de 150 migrants du l’esplanade Nelson Mandela Lyon3

11 familles avec enfants de moins de 3 ans logées à l’hôtel pour 10 jours seulement.

Pas d’hébergement proposé.

Pas de réquisition d’immeuble.

Pas d’ouverture d’un lieu public.

Les migrants sont empêchés de prendre les transports en commun.

Ils sont contraints de laisser beaucoup d’affaires sur places.

L’OFII (office français de l’immigration et de l’intégration) distribue des flyers pour l’aide au retour au pays.

En parallèle des vigiles sont placés en nombre dans chaque parc pour empêcher les migrants de refaire un camp...

La chasse à l’Homme va commencer dans les rues de Lyon.

5e expulsion en 7 mois.

Stop !!!!! on ne peut pas gommer 150 personnes de l’espace public alors qu’ils ont des droits, à commencer par le droit a l’hébergement !!!!!

Stop !!!! ces migrants ne sont pas la pour le plaisir. ils fuient une situation intenable pour eux en albanie, kosovo, macedoine !!!

Le Collectif Agir Migrants Lyon réunit 100 habitants

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 1er septembre 2017 à 20:04, par Bertrand

    Les flics ont empecher de prendre les valises. Pour certain.nes dedans y avait leur thunes, leurs papiers, ... acab

  • Le 30 août 2017 à 10:18, par sergio

    Depuis vendredi, la pression policière s’intensifie de façon intolérable contre les 50 personnes sont encore présentes sur l’esplanade Mandela (de l’autre côté du camp expulsé vendredi) : les personnes sont contraintes de dormir assises ou debout (familles avec enfants en bas âge et femmes enceintes y compris), des papiers et des affaires personnelles ont été jetés à la déchetterie par la police.
    Un pique-nique de soutien est organisée sur l’esplanade Nelson Mandela ce soir à 19h. Venez nombreuses et nombreux !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>Un nouveau Centre de Rétention Administrative (CRA) à Lyon !

La construction de 3 nouveaux CRA a été confirmée par Castaner à Bordeaux, Olivet (près d’Orléans), et à Lyon ! Pour rappel, les Centres de Rétention Administrative (CRA) sont utilisés pour emprisonner les étranger.e.s [jusqu’à 90 jours], à qui on ne reconnaît pas le droit de séjourner en France, dans...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>Caravanes, yourtes, camions habités... Un projet de loi veut les chasser

L’article 14 de la loi Engagement et proximité est un « outil d’exclusion massive » selon les auteurs de cette tribune, qui demandent aux députés de retirer cette mesure « anti-pauvres ». Elle permettrait aux maires de faire payer une astreinte de 500 euros par jour aux occupants de caravane, yourte, camion...

>Deux écoles occupées pour mettre à l’abri des enfants sans toit

Plusieurs familles sont dans la détresse au sein de la Métropole Lyonnaise. Les différents comités fédérés au sein du collectif « Jamais sans Toit » sur la Métropole de Lyon, les dénombrent jour après jour. Alors que le droit au logement est de plus en plus remis en cause, des écoles sont de nouveau occupées...

>[Marseille] Insalubrité, gentrification : même combat !

Un an après l’effondrement de deux immeubles rue d’Augagne à Marseille, le 5 novembre 2018, retour sur les mécanismes d’abandon des quartiers populaires. De Noailles à la Plaine, en passant par la Belle-de-Mai et Belsunce, c’est toujours le même plan que la mairie de Marseille et la Soléam imposent :...

› Tous les articles "Logement - Squat"