Plus que jamais, à bas les CRA, à bas les taules

568 visites
Covid-19

En ces temps d’épidémie, mais aussi de répression et de restriction des libertés de toutes parts, il est plus que nécessaire et urgent de relayer la parole des prisonnièr·es, que ce soit dans les taules ou dans les CRA.
Les prisonnièr·es témoignent au travers de vidéos, photos, témoignages, et communiqués de leurs inquiétudes et leur abandon (interdiction de parloir, aucune mesure sanitaire, répression des contestations...).
En voici une sélection non-exhaustive.

[ les communiqués et témoignages plus récents sont au bas de l’article]

Communiqué collectif de la prison de Rennes-Vezin, 23 mars 2020

Ce communiqué a été publié par l’Observatoire international des prisons sur le blog de Mediapart le 23 mars 2020 alors que des mouvements ont lieu tous les jours dans des dizaines de prisons sur tout le territoire.

À l’attention de
M. le Président de la République,
Mme Belloubet, ministre de la Justice,
M. Bredin, directeur de l’Administration pénitentiaire,
Mme Hanicot, directrice de la Direction interrégionale des services pénitentiaires de Rennes,
M. Astruc, procureur de la République à Rennes,
ainsi qu’à tous les directeurs de prison.

Nous, détenus, bloquons les prisons de France.

Nous, détenus, sommes inquiets concernant le Covid-19 pour nos familles, nos proches et nous-mêmes. Nous vivons une crise sanitaire sans précédent et le sentiment de peur est décuplé, comme tous les sentiments en prison.

Nous détenus de France demandons que des règles d’hygiène strictes soient imposées à l’ensemble du personnel de l’établissement ; que la promiscuité entre nous et le personnel, comme partout ailleurs en France, soit interdite et que si cela n’est pas possible, que le personnel porte gants et masques. Nous détenus de France, demandons un plan d’action sanitaire en cas de contamination au sein de chaque centre pénitencier.

Nous, détenus, accusons le système judiciaire et carcéral de nous mettre en danger de mort et demandons immédiatement le désengorgement de toutes les prisons en libérant les fins de peine et les détenus considérés comme non dangereux pour notre société afin de ne plus jamais dépasser la capacité d’accueil des prisons. Nous demandons à ce que vous soyez vigilants de telle sorte à ne plus jamais nous entasser au point de dormir par terre, et ce en vous assurant dorénavant de bien réguler les prisons pour incarcérer dans des conditions dignes d’un pays tel que la France.

Nous, détenus, dénonçons les violences physiques et morales de la part de certains surveillants et Équipes régionales d’intervention et de sécurité (ERIS) couvertes par les directions ; les effacements trop rapides des preuves vidéos, et encore pire des plaintes classées sans suite par les procureurs trop proches des directeurs de prison, qui par la même occasion se rendent complices de ces agissements et donnent un sentiment d’impunité aux surveillants véreux.

Nous, détenus, dénonçons la flexion lors de fouille à nu, cela porte atteinte à notre dignité et nous humilie. Pourtant, sur la circulaire relative aux moyens de contrôle des personnes détenues, jamais la flexion n’est indiquée ou ni aucune autre humiliation, c’est donc de l’abus de pouvoir.

Nous, détenus, dénonçons le mépris, les moqueries et les inepties des syndicats de surveillants et gradés. Le pouvoir qu’ils ont obtenu, s’il sert à améliorer leurs conditions de travail, est honorable ; par contre quand il sert à faire reculer nos conditions de détention cela devient malsain et creuse un fossé inéluctable entre surveillant et détenu.

Nous, détenus, dénonçons la Direction interrégionale de casser les liens familiaux en refusant les rapprochements familiaux ou en mettant trop de temps pour les plus chanceux de se rapprocher de chez eux (Corses, Basques, etc.). Nous détenus, dénonçons le refus quasi-systématique des parloirs prolongés pour les familles vivant à plus de 200km alors qu’en théorie cela est déjà inscrit dans le règlement. Arrêtez de nous dire qu’il n’y a plus de places, trouvez des solutions !

