Personne ne devient femme

1595 visites

A l’heure où de partout s’expriment des crispations identitaires, ce texte propose de s’interroger sur la nature des rapports sociaux et la manière dont nous les percevons. Si le triptyque « race, classe, genre » est régulièrement au centre de nos discussions, la nature de ces concepts reste souvent l’angle mort de nos réflexions.

1
Un rapport social est un idéal type des divers relations induites par une caractéristique sociale donnée. C‘est une catégorie d’analyse construite en vue de décrire une partie des relation sociales.

2
Le rapport social est donc avant tout une opération discursive de classement. C’est un objet d’étude qu’il faut définir. La quête de cette définition est au même titre que sa définition son objet central.

3
Le rapport social décrit en même temps qu’il fait apparaître un phénomène. C’est le fonctionnement normal de la langue : elle nomme en même temps qu’elle fait exister les choses. Quand j’invente le mot gâteau, j’invente à la fois un nouveau moyen de désigner une chose et une catégorie de choses définie.

4
La chose existait mais je la nomme et ceci lui donne une existence propre. Je fait sortir du magma de la vie humaine un objet social pur. J’en observe les propriétés. Cet objet, si il sert à décrire le réel n’a pourtant pas d’existence en dehors du langage, il n’est pas la chose qu’il nomme.

5
Les rapports sociaux décrivent donc une partie des forces sociales qui assignent les personnes à la place qui est la leur, en même temps qu’ils nomment une catégorie d’identité. Ce n’est pas un bout du réel c’est une lame sur un microscope.

6
C’est l’intrication de ces rapports sociaux qui finissent par déterminer la place qu’occupe chacun dans une société donnée.

7
Cette place, c’est à la fois une position dans la société et un ensemble de comportements attendus. C’est à la fois ce que l’on est et ce que l’on possède dans la société. Mais cette place est elle même un idéal type, issu de l’addition d’idéaux types que l’on nomme « rapports sociaux ». Additionner les lames de microscope ne me rend pas l’objet que j’ai tranché, il est perdu à jamais dans l’étude.

8
Cette opération de synthèse que l’on nomme parfois « intersectionnalité » est là encore une opération de langage. On constitue des sous-ensembles en croisant des caractéristiques, encore une fois ces catégories sont à la fois descriptives et normatives.

9
Comme le langage n’épuise jamais le réel, ces catégories ne constituent pas en elle même le réel. Celui ci comporte par nature un écart à la norme qu’est le langage, ou plutôt il lui est rétif. L’existant sans cesse résiste.

10
Nul n’échappe au langage. Pour les humain il n’y a rien que le langage ne finisse par rattraper, la passion, la haine, la folie elles même finissent en un flot de mots. Il serait vain de prétendre s’en extraire puisque c’est notre manière d’appréhender le réel.

11
Si il ne faut pas confondre le réel et la langue qui le décrit, celui ci est pourtant, pour chacun, le monde, puisque la langue ne possède pas d’en dehors. C’est ainsi que le réel fini, de notre point de vue, par sembler synonyme de la langue.

12
Nous sommes, chaque jour, confrontés à des milliers d’écarts à la norme-mot qui sont, chaque fois, des surgissements du réel au milieu du langage. Ces surgissements, c’est la vie en mouvement contre les catégories qui nous servent à penser le monde. C’est ce surgissement qu’il faut chercher à cultiver.

13
Forger de bons outils, de bons mots, pour décrire les rapport sociaux c’est d’abord savoir qu’ils n’épuiseront pas le réel. Car il n’appartient qu’aux dieux de faire exister en nommant, moi je suis incapable d’une telle prouesse. Un bon modèle de rapport social c’est donc une définition qui inclut en elle-même son incapacité à décrire ce qu’il s’apprête à décrire. C’est un modèle qui ne prétend pas saisir l’essence des êtres mais bien esquisser les forces qui agissent sur eux et les font agir.

