« Le numérique nous insère dans une trame toujours plus resserrée. » (entretien avec La Quadrature du Net)

556 visites
État d’urgence

Pour le dixième numéro de son journal, le collectif Ruptures a interviewé La Quadrature du Net sur les questions de technopolice, de contrôle numérique, et sur les moyens de s’y opposer.

Le collectif Ruptures s’est formé à l’automne 2021 dans le cadre de la lutte contre le pass sanitaire, qui représentait pour nous la « goutte de trop ». Sous l’argument de la santé, le gouvernement passait un palier dans la mise en place d’un dispositif de contrôle électronique. Nous refusons la société du smartphone, du QRcode et du sans-contact. C’est ainsi que nous sommes entrés en contact avec l’association La Quadrature du Net, qui s’oppose elle aussi et à sa manière aux nouvelles technologies de contrôle. Nous leur avons posé quelques question, pour cet entretien publié dans le dixième numéro de notre journal La nouvelle vague.

Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est la technopolice, et les moyens d’actions que vous vous êtes donnés ?

Technopolice est le nom de la campagne de recherche-action lancée par La Quadrature du Net en 2019. Elle désigne aussi ce contre quoi nous luttons dans cette campagne, à savoir le développement et l’adoption croissante par la police française de nouvelles technologies numériques dédiées à la surveillance de l’espace public : vidéosurveillance automatisée et microphones intelligents censés repérer des comportement suspects, police prédictive, drones… Depuis le départ, l’idée est de documenter la genèse et la mise en œuvre de déploiement de ces technologies, des laboratoires de recherches qui les mettent au point aux usages opérationnels en passant par les grands programmes budgétaires et les lois qui les financent ou en autorisent l’usage.

Nous tentons aussi d’offrir à des individus ou collectifs des analyses, guides, des espaces de discussion afin d’articuler les combats locaux à des mobilisations nationales ou européennes. Nous dénonçons des projets de loi et tentons de faire supprimer les dispositions les plus dangereuses ; nous allons devant les tribunaux pour démontrer l’illégalité de certains projets et y mettre un terme (par exemple, nous avons attaqué le couplage de l’intelligence artificielle et de la vidéosurveillance à Moirans) ; nous organisons des actions de sensibilisation, d’affichage public ou des projections de documentaires pour faire connaître notre combat et convaincre de nouvelles personnes d’y prendre part. Plus largement, notamment aux travers de nos interactions avec certains médias, nous cherchons à sensibiliser les gens à la prolifération de ces technologies de surveillance policière et à mettre en œuvre les moyens d’y résister collectivement.

État d’urgence, État d’urgence sanitaire, procédures parlementaires accélérées, 49.3, procédures dérogatoires au droit commun… Devant la multiplication de règles de droit à géométrie variable, la question se pose : peut-on encore croire en la justice ?

À La Quadrature du Net, nous avons commencé à développer l’action contentieuse en 2015, après avoir constaté que nos stratégies d’influence parlementaire achoppaient sur un consensus sécuritaire de plus en plus prégnant, à gauche comme à droite. Notre idée d’alors était que si le législateur était incapable de protéger les droits humains inscrit au sommet de la hiérarchie des normes juridiques, si « les droits de l’Homme et du citoyen » ne trouvaient plus aucune traduction tangible dans la fabrique de la loi, alors il fallait mobiliser le terrain judiciaire contre l’alliance entre un pouvoir exécutif dopé à l’exception et un Parlement trop enclin à lui concéder les pleins pouvoirs.
Nous savons que le champ juridique agit en grande partie comme un terrain de neutralisation des revendications politiques et de la contestation de l’ordre établi. Force est de constater que les usages contestataires du droit se heurtent à toutes sortes d’obstacles techniques – par exemple la lenteur des procédures – et au fait que le plus souvent, les magistrats – et c’est en particulier le cas du Conseil d’État devant qui se soldent nos contentieux contre le gouvernement – agissent comme des garants de l’État et de sa violence.
Mais de fait, il se trouve encore des juges pour tenir tête au pouvoir politique. Nous avons remporté quelques victoires, dont certaines non négligeables, à l’image de l’interdiction de la reconnaissance faciale à l’entrée des lycées de la Région Sud ou devant la Cour de justice de l’Union européenne dans le dossier de la conservation généralisée des données (les opérateurs de télécommunications sont censés conserver les métadonnées de la population – qui communique avec qui, à quelle heure, pendant combien de temps, depuis quel endroit). Et ces jurisprudences créent un univers de contrainte autour des bureaucraties d’État. Elles permettent aussi de donner de l’écho à nos luttes politiques.

Au final, l’action juridique est ambivalente. Il y a toujours le risque qu’une défaite vienne légitimer ce contre quoi on se bat. Mais, à condition d’être articulée à d’autres modes d’action, elle reste selon nous un outil symbolique fondamental. Car en dépit de toutes leurs limites et contradictions internes, les droits humains sont un héritage des luttes démocratiques des siècles passées. Nous sommes en tout cas d’avis qu’il importe de les faire vivre en ces heures sombres. Même lorsque nous perdons ou que nous obtenons des victoires temporaires ou cosmétiques, nos recours permettent de mettre en évidence les contradictions d’un régime représentatif qui s’enfonce dans le libéralisme autoritaire, de parler aux juges dans leur langage qui prétend à l’universel et de montrer dossier après dossier à quel point l’État de droit qu’ils prétendent incarner n’est pour l’essentiel qu’un mensonge, à quel point ils demeurent pour la plupart, comme l’écrivait Pierre Bourdieu, les « gardiens de l’hypocrisie collective ». Bref, lorsqu’il est bien manié et complété par d’autres moyens de lutte, le droit peut en réalité être un moyen de délégitimer le pouvoir et donc d’y résister.

La suite à lire sur : https://collectifruptures.wordpress.com/2023/03/07/le-numerique-nous-insere-dans-une-trame-toujo

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « État d’urgence » :

>Un spectre hante le monde, celui de la Palestine

Le bombardement militaire de Gaza s’accompagne d’un bombardement médiatique qui vise à paralyser les consciences, à empêcher toute opposition nette aux crimes de l’occupation et à la tentative de génocide assumée du gouvernement israélien.

› Tous les articles "État d’urgence"

Derniers articles de la thématique « Surveillances / Fichages » :

› Tous les articles "Surveillances / Fichages"