Gérard Collomb s’invite au forum des associations du 3ème arrondissement...

1291 visites
2 compléments

Aujourd’hui de 14 heures à 18 heures se tenait, sur la place Ambroise Courtois, le forum des associations du 3e. Gérard Collomb s’y est invité, sûr et certain de son triomphe. C’était sans compter sur les « sans-noms »...

Il est près de 16 heures lorsque Gérard Collomb apparait au stand de la LDH, sur le forum des associations. Diplomatique, il serre les mains, et dit bonjour. Tiens, c’est qui celui-là ?

C’est vrai que tout le monde le connait, Gérard Collomb, sa tête est partout. Alors quand il serre la main, pas besoin de se présenter, un bonjour, un sourire cordial, de la communication. Ce à quoi se résument les politiciens et la majorité des élus, en ce moment : de la communication. Et encore, pas n’importe quelle communication : de la mauvaise communication.

Entre temps, je me renseigne. Je viens de serrer la main à Gérard Collomb, sans lui poser mes questions. Je le rattrape alors. Je me mets du côté où il avance, sinon il ne me verrait pas, et suffisamment près de lui pour qu’il ait à me serrer la main, puisqu’il a déjà oublié mon visage.

Et préparant mes questions en hâte, je lui annonce que je veux lui en poser certaines. Gérard Collomb, toujours prêt à faire sa publicité, s’arrête, tout sourire, sourire de façade, puisqu’il a déjà compris qui j’étais, une méchante citoyenne qui va l’importuner. Une gauchiste ? Une anarchiste ? Par la suite, on me demandera si je fais partie du collectif des frichards, et on souhaitera connaitre mon nom...

Petit compte rendu :

Ladite « citoyenne » l’interrogera alors sur l’écologie et le PS. Pourquoi les grands et larges et vieux arbres de la place Bellecour ont-ils été coupés ? Parce qu’on allait les remplacer par des jeunes, des plus petits. Pourtant ils étaient en bonne santé ? La mairie PS a un service des arbres qui détecte quand est-ce qu’un arbre va bientôt mourir. Et alors, on les coupe. Tous ? Mais ils ne sont pas forcément tous en mauvaise santé ? Non, mais vous comprenez, on ne peut pas avoir des petits, des moyens, des grands, des gros, des maigres...  diversité » vantée par le PS oblige, j’imagine).

Passons à la seconde question, concernant les diverses bâches publicitaires se trouvant sur la place Bellecour. J’ai appris qu’un arrêté municipal interdisait toute publicité de cette envergure sur la place Bellecour ? Ah non, pas du tout.

Troisième question, celle-ci étant la dernière, concernant la friche, et plus exactement le relogement des habitants... Oui, des solutions de relogement sont proposées. Ah bon ? Je n’ai pas entendu la même chose ? Non, en effet, pas tous. Seulement ceux qui depuis 3-4 ans, ont produit des « choses » (même si le mot « production » sera soigneusement évité. l’idée était présente, et n’ayant pas d’enregistrement de cette courte entrevue, je ne peux pas rapporter les paroles exactes).

Donc pas tous ? Où vont les autres ? Ils vont se retrouver à la rue ? Non, d’autres lieux leur sont proposés (à le croire, il y en aurait pour tout le monde).

Je n’ai pas entendu dire la même chose ? La réponse sera vraiment explicite : quels sont les médias grâce auxquels vous vous renseignez ? Et lorsque je lui répondrai les frichards eux-mêmes et d’autres médias que je n’ai pas à donner, ce cher Gérard Collomb poursuivra en expliquant que de toute façon, si l’on demande aux habitants des lieux dans lesquels ils vont être relogés, parce que c’est lui qui fait l’intermédiaire, eh bien les habitants n’ont pas envie d’avoir leurs murs salis, parce qu’il faut voir comment c’est. Collomb m’invite alors à assister aux réunions de quartier, ainsi je verrai que 85 (ou 95, je ne sais plus...)% des habitants ne veulent pas d’eux. Ah bon. Les murs du quartier ? Les habitants ne veulent pas d’eux ? J’en suis, et je peux affirmer le contraire. Aurait-il voulu parler des habitants de la mairie du 3e ? Ce serait déjà plus crédible...

