Halte au harcèlement judiciaire contre Sophie Perrin à Lyon 2

764 visites

Afin de préparer la énième comparution au correctionnel de Sophie qui aura lieu le 4 juillet prochain, nous vous invitons à signer dores et déjà la pétition que nous avons mise en place. Avant de venir faire masse à l’audience pour celles et ceux qui peuvent !

Madame la Présidente de l’université Lyon 2, Monsieur le Procureur,

Nous avons été informés de faits qui se sont produits sous l’égide des deux équipes présidentielles précédentes de l’université, qui perdurent sous le mandat actuel, et que nous considérons comme extrêmement graves.

Malgré une mention très bien pour l’ensemble de son master recherche en anthropologie, et un mémoire, intitulé « l’inceste : consistance du silence », à la qualité scientifique reconnue (noté 18/20, lauréat du prix scientifique de la CNAF), Sophie Perrin, salariée en reprise d’études, syndicaliste CGT depuis 2001 et élue sur liste UNEF (TUUD) au sein de sa faculté, féministe, libertaire, et également survivante de l’inceste, s’est vu refuser, d’une manière qui pose question, la possibilité de candidater aux contrats doctoraux ministériels en juillet 2010, puis l’accès en thèse.

Depuis 2010, pour avoir tenté de défendre ses droits en diffusant, notamment, des extraits de ses travaux par courriel, elle vit un enchaînement de procédures judiciaires qui mettent à chaque fois un peu plus en danger son emploi (Sophie Perrin est fonctionnaire), après avoir achevé de détruire ses possibilités de poursuite d’études en doctorat.

Une troisième procédure pénale a ainsi été enclenchée courant 2015 par 4 plaignants à titre individuel : une plainte pour « mails malveillants ». Sophie Perrin a été auditionnée par la police en janvier 2016. Elle a pu montrer au commissariat les preuves restées inaudibles en audience durant la procédure précédente. Elle a pu en ressortir après une grosse demi-heure d’explication policière par téléphone au Parquet.
La plainte a été classée sans suite par le Parquet au bout de 2 semaines, après lecture de ces pièces.

Mais deux ans plus tard, en août 2017, sans élément factuel nouveau connu, le Parquet change d’avis et effectue une citation directe pénale à l’encontre de Madame Perrin sur ce dossier.

Les plaignants sont

- Marie-Carmen Garcia, sociologue, spécialisée en études de genre, ex-codirectrice de la recherche de Sophie Perrin, et qui a notamment déclaré dans ses PV de police comme élément à charge que « Elle nous a toujours fait comprendre qu’elle était victime d’inceste sans vraiment le dire, mais j’ai des doutes sur la véracité de ce qu’elle veut nous faire croire »

- André Tiran, auteur de l’interdiction faite à Sophie Perrin de tout accès aux locaux de l’université Lyon 2 durant plus de 2 ans de 2010 à 2013 alors qu’il en était président, interdiction reconnue comme abusive et annulée par la justice administrative.

- Lionel Obadia, alors directeur de l’école doctorale, et auteur du refus de la possibilité de candidater aux contrats doctoraux subi par Sophie Perrin en 2010.

- Gilles Maletras, cadre A au service juridique de l’université Lyon 2, en charge de la confection concrète des dossiers pour les procédures pénales successives, et de leur suivi.

Nous demandons :

· Au Parquet de Lyon, s’il souhaite réellement poursuivre pour cette plainte, de le faire par une procédure qui permette une réelle enquête à charge et à décharge, afin d’aller véritablement au fond de cette affaire. Et non de poursuivre via une suite de procédures de fait menées à charge comme semblent l’y conduire les parties civiles depuis bientôt 8 ans maintenant.

· A l’université Lyon 2 et à sa présidence actuelle, de s’interroger sur la situation d’éventuel conflit d’intérêt concernant Monsieur Maletras, partie civile de cette affaire depuis 2015 mais également en charge de ce dossier pour le service juridique de l’université. Il dispose à ce titre, notamment, du numéro en ligne directe du Parquet, et donc de moyens d’entrée en relation institutionnellement facilités.

Une pression téléphonique constante a déjà conduit auparavant, dans cette affaire, le Parquet à des décisions prises dans des délais beaucoup plus rapides que la norme commune. Situation qui lui a peut-être laissé peu de marge pour pouvoir prendre bonne connaissance du dossier dans la sérénité, « à tête reposée », avant la première décision d’inculpation.