Nous, détenus, dénonçons avec la plus grande véhémence le régime fermé des maisons d’arrêt et demandons immédiatement la reprise dans toutes les prisons de deux promenades par jour, sans vous cacher derrière l’excuse du travail ou activité, car nous savons tous que les places sont limitées. Nous ne pouvons plus rester entre 22h voire 23h enfermés sans pouvoir sortir de la cellule, ceci est inhumain. Nous souhaitons que le système carcéral en maison d’arrêt soit repensé, avec plus de bâtiments, de confiance.

Nous, détenus, dénonçons le système des cantines à géométrie variable et voulons acheter de la viande selon nos croyances (juives, musulmanes ou chrétiennes) donc cantiner de la viande casher, halal ou neutre et si la chaîne du froid pose problème, il faut trouver des solutions, qui existent. Nous détenus, demandons la mise en place de trois délégués au minimum par prison afin de dialoguer avec la direction et apaiser les tensions.

Nous, détenus, demandons plus de juges d’application des peines et conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation pour ne plus jamais dépasser le délai des quatre mois lors d’un aménagement de peine et demandons l’application stricte de la loi sur les aménagements de peine : maison d’arrêt mi-peine et centre de détention 1/3 de peine.

Nous détenus, dénonçons le sort réservé aux détenus dans les quartiers d’isolement et le traitement inhumain et dégradant que vous leurs infligez.

Nous détenus, dénonçons la dureté de la détention pour les femmes détenues, souvent rejetées par leurs proches et coupées du monde extérieur sans aucun lien social et demandons une réflexion sur la séparation d’une mère détenue et son enfant. Nous détenus, demandons un délai plus court entre chaque uvf.

Nous, détenus, demandons aux juges de se remettre en question concernant les détentions provisoires car cela devient une antithèse avec la présomption d’innocence.

Nous, détenus, sommes tout simplement au bord de la rupture qui s’est accentuée avec ce contexte anxiogène de la propagation du virus covid-19. Sachant qu’en prison aucune règle de base n’est respectée par les surveillants, ni les barrières de distance, ni les gants, ni les masques et pire on continue de nous palper au mépris des règles d’hygiène, ce qui augmente le risque de contamination. Nous détenus, lançons un cri du cœur pour que les surveillants humains prennent le dessus sur les surveillants qui se sont déshumanisés afin de renouer le dialogue. Nous détenus, demandons à être respectés par toute la corporation judiciaire, pénitentiaire et la société.

Nous, détenus, apportons notre soutien aux infirmières, unités sanitaires, médecins, pompiers, virologues, Samu, Smur et tout le corps médical car nous sommes conscients et reconnaissants du travail accompli dans cette période si difficile. Merci à vous.

Les détenu(e)s de France.

A Lyon, après une libération massive des prisonnièr·es, le CRA reste ouvert, les personnes enfermées sont des personnes qui sortent de prison.

Nous reprenons ici le témoignage datant du 16 mars publié avant ces libérations :

Bonjour,

En fait nous on est au centre de rétention de Lyon.

On est en train de faire une grève de faim parce que ils nous ont enlevé nos visites. Y’a plus les tribunaux qui travaillent.

Et voilà, nous aussi euh on essaye de faire notre mouvement parce que nous aussi on a peur pour nos vies. Que le virus il rentre ici voilà. Nous on est enfermés ici et ya pas de mesures de sécurité ! Ya pas de médecins qui font on va dire des contrôles et tout ça.

Alors du coup tout le monde il a peur. Du coté retenu.es et du coté policier aussi. Tout le monde il a peur. Et voilà.

Jusque là on mange pas. Cet après-midi ils vont faire une réunion pour euh… décider qu’est-ce qu’ils vont faire avec nous quoi. Parce que même les policiers ils ont plus envie de venir travailler.
C’est ça le problème aussi.
Et voilà là on est en mouvement et on attend la réponse de l’après-midi.

C’est à peu près tout ce qui se passe ici. Et en plus ils nous ont enfermés tout le monde dans les promenades. On peut pas descendre ya rien du tout.

– T’as dit ils nous ont enfermés dans quoi ?

En promenade, dehors. Ya pas un échange c’est fermé. Eux-même ils ont peur.

– Et quand tu parles des audiences, tu dis ya pas d’audiences ça veut dire quoi ?

