Si tu vois quelque chose, fais quelque chose ! 12 choses à faire plutôt que d’appeler la police

5386 visites
1 complément

Les émeutes aux États-Unis, contre le racisme structurel de l’institution policière, ont donné lieu à une diffusion inédite des idées du mouvement abolitionniste. Pour participer à son extension et à sa réalisation, voici une traduction d’un texte de 2017 : 12 things to do instead of calling police, écrit par deux collectifs de New-York, Mayday Collective et Washtenaw Solidarity & Defense précédé d’une introduction de contextualisation.

Contextualisation

À la différence d’autres textes qui traitent de contextes de confrontation avec la police (manifestations, arrestations, expulsions, etc.), 12 choses à faire... insiste sur des moments ordinaires de nos vies : une panne de voiture, une soirée, quelqu’un qui pète un cable, etc. Ici pas d’arguments budgétaires ou gestionnaires pour réduire ou couper les budgets de la police (#Defundhepolice), comme dans pas mal de textes états-uniens récents, mais une volonté de saper le besoin du recours aux forces de l’ordre. Ce texte part de ce que chacun-e, en tant qu’il est lié à des communautés (bande d’ami-es, voisinnage, etc.), peut faire quand il est confronté à une situation inhabituelle ou que quelque chose dérape.

On mesure alors l’ampleur des transformations nécessaires pour se passer de la police : si l’on ne veut plus se décharger de nos soucis dans les mains d’une milice capitaliste et raciste, cela suppose un surcroit d’existence politique, une plus grande implication, individuelle et collective, au sein de ce qui se passe autour de nous. Nos efforts ne se dirigent plus seulement contre les forces répressives (dénoncer leurs abus, leur racisme, leur répression...), mais également pour prendre en charge les problèmes et les conflits présents dans notre voisinage, notre entourage et nos communautés.

D’autres traductions, plus situées et moins liées au contexte américain, feront suite à celle-ci. Aussi, un autre type de traduction est déjà en cours : transposer ces « choses à faire » dans notre contexte français, afin de développer nos propres « pratiques abolitionnistes ». Alors les spécificités de la société états-unienne n’apparaîtront plus comme d’étranges bizarreries, mais comme des points de comparaison à partir desquels préciser nos points d’attaques en France.

Le collectif de traduction
JPEG - 136.3 ko

Traduction du texte 12 Things to do Instead of Calling the Cops

PNG - 27.5 ko

Si tu vois quelque chose, fais quelque chose ! 12 choses à faire plutôt que d’appeler la police

Appeler la police, souvent, aggrave la situation, fait courir des risques et provoque de la violence. Chaque fois qu’on demande de l’aide à la police, on l’invite dans son entourage, ce qui met en danger des personnes qui peuvent déjà être dans des situations à risque. Parfois, les gens pensent qu’appeler la police est la seule manière de régler des problèmes. Mais l’on peut construire des réseaux d’entraide et de confiance, qui permettent de mieux prendre en main des conflits nous-mêmes et d’aller vers des formes de justice transformatrice, tout en gardant la police hors de nos quartiers.

1. Ne te sens pas obligé⋅e de défendre la propriété – surtout la propriété « privée » des grandes entreprises. Avant d’accuser quelqu’un⋅e ou de contacter la police, demande-toi si quelqu’un⋅e est mise à mal par le « vol » ou le dommage d’une propriété. Si la réponse est « non », alors laisse faire.

2. Si quelque chose qui t’appartient est volé et que tu as besoin de déposer une main courante pour toucher l’assurance ou pour une autre raison, vois si tu peux aller au commissariat de police plutôt que de faire venir les flics au sein de ton entourage. Sans t’en rendre compte, tu pourrais faire courir un risque à quelqu’un⋅e de ton voisinage.

3. Si tu rencontres quelqu’un⋅e présentant un comportement qui paraît « étrange » à tes yeux, ille peut être sous l’emprise de produits, sous le coup d’une lésion cérébrale ou bien en plein délire. Demande-lui si ça va, s’ille est dans un état de santé particulier et s’ille à besoin d’aide.

4. Garder une liste de numéros de ressources communautaires, comme une ligne d’écoute en cas de situations compliquées (tentative de suicide, mise en danger d’autrui, etc.). Quand la police est contactée pour « gérer » des situations comme celle-là, les personnes qui ont des troubles mentaux ont 16 fois plus de risque d’être tuées par les flics que celles sans difficultés de santé mentale.

5. Si tu vois quelqu’un⋅e arrêté⋅e sur la chaussée à cause d’un problème de voiture, tu peux t’arrêter et lui demander s’ille a besoin d’aide ou si tu peux appeler une dépanneuse. Si la police s’en mêle, elle peut mettre des amendes abusives, cibler celleux qui n’ont pas de papiers, ou pire encore.