· A la nouvelle présidence de réexaminer l’opportunité de l’engagement de l’université Lyon 2 dans le soutien, notamment financier, à ces poursuites [1]. Leurs motivations, datant des anciennes présidences, posent question, lorsque l’on voit que par exemple, Madame Garcia écrit comme élément à charge, dans ses PV de police, que « Je vous informe qu’elle est très impliquée dans le mouvement syndicaliste et anarchiste. », et donc que « elle adore contrer les règles ».

· Aux acteurs de l’université Lyon 2 compétents d’étudier, à l’amiable, différentes solutions permettant à Sophie Perrin de construire une thèse sur son thème de recherche, qu’elle puisse soutenir en région lyonnaise. Le plan interministériel de mobilisation et de lutte contre les violences faites aux enfants 2017-2019 et le rapport de mai 2017 du groupe d’expertise du CNRS affirment la nécessité urgente, concernant l’inceste, « d’améliorer les connaissances tant en termes de données chiffrées, que de compréhension globale du phénomène et de ses conséquences ». Il est, par suite, incompréhensible qu’une recherche sur ce thème, à la qualité reconnue, continue à être bloquée.

Cliquer ici pour signer cette pétition

« Affaire Sophie Perrin » : rétrospective et analyse radiophonique des années terribles de Lyon 2, avec Lilith, Martine et les autres !

Appel à rassemblement le 12 septembre, puis réunion le 16 septembre dans Lyon 2 ; retour sur les répressions dans Lyon 2 depuis les années 2000, sur le mandarinat et ses conséquences pour tou.te.s, et sur la LRU parce qu’il est temps de prendre les pelles pour contribuer à creuser sa (...)

4 septembre 2013
Déjà dix mois d’interdiction d’accès aux campus de Lyon 2 pour Sophie, postulante au doctorat !

Retour sur l’éviction de l’entrée en doctorat d’une étudiante à Lyon 2, et ce qui se passe quand on ne se laisse pas mettre dehors sans rien dire : procès, menaces d’internement, etc.

25 septembre 2011

Notes

[1Lorsqu’un agent de la fonction publique sollicite la protection fonctionnelle au motif qu’il aurait été victime d’attaques, il lui est alors nécessaire d’apporter la preuve de la réalité des éléments pour lesquels il demande à l’Administration sa protection (cf. par exemple la jurisprudence n°112538 du Conseil d’Etat, datée du 24 février 1995).
La protection fonctionnelle est le soutien, notamment financier, du par l’Administration à ses agents lorsqu’ils sont victimes d’actes délictueux avérés, dans le cadre de leurs fonctions.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

>G7 de Biarritz : un militant et journaliste allemand arrêté à Dijon

En prévision du G7 qui doit se tenir à Biarritz du 24 au 26 août, un militant et journaliste allemand a été arrêté à Dijon la semaine dernière. Sur de simples soupçons, au mépris de la présomption d’innocence, il a été expulsé en Allemagne avec une interdiction de séjour en France (où il travaille) jusqu’au 29 ...

>Cahier de vacances militant pour une rentrée sociale en beauté

Pendant les vacances d’été, l’activité politique et militante a tendance à s’endormir au profit des margaritas sur la plage et des balades en montagne pour essayer de trouver un peu de fraîcheur. On peut se désoler de cette situation, surtout quand le gouvernement en profite pour faire passer des lois...

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

>Le 29 juillet 1979, Émilie Carles quitte la Vallée de la Clarée

Antimilitariste, libertaire, elle a milité toute sa rude vie pour ce coin de bonheur dans les montagnes briançonnaises où elle aimait donner le goût d’apprendre et aussi accueillir. « C’est pareil pour toutes choses, ce qui paraît irréalisable pour l’heure sera une réalité demain. ...

>[Saint-Étienne] Baccalauréat : un jury sous la menace du ministre

Jeudi 04 juillet au matin, un centre d’examen du baccalauréat de l’agglomération stéphanoise. On avait pensé à suivre l’appel à faire grève contre les réformes du baccalauréat et du lycée en général de Jean-Michel Blanquer. Puis on s’est laissé convaincre, non sans remords, que les premières victimes seraient...

› Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

>La Décroissance, ce journal que nous n’achèterons pas

Le journal « La décroissance, journal de la joie de vivre » édité à Lyon, lié à l’association Casseurs de pub, se veut un journal critique de la consommation, prônant une société de partage et de sobriété. Mais ce partage ne se veut pas avec tout le monde. Cela fait de nombreuses années que ce journal diffuse...

› Tous les articles "Rapports sociaux de genre"