Ça veut dire les tribunaux ils ferment. Ya plus de juges, ya plus d’avocats, ya plus rien du tout.
Aujourd’hui il y a des gens qui ont été là-bas. Yavait des juges mais ils ont dit qu’ils vont fermer. A partir de demain tout va fermer.
Aujourd’hui yavait des gens qui ont été là-bas mais ya pas eu d’audiences.

Et en plus les visites elles ont été coupées, ya plus de visites parce qu’ils ont peur. J’sais pas nous on est [passage inaudible] on sait pas quoi faire quoi.

Appel des prisonniers du CRA du Mesnil Amelot, le 30 mars :

Il y a plus de 15 jours le gouvernement à annoncé le confinement et l’état de “pandémie”. Dans le même temps la majorité des frontières étaient fermées.
Depuis le 16 mars les parloirs sont suspendus dans les prisons et les centres de rétention. Le même jour le contrôleur général des lieux de privation liberté (CGLPL) exigait la fermeture des CRA.
Le soir même les prisonniè·es de l’ensemble du CRA étaient en grève de la faim et exigeaient leur libération immédiate.
Les jours suivant les juges (JLD -juges des libertés et détention et TA -Tribunal Administratif) ont libéré beaucoup de prisonniers et prisonnières de ce centre. Souvent contre l’avis de la préfecture qui a essayé d’expulser jusqu’au dernier moment.

Depuis ce sont majoritairement des personnes sortant de prisons et étrangères qui sont amenées au Mesnil-Amelot.

Rien n’est fait pour protéger les retenus face aux risques liés aux coronavirus qui devraient être libérés le plus rapidement possible. Depuis hier matin tous les prisonniers du bâtiment 9 et 10 et quelques prisonniers du bâtiment 11 sont en grève de la faim pour exiger leurs libération immédiate. Ils ont écrit un communiqué, à relayer un maximum, que vous pouvez trouver ici.

Aujourd’hui, mardi 31 mars, les prisonniers demandent aux associations : de relayer un maximum leur communiqué, de contacter la préfecture pour exiger la fermeture du centre, de contacter des journalistes pour que les prisonniers soient entendus dehors."

Je vous écris au nom de tous les détenus du CRA2 du Mesnil-Amelot.
On demande à la CIMADE ainsi qu’à toutes les associations de soutiens aux sans-papiers de nous défendre, de faire une demande auprès de la préfecture de la fermeture du CRA.
On demande a l’ADE, l’association de défense des étrangers de nous défendre parce qu’on est jugé sans avocat, sans voir le juge.
En fait on est jugé sans notre présence ou notre dossier.

A toutes ces associations : s’il vous plaît, aidez nous. On a peur de la suite.

Ainsi que le communiqué concernant la grève de la faim du 30 mars 2020 :

Y a tous le batiment 9, 10 qui fait grève de la faim, et quelques personnes du batiment 11.
On demande notre liberation immédiate et la fermeture du centre. On a peur de la contamination du coronavirus. Il y a encore de nouvelles arrivées Ici il n’y a pas d’hygiène, donc c’est plus risqué que dans d’autre endroit.
On a contacté la CIMADE, et on lui demande de faire une DML pour tout le monde (demande de remise liberté).
Y a pas de vol, y a rien ici. Pourquoi on est là encore ?
Y a des gens qui se coupent pour sortir d’ici. La police est encore violente avec nous. Depuis qu’on est en grève de faim les policiers n’ont toujours pas répondu.
On veut que des journalistes nous contacte, et que la préfecture décidé de nous libérer le plus rapidement possible.
Les retenus de Mesnil-Amelot le 30 mars 2020

  • Le numéro de la cabine de Mesnil-Amelot pour joindre directement les prisonniers en grève de la faim : 01.60.54.16.56.

“L’histoire dira son mot un jour. Pour l’instant, on est des morts réservés” : témoignage d’un prisonnier de Mesnil-Amelot le 04/04/2020 :

Malgré le virus, le confinement et l’impossibilité de déporter les gens, des sans-papiers se font encore arrêter et enfermer dans ces prisons. Après la grève de la faim lancée lundi dernier (grève qui continue pour certains prisonniers), et l’appel lancé aux groupes solidaires avec les sans-papiers, une trentaine de prisonniers y sont renfermés, dans des conditions “pas humaines”, comme le dit le prisonnier.

Ca fait seize jours que je suis dans le CRA du Mesnil Amelot, j’ai été arrêté le 17 mars. Ce qu’on est en train de vivre ici c’est inhumain, la démocratie est bafouée en France.

