Occupation de l’école Victor Hugo par le collectif Jamais sans toit

952 visites
Lyon 1er

Depuis ce soir, 29 avril, le gymnase de l’école Victor HUGO (Lyon 1er) est occupé par le collectif Jamais sans toit composé de parents d’élèves, d’enseignants de l’école Victor Hugo et du collège Tourette, et d’habitants du quartier, pour permettre à une famille dont le plus jeune est scolarisé dans l’école et le cadet au collège Tourette de dormir à l’abri.

  • L’école Berthelot (7e) est aussi occupée ce soir lundi 29/4

Cette famille était hébergée à Vénissieux dans le cadre du plan froid, dans une structure encadrée par l’Armée du salut. Mais cette mise à l’abri a pris fin le 18 avril dernier et cette famille, comme de nombreuses autres, se retrouve depuis à la rue.

Depuis, la famille s’abrite sous une tente dans un parc. De nouveau à la rue, les enfants se retrouvent dans une situation extrêmement préoccupante, avec l’école pour unique repère.

Nous dénonçons fortement cette situation absurde et inadmissible.

En effet, comment comprendre et admettre que de nombreuses familles, hébergées pendant plusieurs mois, soient remises à la rue sur le seul critère administratif et arbitraire de « fin du plan froid », alors qu’elles demeurent sans solution, sans lieu où dormir ?

Comment accepter de voir dans les parcs de la ville des dizaines de tentes montées par ces personnes remises dehors alors que les locaux dans lesquels elles étaient hébergées se retrouvent vacants ?

À qui faut-il encore apprendre que la rue n’est pas plus sûre en avril qu’en janvier ?

Non, les enfants ne peuvent pas construire un parcours scolaire en dormant dans la rue, et il est de notre responsabilité collective de prendre soin de ces enfants, autant que des nôtres, et de leur permettre de vivre dignement avec leurs familles.

Cela est d’autant plus inacceptable que le code de l’Action Sociale et des Familles (article L. 345-2-3) stipule que « Toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir y bénéficier d’un accompagnement personnalisé et y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. Cette orientation est effectuée vers une structure d’hébergement stable ou de soins, ou vers un logement, adaptés à sa situation. »

Notre collectif attend donc que, comme le prévoit la loi, cette famille se voie proposer de nouvelles solutions.

En attendant, nous avons décidé d’ouvrir notre école et d’en occuper le gymnase pour mettre cette famille à l’abri.

Collectif Victor Hugo Jamais Sans Toit

Groupes associés à l'article

Jamais Sans Toit

  • https://twitter.com/jamaissanstoit

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Jamais Sans Toit » :

› Tous les articles "Jamais Sans Toit"

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>9 avril 1992 : un César pour les squatteurs

Un bout d’histoire des luttes sur logement au début des années 90 à la Croix-Rousse à travers des événements survenus autour de l’inauguration de l’immeuble du « Patineur » dans le sillage de l’expulsion du squat le Rap’Thou.

>Le collectif solidarités cusset fête ses un an !

Le 17 mars 2021 nous a été confirmée l’expulsion sans délai de l’Île Égalité, lieu de solidarités du Collectif Solidarités Cusset, situé au 6 rue de l’Égalité à Villeurbanne. Pour contester cette décision ainsi que l’interdiction préfectorale du Carnaval contre toutes les expulsions, nous vous invitons à un...

>Appel à rassemblement contre l’expulsion du Maria, le vendredi 9 avril

Malgré les promesses de la Métropole de « 0 remises à la rue », son bailleur public Grand Lyon Habitat demande une expulsion sans délai pour les habitant·e·s du squat le Maria Carré, malgré une extension de la trêve hivernale jusqu’au 31 mai. Plusieurs dizaines de personnes, dont de nombreuses familles avec...

› Tous les articles "Logement / Squat"