Site collaboratif d’infos alternatives

Retour sur la semaine antifasciste à Lyon du 13 au 17 décembre 2017 par le Groupe Antifasciste Lyon et Environs

1955 visites

Pour les cinq ans du Lyon Antifa Fest nous avons décidé de mettre les bouchés doubles et de proposer une soirée de plus et organiser une grande manifestation anticapitaliste et antifasciste.
Cette semaine a été riche en rebondissements notamment à cause de l’obsession de la préfecture à faire capoter notre événement.
Si notre manifestation a été interdite nous souhaitions communiquer sur cette semaine afin de répondre à pas mal de questionnements et faire un petit bilan.

Le contexte

Nous avions prévu cette manifestation depuis plusieurs mois, nous avions voulu profiter du festival le Lyon Antifa Fest afin d’organiser une semaine sur les luttes antifascistes et anticapitalistes.
Pour cela nous voulions et nous avons tenté de faire une convergence des luttes sans pour autant renier nos convictions révolutionnaires.
Mais l’important c’était que l’on puisse toutes et tous défiler, se rencontrer et s’organiser pour la suite.

La préfecture a tout fait pour nous mettre des bâtons dans les roues, alors pour ceux et celles qui ont la critique facile ou qui se posent des questions sur l’organisation de cette semaine voici quelques petits rappels de l’ambiance qui a régné et qui règne de manière générale sur Lyon.

Nous sommes la ville de France avec le plus de groupes fascistes représentés.

Nous avons le Parti Nationaliste Français, le Groupe Union Défense maintenant nommé "le Bastion Social", les Identitaires, l’Action Française, les Cathos intégristes, et nous avons encore Gabriac (jeunesse nationaliste- civitas) , Golnish ( FN ) en quelque mots, on a beaucoup de merdes.

Sans oublier que le président du conseil régional de notre région est Laurent Wauquiez et l’ancien maire de notre ville c’est Gerard Collomb tout deux se démarquent par leurs sorties toutes plus racistes les unes que les autres. Plus inquiétant encore ce dernier a le pouvoir d’édicter les lois, ce qu’il fait avec brio en demandant notamment aux centres d’hébergement de dénoncer les personnes sans-papier et invitant les hôpitaux à le faire aussi.
Voilà notre terrain de lutte quotidien.

Ces même fascistes possèdent plusieurs lieux pérennes qui leur servent de base stratégique, la Traboule et sa salle de Boxe « L’Agogée », l’un des plus gros local identitaire, environ 180 m2 en plein centre du quartier historique du Vieux Lyon ; le « Point d’encrage » le salon de tatouage appartenant à Logan Djian et où se retrouvent régulièrement les membres du Bastion Social, le magasin de vêtements appartenant à Steven Bissuel et Logan « Made in England », le bar le Pavillon Noir ouvert par le GUD et bientôt celui de leur nouvelle organisation le « Bastion Social », le local de l’Action Française situé sur la presqu’ile, le local du PNF situé quartier St. Georges pas loin de l’église des cathos intégristes. Il y a de multiples bars où les fascistes du Vieux-Lyon peuvent s’y retrouver tranquillement et accueillis sous la bienveillance des propriétaires. Ceux-ci ratonnent régulièrement dans la plus totale impunité personnes racisées, personnes LGBT, etc…

Ensuite nous sommes une des villes les plus sécuritaires de France, la ville de Gerard Collomb, la ville de la vidéosurveillance, la ville où a été testé pour la première fois le « nassage » de manifestations. La ville où l’utilisation d’hélicoptères pendant les manifestations et les canons à eau est systématique sur les manifestations de Lyon depuis plusieurs années.

A Lyon, la lutte antifasciste est stigmatisée, réprimée, censurée, empêchée depuis plusieurs années.

Nous avons tout comme "la marche des fiertés" depuis plusieurs années, l’interdiction de manifester dans le Vieux-Lyon, quartier fasciste. Où les membres de groupuscules nationalistes sont protégés par la préfecture et la mairie de Lyon.
En effet, à chaque fois que nous sommes allés tracter dans ce quartier pour informer la population des agissements de ses groupes, nous avons été cueillis par la BAC et la police. Nous avons subis des nassages, des violences policières (comme l’atteste la vidéo sur notre mur facebook) et la confiscation de notre matériel militant.
La préfecture nous empêche de pénétrer dans ce quartier et protège clairement les fascistes.
Cette année nous avons fait 3 manifestations contre le Bastion Social, elles ont toutes été interdites, et s’en est suivie plusieurs arrestations de militant-e-s antifascistes avec de la prison, des fortes amendes ou bien des interdictions de manifester individuelles.