Selon le gouvernement, le virus ne peut pas atteindre le centre, mais il n’y a pas de gel, pas de masque, pas de gants. Ici il y a des gens qui arrivent tous les jours, hier quatre personnes, aujourd’hui encore trois ou quatre et pas de dépistage.

Il y a eu deux libérations hier, mais des nouvelles personnes arrivent donc ça sert à quoi ? C’est sale, partout. La CIMADE est fermée. On est qu’avec les policiers. On est plus de 30 personnes ici.

Il y a encore deux personnes qui font la grève de la faim, moi je l’ai fait quatre jours mais je suis allée manger hier. Ce qu’on vit ici c’est pas humain. Il y a que des Africains qui sont ici. On n’est pas des criminels. Si vous prenez ma place qu’elle sera votre réaction ?

La guerre dans mon pays, au Congo Brazville, c’est un business. Les gouvernements font ce qu’ils veulent. J’ai servi l’armée nationale congolaise. En 2003 j’ai demandé l’asile en France. Ça fait 17 ans que je vis en France. Mais ce que je vis ici c’est encore pire qu’en Afrique.

Ce qu’on vit ici en France c’est de l’esclavage. Les Africains ne sont pas libres. Elle est où la déclaration universelle des droits de l’Homme ? L’histoire dira son mot un jour. Pour l’instant on est des morts réservés.

A Lille, témoignage des prisonniers du CRA du 5 mai 2020

Au CRA de Lille, ils ne sont plus que 8, regroupés dans un
bâtiment. La moitié d’entre eux sont passés directement de la prison au CRA. Parmi eux, deux prisonniers racontent la situation à l’intérieur : les insultes, les tabassages et surtout l’incompréhension de laisser le centre ouvert et de les garder enfermés.

Mais aussi les conditions d’hygiène désastreuses, comme le confirment des photos sorties du centre. Enfermer et laisser des gens enfermés dans ces prisons est, d’autant plus en ce moment d’épidémie, un choix politique : les préfectures et l’Etat ont décidé de “courir le risque” de faire créver des sans-papiers. Ripostons, soyons solidaires avec les prisonniers-ères !

Nous on est juste des roumains madame, on veut partir de notre propre volonté. On ne veut pas rester en France. Mais le problème là avec le virus, il n’y a pas d’avions, c’est fermé. Donc je ne comprends pas, ici on est 8 personnes.

Aujourd’hui ils nous ont changé de secteur. Ils nous emmenés dans un secteur entre guillemets “propre”, mais les douches sont sales, il y a de l’eau partout. C’est crade ici. Je vois par terre il y a des mégots. Devant le centre c’est propre. Mais nous là où on vit c’est pas propre. Ca veut dire qu’on a aucune garanties sur notre santé.

La dame qui s’occupe du magasin, on lui a demandé si il y avait un coca ou un jus d’orange. Elle nous a dit nous on fait pas les courses comme ça comme partout, ils parlent avec nous comme des chiens. En plus le tour d’aujourd’hui, les policiers qui sont ici, ils nous ont très mal traités.

Après moi j’ai demandé le commandant, j’ai parlé avec lui et je lui ai expliqué le comportement des policiers de ce matin. Il a répondu que ça c’était la France, que si cela ne nous convenait pas, il fallait ne pas venir en France. Je lui ai dit “mais pourquoi vous nous parlez comme des chiens ?”, nous on vous respecte, donc on vous demande le respect.

Ici c’est dommage qu’on ai pas de portable avec des photos, parce qu’ils ne sont pas malades, si ils nous laissent avec des téléphones avec caméra, je prends des photos et j’envoie direct à la direction des droits de l’homme à Bruxelles, pour qu’ils voient dans quelles conditions on vit ici.

On comprend que quand on a fait une bêtise on paie, mais on est pas des chiens ou des moutons pour vivre comme ça, dans ces conditions.

Moi juste avant j’étais en prison. J’ai fait ma peine. J’ai fait une bêtise, j’ai payé. J’ai été trop vite sur l’autoroute et ils m’ont mis 5 mois en prison. J’ai dit ok. Je paye. J’ai fait trois mois et 20 jours de prison et je suis sorti. J’habite en Belgique, depuis 5 ans, j’ai acheté là-bas ma maison. Et je travaille, j’ai un contrat de travail, j’ai tout.

