Projection - débat autour du film « Diaz, un crime d’Etat », par le collectif du 21 octobre

1063 visites
1 complément

Le collectif du 21 octobre organise, lundi 21 octobre 2013 à 19h, une projection-débat du film Diaz au cinéma Le Zola, avec l’intervention de Checchino Antonini, journaliste et militant anti-répression italien.
Le procès de ces exactions policières s’est achevé, très récemment, par la condamnation de dizaines de personnes impliquées (policiers, médecins, gardiens de prison).
Bertrand Sayn, avocat chargé de la plainte déposée par le collectif concernant la « prison bellecour » du 21 octobre 2010, ainsi que des membres du collectif du 21 octobre, interviendront pour répondre aux questions autour des suites concernant le 21 octobre 2010.

Le film.

En 2001, pendant la dernière journée du G8 de Gênes, quelques instants avant minuit, plus de 300 policiers prennent d’assaut l’école Diaz, à la recherche des militant(e)s du Black Bloc.

JPEG - 450 ko

Dans l’établissement, se trouvent quatre-vingt-dix manifestant.e.s et journalistes, majoritairement étranger.e.s, qui s’apprêtent à passer la nuit à même le sol de l’école.
Alors que les forces de l’ordre font irruption, les jeunes militant.e.s lèvent les mains pour se rendre.

Imperturbables et implacables, les policiers se livrent à des exactions préméditées d’une violence inouïe.

JPEG - 351.1 ko

Checchino Antonini

Journaliste et militant italien, il a écrit plusieurs livres sur les forums sociaux après Gênes ainsi que sur le processus de l’affaire Diaz, dont le procès a été récemment conclu par des condamnations pour abus de pouvoir et d’autorité.

Il a également participé à la rédaction de la bande dessinée « Bello Ciao », autour d’Aldrovandi, décédé après son arrestation et alors âgé de 18 ans : une contre enquête menée par le collectif Bello Ciao a permis une prise de conscience collective ainsi que la condamnation des policiers.

Le jeudi 21 octobre 2010, à Lyon

JPEG - 13 ko

A partir de 13h30, environ 700 personnes, majoritairement des jeunes, voire des mineur.e.s, venu.e.s participer au mouvement contre la réforme des retraites, ont subi de l’autorité préfectorale une garde à vue en plein air totalement illégale et extrêmement violente Place Bellecour, afin de les empêcher de rejoindre la manifestation contre la réforme des retraites réunissant salariés, étudiants et lycéens.
Stigmatisé.e.s comme « casseurs », ce via un tri au faciès, à l’âge, et au look (sweats à capuche et baskets de marque mal vus), Ils.elles ont alors été maintenu.e.s enfermé.e.s dans une nasse constituée de centaines de CRS, avec présence du GIPN.
Dans cet espace clos, sans possibilité de fuir, et sans savoir quand cela allait s’arrêter (ni si cela allait s’arrêter...), ils.elles ont alors étés insulté.e.s, filmé.e.s, arrosé.e.s à 3 bars de pression, gazé.e.s, mis en joue ostensiblement au flash ball, puis, vers 19h, autorisé.e.s à sortir, en devant pour cela subir l’humiliation supplémentaire d’un contrôle d’identité par les agents des forces de l’ordre qui, tout l’après midi durant, les avaient ainsi molesté.e.s et violenté.e.s.

La presse locale titrera par exemple : « les lycéens collés place bellecour », réduisant cette après midi de violence à une vulgaire punition scolaire, et reprendra majoritairement le stigmate de « casseurs », déniant ainsi d’emblée à des franges entières de la jeunesse leur légitimité à participer au mouvement contre la réforme des retraites, du fait de leurs origines populaires et périurbaines présumées.

Dès le lendemain pour dénoncer cette violence, cette atteinte aux droits fondamentaux et la scandaleuse discrimination au faciès, le Collectif du 21 octobre, regroupant plus de 30 syndicats, associations, partis, et des individuel.le.s, voyait le jour. Une action en justice contre les services de l’Etat fut alors lancée.
Elle est actuellement en cours d’instruction pénale.

Chaque année le 21 octobre, le collectif rappelle l’évènement pour que les lyonnais.es n’oublient pas, pour refuser la banalisation des violences policières en réponse aux mouvements sociaux, et pour répéter « plus jamais ça », jusqu’à l’obtenir.

Bertrand Sayn, avocat du Collectif, nous informera de l’évolution de l’instruction judiciaire en cours et participera au débat.

ZLR.

P.-S.

lundi 21 octobre 2013

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

>[Dijon] Solidarité avec les habitant·es des Grésilles

Poubelles incendiées, voitures dégradées, tirs de coups de feu, armes lourdes, les images circulent abondamment et attisent tous les fantasmes. En plein mouvement contre le racisme et les violences policières, c’est l’actualité idéale pour brouiller les cartes, redorer le blason de la police et raviver...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"