Alors oui, en déposant la manifestation internationale nous nous doutions fortement que cette manifestation serait interdite.
Nous avons maintenu un rassemblement car nous voulions montrer à la préfecture que nous ne respectons pas leurs interdictions, une partie du problème, comme les fascistes ou comme ce gouvernement capitaliste.

Nous voulions montrer aussi notre difficulté à lutter à Lyon par rapport à d’autres villes de France, par une répression disproportionnée mais aussi une année passée à mener bien seul-e-s la lutte antifasciste.
Car oui, à Lyon nous sommes isolés. Et c’est cet isolement qui a permis à la préfecture de nous ostraciser. Même si nous comprenons la peur de certains groupes, nous ne comprenons plus les logiques d’appareils qui agitent le mouvement militant et qui les poussent à non seulement de rien proposer mais en plus à déserter le mouvement.
Nous ne comprenons pas cette obsession à demander aux autorités à faire le boulot, ne comptons que sur nous-même !
Si nous sommes toujours prêts à travailler avec d’autres, nous ne cautionnerons plus l’inertie des différentes composantes de la gauche « traditionnelle ».
Cependant, cet isolement est à relativiser car nous militons avec beaucoup de « non-organisés », d’individu-e-s, de collectifs informels, qui nous donnent la force de batailler.
Nous remercions à ce propos le Pink Bloc Lyon qui a vraiment assuré ce dimanche 17 Décembre.
Et nous nous réjouissons que d’autres initiatives aient lieu et s’organisent.

Un festival qui amène toujours plus de monde et un rassemblement maintenu

JPEG - 111.6 ko

Groupe "Bastard prod" lors du deuxième soir du LAF

Pour la cinquième année consécutive « Lyon Antifa Fest » a eu lieu. Nous avons réussi à réunir plus de 1 300 personnes cette année !
Malgré l’interdiction, un rassemblement s’est tenu ce dimanche 17 décembre avec environs 150 personnes, nous avons pu déployer notre banderole et communiquer avec les médias.

JPEG - 191.3 ko

Troisième et dernier soir du LAF groupe "Les sheriff

Nous sommes arrivés à mobiliser 4 canons à eaux et des dizaines de fourgon de CRS. Alors si nous considérons que leur répression est proportionnelle au danger que nous représentons, alors nous sommes sur la bonne voie car apparemment nous leur faisons très peur.

JPEG - 298.7 ko

Le samedi 16 Décembre, les services de la BAC après avoir passé l’après-midi à nous traquer a attaqué la manifestation communiste.

Mais maintenant nous devons adapter nos stratégies, c’était la dernière fois que nous posions une demande de manifester. Nous n’avons plus ce droit octroyé par la démocratie bourgeoise.
Le droit de vivre ne se mendie pas, il se prend !

Nous manifesterons à partir de maintenant quand nous le voudrons et où nous le voudrons, les rues n’appartiennent pas aux fascistes.

Un grand merci à ceux et celles qui nous soutiennent, à ceux et celles qui étaient présent-e-s tout au long de la semaine et du week-end.
Un grand merci au Grrrrrrnd Zero qui a accueilli la première soirée du festival en raison de la décision de la préfecture d’interdire celle-ci.

En effet, elle devait avoir lieu au rafiot, squat situé dans le quartier de Gerland, mais cette première soirée a aussi fait l’objet d’une tentative de sabotage de la part des services de police.

Une pensée aux camarades blessé-e-s pendant cette semaine, à ceux et celles qui passeront en procès, à radio Canut qui s’est fait attaquer la nuit du 16 au 17 décembre, à toutes les victimes de la police et des fascistes, et une pensée à toutes celles et ceux qui ont passé cette fin d’année en prison.

Nous ne sommes pas prêt-e-s de nous taire.

La GALE

JPEG - 169 ko
Groupe Krav Boca, premier soir du LAF

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « GALE - Groupe Antifasciste Lyon et Environs » :

>Appel à soutien au procès en appel d’un militant antifasciste

Le 2 juin 2017, un rassemblement antifasciste était appelé place des Jacobins à Lyon, par le groupe antifasciste de Lyon et relayé par le milieu militant de Lyon, des environs et de France, pour dénoncer l’instrumentalisation de la misère par les fascistes du GUD. Un camarade antifa a alors et arrêté...

GALE - Groupe Antifasciste Lyon et Environs" ">> Tous les articles "GALE - Groupe Antifasciste Lyon et Environs"

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

> Tous les articles "Extrêmes droites"
}