Et donc je dis : je rentre dans mon pays. Même s’ils m’envoie en Roumanie ce n’est pas grave. En 2h et demi je suis de retour en Belgique. Mais comme ils ont fermé les aéroports tout ça, j’ai compris. J’ai dit bon, je ne peux pas rentrer en Roumanie, envoie-moi en Belgique, c’est 65km ! Ca fait 30 minutes de route.

Ma nièce a envoyé tous les papiers. Aujourd’hui j’ai vu mon assistante sociale, elle m’a dit que je passerai devant le juge dans 20 jours. Mais j’ai dit : “pourquoi dans 20 jours ?”. Vous me dites que vous avez tous les papiers, mais vous ne pouvez pas me relâcher. Je ne comprends pas le système comment ça se passe.

Ils profitent des roumains. Ils disent qu’on ne connait pas trop les lois, qu’on ne connait pas trop les choses. Mais moi ça fait 20 ans que j’habite en France. Je suis marié avec une femme française. J’ai deux enfants avec elle. Ensuite on s’est séparés. Donc on connait la France, ça ne veut pas dire qu’on ne connait pas nos droits.

Nous on ne met pas tout le monde dans la même casserole. Il y a des gens bien et mauvais partout. Ici il y a des arabes. Il y en a certains qui n’ont pas d’argent, qui n’ont pas de famille. Ils n’ont rien du tout. Et bien on achète du café pour nous, on leur achète aussi pour eux. Des cigarettes aussi. On partage.

Témoignage d’une personne prisonnière au CRA de Cornebarrieu (Toulouse) du 01/04/2020

Je suis stressé, j’arrive pas à dormir, j’ai mal au dos, j’ai peur la police qu’elle ramène quelque chose ici.
Le médecin n’est pas là, j’ai très mal au dos, la tête elle éclate, j’ai demandé doliprane pour la tête, y a pas.
C’est compliqué avec la police. C’est bizarre. Il n’y a rien du tout, ni masques, ni gants, ni gel pour laver les mains, rien du tout.
Les gens viennent de dehors, c’est pas comme nous ici, c’est pas une bonne idée, c’est pas protégé.
On a trois doses de savon, chacun, par semaine. On mange tous les secteurs ensemble, mais chacun a sa table. Mais on est deux par chambre, comme d’habitude.
L’OFII il est plus là, la Cimade ça fait 15 jours qu’il est plus là. A midi l’infirmier vient et il donne les médicaments pour dormir, et après il se barre, après tu le vois plus.
Demain j’aurai une chance de sortir ou pas ? Normalement ils ont pas de droits de me garder moi ici, parce que les frontières elles sont fermées, y a pas d’aéroports, y a pas d’avions, y a rien du tout.
Les juges ils savent rien de ce qu’il se passe ici. Y a pas de tribunal, tout est en visio, même moi j’ai pas pu parler à l’audience.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Covid-19 » :

>Le coronavirus révèle la logique profonde de notre monde

De la destruction des habitats naturels à la destruction des habitats humains, des soulèvements de populations aux suicides des travailleurs, du suicide des adolescents aux jeunes terroristes. Tous ces drames font système selon une logique qui n’a pas de limites. La mondialisation libérale sème la...

>Grève illimitée à la MJC de Villeurbanne dès le mardi 23 juin

La MJC est une association d’éducation populaire qui agit sur le territoire de Villeurbanne depuis 70 ans. Depuis le 16 mars dernier, la MJC de Villeurbanne est fermée. Les salarié.e.s de la MJC soutenus par leurs organisations syndicales alertent sur la situation actuelle et les risques concernant...

› Tous les articles "Covid-19"

Derniers articles de la thématique « Migrations / Sans-papiers » :

>Rassemblement le 11 juillet pour la régularisation des Sans Papiers

Suite aux manifs du 30 mai et du 20 juin pour la régularisation inconditionnelle et pérenne de tous les sans papiers, un Collectif de Sans Papiers de Lyon vient de se créer à l’initiative des personnes concernées. Le collectif appel à un rassemblement le 11 juillet à 14h30, place de la Comédie, à...

› Tous les articles "Migrations / Sans-papiers"