Journée internationale des droits des enfants, appel a rassemblement

1394 visites

Rassemblement demain 20 novembre 18h devant la préfecture du rhöne
8 quai augagneur a Lyon 3 pour réclamer que soit appliqué les droits des enfants, appelé par Jamais Sans Toît.

TOUS LES ENFANTS ONT DES DROITS !

Le 20 novembre sera célébré le 34e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant. Les dispositions qu’elle contient engagent la France qui l’a ratifiée en 1989. Pourtant, chaque jour dans notre pays ces droits élémentaires sont bafoués, l’intérêt supérieur de l’enfant est piétiné.

LE DROIT À UN LOGEMENT, À VIVRE EN FAMILLE (article 27)

La Fédération des Acteurs de la Solidarité et l’Unicef ont publié le 17 octobre un baromètre qui alertait, en l’absence de chiffres officiels, sur l’explosion du nombre d’enfants sans abri sur le territoire national : ils étaient 2822, dont 686 de moins de 3 ans, à dormir dehors, chiffre sans doute encore bien en-deçà de la réalité puisqu’il ne prend en compte que les appels au 115 qui ont reçu une réponse négative. Ces enfants connaissent des conditions de vie indignes, qui ne respectent aucunement le droit à l’intimité et à une vie de famille normale.

LE DROIT À LA SCOLARISATION (article 28)

L’article 16 de la loi sur l’école de la confiance (juillet 2019) rappelle aux maires leur obligation d’inscrire à l’école tout enfant présent sur leur territoire, quel que soit son statut. Pourtant, le collectif École Pour Tous chiffre à 100 000 le nombre d’enfants exclus de l’école de la République, notamment en raison des refus illégaux d’inscriptions scolaires par les maires. De nombreux jeunes sont contraints de saisir la justice pour faire valoir leur droit à la scolarisation. Quant aux élèves sans domicile fixe, la précarité de leur situation est absolument incompatible avec le suivi des apprentissages et engendre des ruptures dans leur parcours scolaire.

LE DROIT À UNE PROTECTION (article 22)

Les départements et les métropoles dont la mission est d’assurer la protection des enfants en danger organisent le « tri » entre les jeunes étrangers sans famille « reconnus mineurs » et les autres. Après une évaluation sommaire, ces derniers sont mis à la rue et condamnés à l’errance pendant de longs mois le temps que leur recours devant la justice soit examiné. La défenseure des droits n’a pourtant de cesse de rappeler que la présomption de minorité doit toujours prévaloir.

LE DROIT À DES SOINSDICAUX (article 24)

A l’automne dernier, l’Unicef France et le Samu social de Paris ont publié un rapport conjoint qui révèle les conséquences du sans-abrisme ou de la précarité en matière de logement sur la santé mentale des enfants. Le contexte d’engorgement de l’accès aux soins en pédopsychiatrie entraîne parfois plusieurs années d’attente avant une prise en charge.
Par ailleurs les sénateurs viennent de voter pour la suppression de l’Aide Médicale de l’État ; ce dispositif d’accès aux soins, réservé aux étrangers en situation irrégulière en France depuis plus de trois mois, permet une prise en charge à 100% des soins médicaux et hospitaliers, financée par l’État. A la place de l’AME, les sénateurs ont voté la création d’une aide médicale d’urgence, réduite à un socle recentré sur les maladies graves, les soins liés à la grossesse, les vaccinations et les examens de médecine préventive.

L’ACCÈS AUX LOISIRS, AU SPORT ET A LA CULTURE (article 31)

Les activités sportives et culturelles sont essentielles au développement et à la santé physique et mentale des enfants. Elles sont également importantes pour leur éducation et leur ouverture au monde extérieur. Or l’édition 2023 du rapport sur les droits de l’enfant, publiée le 15 novembre par le Défenseur des droits, alerte sur le fait que ce droit inscrit dans la Convention internationale des droits de l’enfant n’est pas respecté dans les situations de précarité.

Si l’engagement pris l’an dernier qu’aucun enfant ne dorme à la rue n’a jamais été tenu, l’actuel ministre du logement M. Patrice Vergriete a tenu des propos encourageants en septembre, se disant favorable à une "trêve scolaire" et à une augmentation du nombre de places d’hébergement pour les familles. Pour autant, la première ministre Mme Élisabeth Borne refuse d’augmenter la capacité du parc d’hébergement d’urgence. L’amendement transpartisan adopté en commission des finances qui visait à créer 10 000 places supplémentaires n’a pas été retenu dans le projet de loi de finances 2024, balayé par un 49.3.

À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, les collectifs fédérés au sein du Réseau d’Aide aux Élèves Sans Toit se mobilisent afin de rappeler l’État à ses obligations.
Ils appellent les pouvoirs publics à prendre au plus vite des mesures d’ampleur pour mettre fin à une situation insoutenable, réaffirmer l’intérêt supérieur de l’enfant et le caractère inconditionnel du droit à l’hébergement d’urgence.

Un toit, c’est un droit. Faisons respecter la loi.

lundi 20 novembre 2023

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations / Sans-papiers » :

› Tous les articles "Migrations / Sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>Un site pour répertorier nos expériences face à la loi Kasbarian

Salut, en fait on a fait un site Internet pour parler de la loi Kasbarian contre les squats et les locataires précaires, mais on a oublié de le dire, du coup maintenant on le dit ! https://loi-kasbarian.squat.net Sur ce site, il y a des ressources pour mieux comprendre la loi et mieux se...

>A bas la DETS, vive les logements pour toustes

Dans la nuit du 22 mai on a fait voler en éclats les vitres de la DETS en soutien à toutes les personnes à la rue. La DETS c’est l’organisme d’Etat qui finance l’hébergement d’urgence et le logement pour les personnes à la rue. C’est eux qui en lien avec la préfecture, font le choix de laisser...

› Tous les articles "Logement / Squat"

Derniers articles de la thématique « Services public / Droits sociaux » :

>Manifestation Riposte Trans - Samedi 25 mai à 17h

Face aux attaques lancées à la fois à l’assemblée et au Sénat contre les droits des personnes trans, une initiative lyonnaise s’est mise en place pour organiser la riposte. L’AG Riposte Trans Lyon vous donne rendez-vous Place Louis Pradel (métro Hôtel de Ville) samedi 25 mai, à 17h.

› Tous les articles "Services public / Droits sociaux"

Derniers articles de la thématique « Santé / Soins » :

>Procès suite à l’action ARKEMA : rassemblement de soutien

Des personnes seront jugées mardi 18 juin pour avoir participé à une action contre les polluants éternels sur le site d’Arkema. Extinction Rebellion organise un rassemblement de soutien avant le procès à 12h place Guichard à Lyon. Buvette, fanfare et prises de paroles nous serviront à partager un...

>Renverser la vulnérabilité | À ta santé camarade ! #3

« À ta santé camarade ! » est une chronique mensuelle des Canards masquées. Cette troisième édition détricote la catégorie « vulnérables », essentialiste et individualisante. Elle appelle à prendre conscience de notre vulnérabilité collective et à penser le soin dans cette perspective.

› Tous les articles "Santé / Soins"

Derniers articles de la thématique « Âgismes » :

› Tous les articles "Âgismes"