6. Réfléchis à deux fois avant d’appeler la police, lorsqu’une personne te semble suspect⋅e. Est-ce que sa race, son genre, son ethnicité, sa classe ou son mode d’habitat influence ton choix ? Des coups de fils comme ça peuvent envoyer beaucoup de gens en prison pour la vie.

7. Encourager les professeurs, les collègues et les organisateurs⋅trices d’événements à ne pas convier la police dans les classes, les lieux de travail et les espaces publics. A la place, œuvrer pour une culture de l’attention des un⋅es aux autres, sans mettre par inadvertance qui que ce soit en danger. Si on fait partie d’un groupe qui organise un rassemblement ou une manifestation, ne pas chercher à obtenir un permis de port d’arme, même si cela te permettrait d’éviter de coopérer avec la police.

8. Si un⋅e voisin⋅e fait la fête et que le bruit te gêne, va voir, va lui parler. Apprendre à connaître tes voisin⋅es lors des fêtes de quartier régulière, est une bonne manière de rendre un peu moins inconfortable le fait de leur demander de baisser d’un ton, ou bien de trouver un⋅e autre voisin⋅e qui veut bien le faire.

9. Si tu vois quelqu’un⋅e pisser en public, regardes ailleurs ! Souviens-toi que beaucoup de sans-abris n’ont pas d’accès facile à des toilettes.

10. Organiser et participer à des ateliers de désescalade ou de résolution de conflit, de secourisme et d’auto-défense, dans ton entourage, dans ton école, à ton travail ou au sein de ton comité de quartier.

11. Le street art c’est beau ! Ne signale pas des graffitis ou des artistes de rue. Si tu vois une œuvre qui contient des propos fascistes ou haineux, peins par-dessus, toi-même ou avec tes ami⋅es.

12. Souviens-toi que la police peut exacerber des situations de violence domestique. Tu peux soutenir des ami⋅es et des voisin⋅es qui sont victimes de violence, en leur offrant un endroit où rester, un trajet vers un lieu sûr ou de prendre soin de leurs enfants. Utilises des ressources communautaires comme des lieux d’entraide et des lignes d’écoute.

Des communautés fortes rendent la police obsolète !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 1er septembre à 12:24, par Andaman

    Bonjour à tout le collectif,

    Merci beaucoup pour cette excellente initiative qui rend accessible
    une stratégie capable d’éviter beaucoup de violence et de renforcer
    les liens sociaux.

    Comme je maîtrise relativement bien l’anglais et que j’ai lu la
    version originale, je me permets de vous faire remarquer quelques
    maladresses de traduction ou carrément ce qui me semble être des
    contresens qui, de mon point de vue, desservent le propos :
    - Article 1 :
    Je changerais « mise à mal » (ce serait plutôt « mis⋅e à mal ») par
    « victime de violences ou mis⋅e en danger ».
    - Petit contresens dans l’article 3 :
    « [...] don’t assume that they are publicly intoxicated. A traumatic
    brain injury or a similar medical episode may be occurring. »
    a été traduit par :
    « [...] ille peut être sous l’emprise de produits, sous le coup d’une
    lésion cérébrale ou bien en plein délire. »
    ce qui ne correspond pas vraiment à l’intention du texte original que
    je traduirais plutôt par :
    « [...] n’en conclus pas qu’ille est en état d’ébriété ou sous
    l’emprise de produits sur la voie publique. Une lésion cérébrale ou
    une crise liée à une maladie peuvent provoquer des symptômes
    similaires. »
    - Contresens dans l’article 6 :
    « peuvent envoyer beaucoup de gens en prison pour la vie. »
    -> « peuvent mettre en danger la vie de beaucoup de gens. »
    - Les article 4 et 5 ont été inversés, je ne sais pas si c’est
    intentionnel.
    - Gros contre-sens dans l’article 7 :
    « ne pas chercher à obtenir un permis de port d’arme, même si cela te
    permettrait d’éviter de coopérer avec la police. »
    -> « ne pas demander d’autorisation à la police et éviter toute forme de
    coopération. »
    - Article 8 :
    « rendre un peu moins inconfortable »
    -> « rendre moins embarrassant »
    - Article 9 :
    « pisser » -> « uriner »
    - Article 12 :
    « un trajet vers un lieu sûr »
    -> « de les conduire/emmener en lieu sûr »
    « Utilises » -> « Utilise »

    Sincèrement,

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Répression policière » :

>Violences policières dans les lycées : la matraque comme pédagogie

Lors de l’année scolaire 2019-2020, les lycéens et lycéennes de l’agglomération lyonnaise ont pris part aux mouvements sociaux. En réponse, ils ont été victimes d’une répression policière approuvée par le rectorat et par certaines directions de lycées. Quand des responsables de l’éducation nationale...

› Tous les articles "Répression policière"