Une prise de position de personnes pas vraiment -voire pas du tout- salarié.es sur la grève en train de naître, diffusée à Lyon depuis quelques jours. Pour que le refus de la destruction des conditions de travail ouvre au refus de la vie qui nous est fait, perspective pour le mouvement contre la loi Travail et l’état d’urgence.

Le projet de réforme du droit du travail que prépare le gouvernement est la plus ambitieuse d’une vaste série de libéralisations à mettre au forfait du PS. Ces attaques contre le droit du travail, guidées par la volonté de construire un social-libéralisme à la française, dégradent chaque fois nos conditions de travail et par là nos conditions de vie au nom d’une prétendue reprise de l’emploi.

L’esprit de cette loi voudrait faire retourner la capacité de décision dans les mains d’un prétendu couple employeur-employé. Dès lors que le capital a liquidé le prolétariat, il ne compte plus que des sujets raisonnables qui vont coopérer ensemble, « démocratiquement », à la recherche de la sainte croissance. C’est donc en toute logique que les droits acquis jadis sont désormais des entraves à la marche de l’économie. Il incombe donc aux pouvoirs de les anéantir méthodiquement.

Ainsi les indemnités de licenciement seront plafonnées à un taux particulièrement bas, les 11 heures de repos minimum journalier pourront être fractionnées, les apprentis mineurs pourront travailler 40h par semaine, les licenciements économiques se feront sur la bonne foi de l’employeur, le congé légal en cas de décès d’un proche va disparaître, le taux de rémunération des heures supplémentaires n’est plus garantie par les accords de branche…
Pourtant la chose est claire, le prétendu couple employeur-employé est loin d’être une relation égalitaire. Et si il y a un code du travail, c’est parce que des hommes et des femmes ont lutté pied à pied pour obtenir de maigres améliorations de leurs conditions de vie.

Depuis plus de 30 ans la "lutte contre le chômage" sert de dispositif rhétorique à partir duquel on nous fait avaler des pilules de plus en plus grosses. Mais ces attaques – ou "modernisation du marché du travail" – ne répondent en rien à la question de la répartition de la richesse posée par le chômage structurel de nos sociétés.

Les gains de productivité sur les 150 dernières années, associés à la répartition inégalitaire des richesses propre au capitalisme, rendent de toute façon une partie d’entre nous inutile à la sphère de la production. Nous sommes déjà nombreux à n’entretenir que des rapports épisodiques avec le salariat. Partant de là, nous affirmons qu’il n’y a pas le « problème du chômage » mais bien plus le « problème du travail », donner du sens à nos actes dans un monde qui n’a plus grand-chose à promettre.

L’exemple grec nous l’a montré, dans leur monde, il n’y a pas de fin à l’austérité promise par les réformes. C’est un monde qui carbure à la crise, un monde qui gère tant bien que mal sa décomposition. Plus que de refuser ce projet de loi particulier c’est le refus du monde de l’économie qu’il faut réaffirmer. C’est ce monde qui produit quelques puissants et une horde de crève la faim, c’est ce monde qui assèche les rivières pour mettre l’eau en bouteille, ce monde qui vit comme si nous avions dix planètes et qui se targue de faire taire tout ce qui vit contre lui.

JPEG - 368.3 ko

Le refus on le porte déjà en germe chaque fois qu’on trouve des solutions avec les gens autours de nous pour nous débrouiller en dehors du salariat. Parce que déserter le monde qu’on nous promet c’est arriver à arracher ensemble les conditions matérielles de nos existences. A partir de là se pose la problématique de reprendre en main pan par pan chaque aspect de la vie quotidienne... L’amitié est aussi une ressource stratégique. Nous faisons l’hypothèse qu’à chaque fois que nous tirons les ficelles de l’autonomie politique et affective avec un certain penchant pour l’offensivité, le caractère proprement irréconciliable de nos existences se dessine.

La journée du 9 mars a été enthousiasmante à bien des égards. L’ambiance posée ce jour-là appelle d’autres gestes, à commencer par l’occupation des universités, des lycées, des lieux de travail... Bref, à sortir de son chez soi et à prendre goût à une certaine intensité collective. A tisser les complicités propres à neutraliser le pouvoir de captation et de pilotage des organisations politiciennes.

Dans cette situation, nous ne partons pas de zéro, ce mouvement se doit de se s’enrichir des luttes qui l’ont précédées, de notre histoire finalement. Regardez les luttes pour les sans-papiers, la ZAD, les mouvements hackers, les caisses de solidarités etc... Loin de suivre un mouvement de cohérence, elles dessinent une constellation de gestes et d’expériences qui nous sont propres.