14
Les rapports sociaux ne s’incarnent pas dans un individu mais par les écarts d’une personne à la norme. C’est le rôle des dieux, de l’Olympe et d’ailleurs, que d’incarner sur terre des archétypes, les simples mortels eux en sont réduits à composer avec les individualités qu’on leur assigne.

15
L’opération mentale qui consiste à confondre l’idée que l’on se fait d’une chose, le langage qui la désigne, et la chose elle même se nomme essentialisation. C’est un processus normal du cerveau qui permet de réduire la charge énergétique que lui impose l’analyse continue et instantanée de ce qui l’entoure.

16
Si l’essentialisation est nécessaire au cerveau à l’exécution des tâches simples, elle est nuisible aussitôt que les problèmes deviennent complexes. En même temps que grandit la possibilité d’écart entre la norme dont est porteuse le concept et la chose qu’elle décrit, grandit l’inefficacité de celui-ci.

17
Les rapports sociaux sont des objets processuels, ils existent par leur mouvement. C’est un sens de la formule « on ne naît pas femme, on le devient ». C’est les rapports sociaux qui nous font. Nous ne sommes pas les rapports sociaux.

18
A un moment où un autre de l’histoire, un rapport social donné peut voir les forces qu’il sert à décrire se coaguler et devenir classe sociale. C’est que cette caractéristique sera alors devenue prédominante dans la place qu’occupe le sujet dans les rapports de pouvoir au sein de sa société.

19
Une classe sociale est l’objet d’un rapport social qui parvient à se placer au cœur de la question de la reproduction d’une société. C’est une identité dont les mécanismes de reproduction sont devenu ceux de la société même. Les castes ou les ordres sont d’autres manières de nommer d’autres modèles de classes sociales que celui que nous expérimentons au quotidien.

20
Ce ne sont pas ces modèles hégémoniques qui reconfigurent les rapport sociaux qui se trouvent non réalisés comme classe. Ce sont les rapports sociaux non hégémoniques qui constituent la configuration interne au sein des classes.

21
Au sein du rapport de force général produit par le rapport social devenu hégémonique, les autres rapports sociaux configurent donc les forces au sein de chaque classe. Le fait catholique n’est plus la puissance temporelle qu’il a pu être au XIIe siècle en Europe, il n’est plus coagulé comme classe/ordre puisqu’il ne conditionne plus l’accès au pouvoir mais il continue à définir les tensions qui s’exercent au sein de chaque classe qui l’a remplacé.

Z
La construction de la Commune insurrectionnelle entraîne la transformation de ces rapports au monde et doit réussir la suppression du système de classe et non son simple renversement, sous peine de voir les formes non hégémoniques de rapports sociaux se constituer comme nouveaux systèmes de classe. C’est la construction ici et maintenant d’une communauté de destin qui additionne ce qui rassemble dans la lutte et non la mise en place d’une nouvelle économie de la séparation.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « J.Bétine » :

>Sur l’évolution des pratiques de maintien de l’ordre dans les manifestations

Ces derniers mois, la question de la doctrine du maintien de l’ordre commence à interroger dans les médias. Il faut dire qu’avec la répétition régulière et importante de situations émeutières depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, le maintien de l’ordre a été particulièrement mis à l’épreuve. Ce...

› Tous les articles "J.Bétine"

Derniers articles de la thématique « Globalisation - capitalisme » :

>Tout le monde déteste Amazon !

Les enjeux sont trop importants. Amazon ne recule devant rien pour s’imposer, à nous de faire de même pour résister aux Grands Projets Inutiles et Imposés qui servent les intérêts des puissants et détruisent nos environnements. Un projet est actuellement en cours dans la métropole lyonnaise. Même si ce...

>Quand Bizi, ANV & Co se rendent complices de l’Etat

Le temps est venu pour nous de dénoncer l’imposture de ces organisations qui depuis trop d’années tentent de nous déposséder de nos combats et négocient sans cesse notre reddition face aux violences du système capitaliste. Retour sur le G7 et la plateforme...

› Tous les articles "Globalisation - capitalisme"