Enfin, à propos de réunions, je demande à Gérard Collomb ce qui, justement, il a été fait de la consultation populaire qui devait avoir lieu dans le quartier. Ce dernier, qui venait d’essayer de s’enfuir en serrant d’autres mains, se retourne finalement vers moi, se met, avec un comportement franchement agressif et tendu, à me toucher les épaules, en me répétant entre temps qu’il faut aller aux réunions. Ma question restera sans réponse...

Un sous-fifre de Gérard Collomb, pour éviter que je le poursuive sur toute la place et ne lui gâche un trop grand moment de son bain de population, m’explique que je peux rester avec eux. C’est trop gentil. Et pourquoi donc, puisque visiblement, mes questions gênent le maire ? Il a plutôt l’air de trouver que je suis une personne indésirable, je ne vais pas vous suivre, s’il n’a pas envie de me voir ? On dirait que je suis un petit chien... Finalement, pour se débarrasser de moi, le sous-fifre me donne sa carte de visite en me disant de lui envoyer un mail pour qu’on se voie à la mairie. Je lui propose de lui donner mon adresse-mail plutôt, parce qu’il doit recevoir beaucoup de mails et qu’il n’aura sûrement jamais le temps de me répondre. Je devrais toutefois me contenter de cette carte de visite...

Pas mauvaise joueuse, je laisse Gérard Collomb se pamer à serrer les mains, à discuter, à embrasser : soyons proches du peuple, celui là même que l’on ne connait pas, celui là même qu’on plume, celui là même dont on vole l’argent, celui là même que l’on ne respecte et dont on se moque, on se moque, on se moque...

Gérard Collomb continue donc son tour. Avec tous ses gros bras autour, une petite dizaine environ, dont une sous-fifre qui prend des photos.

Je me renseigne entre deux. C’est vrai que Gérard Collomb a serré des mains, oui, mais pas toutes. Il n’a pas non plus discuté avec tout le monde. À la LDH, par exemple, il a dit bonjour, mais il est parti aussitôt.
Quand aux assoc s’occupant par exemple d’information sur du don d’organes, de sang, ou d’assoc féministes s’occupant de prévention du VIH, de solidarité et de soutien entre les femmes, ils n’est même pas allées les voir. Voyons ! il ne faudrait pas se rabaisser à de pareilles choses ! La solidarité, au PS, ça connait ? Oui, sur les prospectus, et encore, pas toujours. Dans leurs discours, et encore, pas toujours. Dans les faits, on préfère la danse, la musique, la buvette et les arts martiaux...

Gérard Collomb a finalement finit son tour, une heure top chrono, on s’en va, à la prochaine, il plante les gens sur place (ça s’appelle le respect, façon PS).

Je le rattrape, lui explique que j’ai bien compris que tout à l’heure il était pressé parce qu’il devait dire bonjour à tout le monde, mais qu’il n’a pas répondu à ma question, que donc maintenant il peut m’y répondre, puisque j’ai fini. Gérard Collomb rigole, son gros bras à côté. Ma réponse quant à la consultation populaire ? Je ne l’aurais jamais. Gérard Collomb s’engouffre à l’arrière d’une voiture, ferme sa porte, au revoir, à la prochaine, venez me voir à la mairie. Le gros bras s’installe à l’avant, le chauffeur démarre.

Mon travail de journaliste se sera improvisé peu de temps, Gérard Collomb n’y aura pas perdu la face : mieux, il aura fuit.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 septembre 2010 à 16:10

    salut cher inconnu, peut-être es-tu un facteur. c’est un facteur un jour qui m’a annoncé que mon quartier ne se trouvait pas dans le 3e mais dans le 8e. mon code postal est 69003.

    la place Ambroise Courtois elle aussi probablement à la limite des deux arrondissements, a fait fourché ma langue... vous m’en excuserez.

  • Le 23 septembre 2010 à 15:23, par stafff

    la place ambroise courtois est la 8 ème arrondissement. L forum des associations du 3e a ey lieu le 18 septembre. On révise sa géo !!

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info