Site collaboratif d’infos alternatives

Le projet CONSILYON : une nouvelle vie pour nos bouteilles !

1 complément

C’est le système de la surproduction capitaliste qui aggrave la misère. Enrayons ce mauvais système. C’est tout à fait clair dans l’exemple de la surproduction considérable du verre lors de la suppression de la consigne à partir des années 1960/70, alors que les bouteilles en verre peuvent être lavées et réutilisées. Le projet CONSILYON dans la région lyonnaise vise à montrer qu’en lavant les bouteilles la consigne pourra ensuite revivre. Soutenons-le !
Votre aide nous est non seulement précieuse mais indispensable pour réussir ensemble ce projet !

Grand merci à TOUTES et TOUS / pour TOUTES et TOUS / pour la PLANÈTE

JPEG - 88.9 ko

Réutiliser plutôt que recycler : relancer le lavage des bouteilles

-  Le bon sens
Réutiliser avant de recycler, c’est d’abord une question de bon sens et d’urgence face au dérèglement climatique. En poids, la moitié des déchets ménagers est composée de verre, dont 81% de bouteilles. Le projet CONSILYON, proche des citoyens et du tissu associatif lyonnais depuis plusieurs années, l’entend tous les jours sur le terrain : "il est absurde d’aller casser des bouteilles dans un silo de récupération". Quitte à faire l’effort de rapporter ses bouteilles, les citoyens sont demandeurs d’un retour au système ancien et plein de bon sens : la consigne. Cela répond à un besoin croissant de processus éco-responsables qui favorisent les circuits locaux.

Mais avant de parler de consigne, l’objectif de CONSILYON est d’abord de développer une filière de collecte et de lavage des bouteilles en verre utilisées. Sans démarrer tout de suite dans un modèle économique classique de consigne, ce qui nécessiterait des circuits de vente fermés ainsi qu’une modification de la tarification, les activités de CONSILYON seront :

  • Mise en place de points de collecte (associations, restaurants, commerces, AMAP…)
  • Ramasse des casiers de bouteilles sales
  • Tri des bouteilles
  • Lavage, séchage et conditionnement sur palettes
  • Stockage
  • Distribution et vente des bouteilles propres aux producteurs
  • Rôle d’ambassadeur de la consigne auprès des citoyens
  • De ce projet pilote en milieu urbain, rôle d’essaimage en projets similaires qui se développeront
    JPEG - 11.4 ko

    Selon une étude allemande, en moyenne, une bouteille de bière de 75cl peut être réutilisée et peut revivre une soixantaine de fois...

CONSILYON va se développer sur toute la région lyonnaise en installant treize nouveaux lieux de lavage :

* sur Givors, le sud-ouest de Lyon et les Monts du Lyonnais sud
* à Villeurbanne Saint-Jean / Vaulx en Velin avec « Émerjean »
* à Saint-Etienne avec « Rue du Développement Durable »
* à Rillieux / Croix-Rousse / Val de Saône
* à Lyon 9e et l’ouest de Lyon
* sur Vénissieux et le sud-est de Lyon
* à Lyon-Gerland
* à Villefranche et le Beaujolais
* sur le Viennois
* sur Tarare, les hauts et le nord des Monts du Lyonnais
* sur la Côtière, le Bugey, les Dombes / Meximieux
* sur Roanne et le Forez
* sur Bourgoin-Jallieu et le Nord-Isère

CONSILYON projette en plus la laveuse mobile pédagogique qui interviendra dans les fêtes, festivals, salons et en d’autres occasions.

JPEG - 907.9 ko

-  Objectifs

  • 1. Objectif principal de notre projet : permettre la réutilisation d’un maximum de bouteilles en verre au sein de la région lyonnaise en les lavant.
  • 2. Permettre aux agriculteurs, viticulteurs, brasseurs artisanaux de se fournir en bouteilles lavées moins chères que les neuves ou celles refabriquées.
  • 3. Collaborer avec des producteurs locaux (souvent encombrés de bouteilles vides) en leur proposant un service adapté face à un réel besoin.
  • 4. Développer une consommation plus responsable vis-à-vis de son impact environnemental.
  • 5. Réduire le gaspillage, la production de déchets de verre en augmentant la durée de vie de la bouteille, car « le meilleur déchet c’est celui qu’on ne produit pas ».
  • 6. Valoriser les circuits courts (dans un rayon maximal de 130 km autour de Lyon) et la nourriture locale.
  • 7. Optimiser les transports existants pour les livraisons de ces produits locaux : en évitant des transports à vide de certains camions et en les remplaçant quand c’est possible par des transports en modes doux (triporteurs-vélos, voie fluviale…).
  • 8. Coopérer avec d’autres structures régionales, notamment au sein « du BOL, pôle de coopération sur l’alimentation » et du « GRAP », ainsi qu’avec de nombreux partenaires notamment au sein de l’économie circulaire.
  • 9. Créer des emplois locaux pour des personnes qui en sont éloignées : situation de handicap, chômage longue durée, alternative à la prison…
  • 10. Montrer par l’exemple que, localement, les acteurs peuvent agir pour changer la donne, et être un démonstrateur de cette bonne pratique afin qu’elle soit dupliquée sur d’autres territoires.

