Le TGV Lyon-Turin : un rail de plus pour le capitalisme !

2135 visites

La construction du TGV Lyon-Turin rentre totalement dans la logique capitaliste : produire/construire pour générer plus de richesses au profit des possédants, indépendamment des réels besoins des populations.

La construction du TGV Lyon-Turin, décidée par l’Union Européenne, impliquant la réalisation de deux tunnels sous les Alpes - un de 53 km et un de 12 km - ainsi que 17 millions de mètres cubes de déblais parsemés d’amiante et d’uranium pour le seul tronçon franco-italien, rentre totalement dans la logique capitaliste : produire/construire pour générer plus de richesses au profit des possédants, indépendamment des réels besoins des populations.

Cette nouvelle ligne serait superflue : un train reliant Lyon à Turin existe déjà et est seulement utilisé à 38 % de sa capacité. Les chemins de fer italiens ont, en outre, depuis septembre 2004, supprimé le train rapide Pendolino sur la même ligne à cause du trop faible nombre de passagers. De l’aveu mêmes des dirigeants, cette ligne sera construite en prévision de la surcharge des infrastructures routières et ferroviaires prévu en 2020. Ainsi on comprend bien la réelle utilité de cette ligne : permettre aux patrons de développer leurs productions afin de s’en mettre toujours plus dans les poches.

Les soi-disantes préocupations écologiques de nos dirigeants mises en avant pour faire passer ce projet sont absurdes : ils feraient mieux de remettre en cause le système qui nous fait produire à tort et à travers, puis transporter des biens sur des centaines de kilomètres plutôt que d’offrir aux capitalistes les moyens de détruire la planète par leur productivisme stupide. Aussi, rajouter une ligne de TGV dans une vallée qui compte déjà une ligne de chemin de fer internationale (Turin-Modane), une autoroute, trois cols alpins, deux routes nationales, deux départementales, deux gazoducs et deux lignes à haute tension ne sera d’aucune utilité pour la population locale. La ville de Suse est actuellement reliée aux autres villages par une petite ligne de chemin de fer qui fonctionne peu et mal. Le TGV aurait pour conséquence de fermer cette ligne, qui ne serait plus rentable, et de rendre inaccessible par le train l’hôpital et les écoles de la ville de Suse alors que les TGV fileront à très grande vitesse sans s’arrêter.

Une opposition réprimée

Les politiciens et patrons ont trop d’intérêts financiers dans la construction du TGV pour que l’État cède face à la mobilisation déterminée de plusieurs milliers de personnes qui ont occupé les chantiers lorsqu’à été ordonné le début des travaux avant le 31 décembre, passant outre l’avis des habitants de la vallée de Suse. C’est pourquoi le ministre Pisanu a fait charger la police en pleine nuit (3h30) pendant que les gens dormaient. Cette répression fut violente et provoqua 19 blesséEs dont 2 plutôt graves. Ce qui nous démontre, encore une fois, le caractère totalitaire de tous les gouvernements lorsque des intérêts économiques sont en jeu.

La solution

Commencer par produire, dans la mesure du possible, à l’endroit où les biens sont utilisés serait déjà une bonne chose à faire. Seulement, les entreprises de transport ne seraient pas contentes, ou bien la main d’oeuvre est moins chère ailleurs... sans compter les sociétés liées à la famille du ministre de l’équipement italien (Lunardi) ayant des contrats en rapport avec la construction du tgv.
Au sein d’un système capitaliste, pas d’amélioration possible : c’est la société qu’il faut changer, pas son réseau ferroviaire !

Nous ne sommes pas contre le ferroutage ou le tgv qui sont des solutions plutôt écologiques pour faire transister des marchandises et des personnes, mais contre les logiques marchandes et capitalistes qui visent à faire de la planète un immense marché ou ne s’arrêteraient jamais les flux d’argent, de personnes et de marchandises au seul bénéfice des patrons et au grand dam des populations comme de la planète.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « UGAL » :

>Lutte contre la chasse aux étrangers : Liberté de circulation !!

L’Etat poursuit toujours plus hargneusement sa chasse aux étranger-e-s. Avec les expulsions des élèves sans papiers lancées depuis la fin de l’année scolaire, la politique d’un choix entre les bons et les mauvais immigré-e-s se poursuit. Fidèle à ses logiques éléctoralistes, la circulaire Sarkozy établit...

>Génétique : Capitalisme et Sécuritaire.

La génétique est souvent au centre des débats, particulièrement sur la question des OGM et de leur rôle dans l’économie capitaliste mondiale. C’est suite à une lutte contre ces OGM (ceux de la société Advanta, du même type que Monsanto) que Benjamin Deceuninck agriculteur, syndicaliste de la CNT et...

› Tous les articles "UGAL"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Conférence sur la crise politique et droits humains au Chili

Conférence de Marcos Ancelovici, enseignant à l’UQAM (Montréal, Québec) et membre de la Mission québécoise et canadienne d’observation des droits humains au Chili à l’institut d’études politiques de Lyon, le 21 février, de 18h-20h, dans l’amphi Marcel...

› Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"