Sur la situation actuelle des migrant*es sur la route des Balkans

151 visites

En mars 2019, le groupe Augenauf et le point de contact de Sans-Papiers Bâle ont mandaté un membre d’Augenauf à participer au voyage de la délégation du Forum Civique Européen à la frontière bosno-croate. En voici le rapport.

Des milliers de migrant*es sont actuellement bloqué*es en Bosnie-Herzégovine (B-H). Depuis la fermeture du « corridor humanitaire » sur la route des Balkans entre la Serbie, la Hongrie, la Croatie, la Slovénie et l’Autriche au printemps 2016, la migration n’a pas cessé ; elle s’est déplacée en Bosnie-Herzégovine. À partir de là, les gens essaient de passer par la Croatie et la Slovénie (voir carte).

Déplacement de la route des Balkans

Il y a un peu plus d’un an, début 2018, les migrant*es atteignaient le canton d’Una Sana, au nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine, et ainsi Bihać et Velika Kladuša. Au début, seule la population locale soutenait les migrant*es qui s’installaient dans un premier temps dans un parc à Velika Kladuša pour ensuite être envoyés dans un champ à l’extérieur de la ville. Dans le champ, l’accès à la nourriture est irrégulier et l’élimination des ordures et des eaux usées inadéquate. A partir de mars 2018, des volontaires internationaux et bosniaques arrivent de plus en plus nombreux à Velika Kladuša, afin d’améliorer la situation catastrophique de l’approvisionnement des réfugié*es. On estime que 23 000 migrant*es ont traversé la Bosnie-Herzégovine en 2018.

Huit camps en Bosnie-Herzégovine

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM), financée par l’UE, se charge d’assurer une partie des services de base à partir de mi-2018. Elle supervise huit camps dans tout le pays, tous situés dans la Fédération de Bosnie-Herzégovine - le pays est divisé en deux entités, la Fédération de Bosnie-Herzégovine et la Republika Srpska - dont quatre dans le canton nord-ouest d’Una Sana. Trois camps sont situés à Bihać ou aux alentours, alors que le quatrième, appelé Miral, est à Velika Kladuša. Ces camps sont cependant conçus pour trop peu de personnes ce qui conduit systématiquement au refoulement de nombreux réfugiés. Le gouvernement du canton d’Una Sana a ainsi fixé à 3000 le nombre maximum de migrant*es admi*es au printemps de cette année.

JPEG - 56.3 ko
Route par les balkans 2018 - Laurent Geslin

Infrastructures déficientes des camps

Les camps sont mal gérés et sous-équipés : au camp Miral, par exemple, 780 migrant*es ont accès à 47 toilettes et 30 douches à l’intérieur, tandis qu’au camp Bira près de Bihać 92 toilettes et 44 douches sont disponibles pour 2040 personnes. Les migrant*es de Miral nous expliquent que la nourriture est souvent insuffisante et peu fraîche, que les soins médicaux du Conseil danois pour les réfugiés ne sont pas suffisants, que la vie privée n’existe pas et que le lavage des vêtements est un gros problème. Selon les représentant*es de l’OIM, deux machines à laver industrielles sont disponibles, mais la municipalité n’a pas encore fourni de raccordement d’eau. Il y a aussi des raisons politiques à cela : Ils ne veulent pas de réfugié*es à Velika Kladuša et veulent réduire leur nombre dans le canton de Una Sana.

...

La suite à lire sur : https://renverse.co/Sur-la-situation-actuelle-des-migrant-es-sur-la-route-des-Balkans

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

>La tuerie d’immigrés italiens à Aigues-Mortes le 19 août 1893

« Ritals en eaux mortes » bande dessinée d’OLT (qui participe à l’Éphéméride anarchiste). Les travers racistes ne sont pas d’aujourd’hui. Les politicards xénophobes de tout bord devraient s’informer sur les évènements racistes occultés de notre histoire qui risquent vite de se transformer en tragédies...

>Expulsion au 26 avenue Monin à la Feyssine

Ce mardi 30 juillet, à 6h30 à la demande de la mairie de Villeurbanne et de la préfecture (50 policiers, 6 fourgons 5 voitures banalisées dont la BAC) ont expulsé le squat où vivait des familles albanaises et Roms situé au 26 avenue Monin à Villeurbannne, quartier de la...

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"