-  Impacts positifs du projet

  • Impacts environnementaux
    Le soi-disant recyclage (en cassant les bouteilles dans les silos) nécessite des transports importants sur en moyenne 250 km, puis une refonte du verre à plus de 1500°C pendant 24 heures avec des conditions de travail très pénibles.
    Tandis que le lavage et le réemploi des bouteilles permet :
    - 75% d’énergie consommée en moins
    - 80% d’émission de gaz à effet de serre en moins
    - et même 30% d’eau consommée en moins.
  • Impacts sociaux
    Le lavage de bouteilles est générateur d’emplois (le projet CONSILYON pourrait à terme créer 112 emplois locaux), et aussi un facteur d’insertion pour des personnes en situation de handicap, en tant qu’alternative à la prison, ou concernant le chômage de longue durée.
  • Impacts économiques
    Tous les acteurs sont impactés de façon favorable.
    - Le producteur se procure des bouteilles à moindre coût.
    - La collectivité réduit ses frais de gestion des déchets, et ce dès la première bouteille lavée.
    - Pour le consommateur, l’économie est double. Quel que soit le modèle économique appliqué (geste spontané du consommateur ou « vraie » consigne), l’économie sur le prix de la bouteille lui est répercutée (indirectement si c’est un retour spontané de bouteille, directement si c’est une bouteille consignée). De plus, les économies réalisées par la collectivité sont à terme répercutées sur sa fiscalité.
    - Concernant l’activité, étant donné une marge très faible afin que la bouteille soit moins chère qu’une bouteille neuve, cela ne peut fonctionner durablement qu’avec un nombre très important de bouteilles à laver. C’est pourquoi, CONSILYON désire se développer au sein de la région lyonnaise, autrement appelée la « Rhodanie », qui compte une population d’environ deux millions six cent mille habitants. D’autant plus qu’elle profite d’un environnement plutôt favorable avec de grandes zones de vignobles et d’arboriculture. Ainsi bouteilles de vin et de jus de fruits ne manquent pas dans la région lyonnaise, qui a vu s’implanter 130 brasseries artisanales depuis peu dont la plupart désirent la réutilisation des bouteilles. CONSILYON a ainsi de gros atouts avec une offre en volume potentielle très importante de bouteilles à laver.
JPEG - 314.8 ko
Cliquer 2 fois sur la BD pour la voir mieux

P.-S.

Pour remercier toutes les personnes et groupes qui contribuent au financement participatif sur :
https://www.zeste.coop/fr/decouvrez-les-projets/detail/consilyon-1 (jusqu’au 15 septembre !)
toutes et tous sont invitées à une fête sympathique sur place le premier jour du lavage des bouteilles !

contact : consilyon(A)riseup.net

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 11 septembre à 09:52, par CONSILYON

    On nous pose beaucoup de questions sur le logo de CONSILYON. Il y a 2 symboles dans ce logo :
    - le logo du Réseau Consigne (bouteille avec flèches de retour) qui apparaîtra bientôt sur les bouteilles consignables (avec une étiquette qui se décolle à l’eau chaude)
    - la fleur du nom de rince-bouteilles (callistemon, famille myrtacées) qui arrive à percer le cadre du mauvais système actuel, rappelant que la nature, elle, est en plein dans l’économie circulaire et ne laisse derrière elle aucun déchet !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Ecologie - nucléaire - alternatives » :

[Bure] Vagues de perquisitions en cours, appel à soutien partout en France

Depuis environ 6h20 du matin, ce mercredi 20 septembre, les flics sont en train de perquisitionner la Maison de Résistance à Bure, le terrain de la Gare de Luméville, ainsi que plusieurs domiciles situés à Commercy, Mandres, et un autre aux alentours de Verdun. Le site vmc.camp annonce un...

Le projet CONSILYON : une nouvelle vie pour nos bouteilles !

C’est le système de la surproduction capitaliste qui aggrave la misère. Enrayons ce mauvais système. C’est tout à fait clair dans l’exemple de la surproduction considérable du verre lors de la suppression de la consigne à partir des années 1960/70, alors que les bouteilles en verre peuvent être lavées et...

> Tous les articles "Ecologie - nucléaire - alternatives"

Derniers articles de la thématique « Vie des quartiers - urbanisme - initiatives » :

Guillotière Format A6

En Mars 2011, « La petite biennale des possibles » est organisée au cœur du quartier de la Guillotière. Prenant pour fil conducteur l’organisation de cet événement, le documentaire « Guillotière Format A6 » porte un regard critique sur les transformations en cours dans ce quartier du centre-ville...

Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous » raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent et résistent dans des...

BOUH ! Le squat des 400 couverts à Grenoble

À Grenoble, de 2001 à 2005, une traverse entière a été squattée : plusieurs maisons d’habitation, une salle publique, des ateliers et plein de folies, d’humour, de galères, de collectifs, de colères, d’expérimentations...

> Tous les articles "Vie des quartiers - urbanisme - initiatives"