L’intelligence collective est déjà-là. Il s’agit désormais de la mettre à l’épreuve, de la faire croître. Le temps libéré du travail qu’annonce cette grève doit être pour nous l’occasion de prendre en mains ensemble nos vies. Le refus catégorique de cette loi pourrait être le prétexte pour nous organiser avec nos voisin.es, nos collègues, nos ami.e.s et leurs ami.es et comploter gaiement pour inventer les manières que nous choisirons pour satisfaire aux besoins de tou.tes en dehors du monde que nous promet le capital.. Qui sait ce qu’une grève peut ?

Soyons gourmands politiquement,
­Le monde ou rien !

P.-S.

PDF - 216.7 ko
mise en page A5

Documents associés à l'article :

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 16 mars 2016 à 12:42, par DAVID

    oui, notre intérêt, c’est de faire retirer à la fois la loi du travail (qu’on pourrait aussi appeler loi du chômage alibi au retour de l’esclavage) ;
    soutenons les facs en grève, les occupations, l’assemblée de Lyon qui lutte contre ce monde immonde du capitalisme,
    de nombreux zadistes, que ce soit à Notre Dame des Landes ou à Roybon, soutiennent nos luttes comme celle des sans papiers, lire les messages de soutien aux migrants de Calais sur zadnadir.org.
    Ils soutiennent aussi nos grèves et luttes contre la loi du travail et du chômage, alibi au retour de l’esclavage.
    Faisons converger nos luttes, venons sur les zad comme à Roybon,
    continuons nos manifs et grèves, bloquons les rouages du capitalisme,
    réservons le 17 Avril pour notre participation à la journée mondiale des luttes paysannes, instituée par la via campesina dont fait partie la confédération paysanne,
    salariés, paysans, chômeurs, du monde entier, unissons nos forces contre ce capitalisme qui mondialise la guerre,
    le meilleur moyen de se sauver, c’est de sauver tous les autres, comme c’est dit dans les films de Youlountas "je lutte donc je suis" et "ne vivons plus comme des esclaves"

    luttons, et réfléchissons ensemble aux alternatives pour sortir de ce totalitarisme capitaliste

    Christian

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Loi travail » :

>Conseils en manif : 2018

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques ! Mise à jour du tract (dispo en pdf à la fin de l’article) de Témoins - la Caisse de solidarité.

>Loi Travail, un an après : analyse et perspectives

Après le mouvement contre la première loi Travail (2016), nous avons travaillé à quelques pistes d’analyse. Il nous semble que ces analyses, comme quelques propositions, peuvent retrouver une actualité dans le moment politique que nous vivons. Nous les proposons ici telles quelles, laissant ouvertes...

>Etudiant.e.s, trouvez-vous une occupation !

Fort de nous avoir imposé ses ordonnances, Macron croit pouvoir instaurer tranquillement la sélection en licence et en master, la baisse des APL, les fusions d’universités… Pourtant dans le morne quotidien des facultés, la résistance prend...

> Tous les articles "Loi travail"

Derniers articles de la thématique « Droits sociaux - santé - services publics » :

>Victoire sans réserve pour les éboueurs grévistes de Pizzorno

En grève ininterrompue depuis le 2 avril, les éboueurs en lutte de Pizzorno ont repris le travail ce matin. Une lutte exemplaire face à un patron voyou qui aura tout fait pour briser la grève. Mais au final, les salariés sous-traités l’emportent, arrachant à la direction une timbale d’avancées aussi...

>Les éboueurs privés de Pizzorno rejoignent la grève

Alors que les éboueur.euses entament leur troisième semaine de grève. Les salarié.e.s de Pizzorno (la collecte privé) se sont mis à leurs tour en grève. La grève chez Pizzorno environnement (collecte des déchets) a commencé ce mardi 2 avril à 00H00. Plus d’une centaine de grévistes avec piquet de grève...

> Tous les articles "Droits sociaux - santé - services publics"

Derniers articles de la thématique « Expression - contre-culture » :

>Soirée HipHop féminin le samedi 13 avril

Dans le cadre du Printemps Libertaire, le Collectif HipHopFéminin vous présente son 2ème évènement le samedi 13 avril dès14h. La journée débutera à Radio Canut de 14h à 16h (avec un Open Mic Féminin et l’interview d’Eloise Bouton) et sera suivi d’une soirée concerts/Dj set à partir de...

> Tous les articles "Expression - contre-culture"

Derniers articles de la thématique « Fêtes - Festivals - Vie du mouvement » :

>Goûter revendicatif le jeudi 11 avril à Vaulx-en-Velin

Les parents d’élèves, enseignants du premier degré, de collège et du lycée vaudais, constitués en collectif, vous invite ce jeudi 11 avril à un goûter revendicatif, à partir de 16h30 à l’école élémentaire Courcelles, pour continuer le combat contre la réforme Blanquer et la casse du service public...

> Tous les articles "Fêtes - Festivals - Vie du mouvement"