Sylvain Gouggenheim, négationniste de l’apport du monde arabo-musulman médiéval dans les sciences occidentales

1435 visites
1 complément

En rapport avec l’ouvrage de Sylvain Gouggenheim, professeur à l’ENS-LSH à Lyon, « Aristote au Mont Saint-Michel » publié au printemps dernier. plus deux trois trucs sur son livre.

S. Gouggenheim, historien médiéviste spécialiste des chevaliers teutoniques, a publié ce livre qui depuis le printemps dernier fait beaucoup parler. Il est en effet polémique dès son introduction. Cet ouvrage traite de la transmission des textes philosophiques de la Grèce antique à l’Occident médiéval, et principalement par l’intermédiaire du moine Jacques de Venise qui aurait amené certains ouvrages d’Aristote au Mont Saint-Michel où il les aurait traduit. M. Gouggenheim présente ce personnage – dont l’existence n’est nullement remise en cause par la communauté scientifique - comme un des relais majeur dans la transmission de ces textes, mais surtout il estime avoir découvert une partie de l’histoire nouvelle, voire cachée par l’ensemble de la communauté scientifique.

De plus il remet en cause le rôle du monde musulman dans la transmission de la philosophie d’origine grecque à l’Occident chrétien médiéval et ce jusqu’au XIIIe siècle. Pour cela il explique, dans son chapitre IV il me semble, que les textes traduits du grec au syriaque et du syriaque à l’arabe déforment la pensée de l’auteur. Il explique que les musulmans ne peuvent pas comprendre et assimiler la philosophie grecque car les textes sont écris dans une langue indo-européenne et que l’arabe est une langue sémitique. Selon lui, les différences sont telles entre les deux langages que le passage de l’une à l’autre ne se fait pas sans perdre le sens essentiel et difficile à saisir pour la philosophie. Il montre qu’une langue sémitique est impropre à l’expression de la philosophie et de la science. Par contre les traducteurs chrétiens au service des abbassides qui traduisent ces textes en syriaque, eux, n’ont pas de problème pour comprendre ces textes. Mais le syriaque est une langue sémitique, ce qui devrait poser le même problème de traduction. Ceci n’est qu’un exemple des fautes commises (volontairement ou non ? qui sait) par S. Gouggenheim. Il affirme également que le terme « science » en arabe ne désigne que les sciences coraniques – il occulte ainsi les mathématiciens par exemple, mais aussi les philosophes, etc. (si vous désirez avoir quelques informations sur la place de la philosophie et des sciences – et ce qu’elles étaient - je vous met en lien un extrait du séminaire de M. Abbes, professeur de philosophie à l’ENS-LSH à Lyon, sur « la pensée politique d’Averroès »).

L’ouvrage de S.Gouggenheim semble avoir une visée idéologique, utilisant la vague qui apparaît en Europe depuis quelque temps : « l’occident de doit rien à l’orient ».

Une table ronde a eu lieu à Paris I le samedi 4 octobre 2008, organisé par l’UMR 8163 « Savoirs, Textes, Langage » de l’université de Lille 3 et EA 2482 « Groupe de Recherche Antiquité, Moyen Age, Transmission Arabe » de l’université Paris (laquelle ?). Cette table ronde présidée par Jean Celeyrette et Christophe Grellard a démontré que cet ouvrage n’était pas scientifique du tout, plusieurs intervenants de cette table ronde, qui avaient été cités par S. Gouggenheim dans "Aristote au Mont Saint-Michel", ont expliqué que beaucoup de ces citations étaient soit tirées hors de leurs contextes et changeaient de sens du tout au tout, mais aussi que certaines citations n’existaient pas. Les textes de cette table ronde devraient être publiés dans quelques temps. Le plus tôt sera le mieux…

Le principal problème de ce livre à caractère polémique, voir idéologique, est son retentissement. Il n’a pas eu le succès que mérite un très mauvais livre d’histoire destiné au grand public. En effet au mois de juin (il me semble) le Monde des Livres faisait un article mettant en avant la nouvelle thèse de S. Gouggenheim. Face à la réaction des spécialistes et de la communauté scientifique dans son ensemble les médias ont pris la défense du pauvre chercheur victime des « islamo-gauchistes » qui constituent la communauté scientifique des médiévistes arabisants. De plus la thèse de « l’occident ne doit rien à l’orient » alimentée par S. Gouggenheim est très fortement reçue sur internet et la plupart des réactions sur les blogs lui sont favorables et souvent tenues par des personnes d’extrême droite. Si cela restait circonscrit à l’extrême droite et bien tant mieux pour elle, mais désormais toute personne cherchant des informations sur l’ouvrage tombe sur ce type de sites. Egalement S. Gouggenheim est professeur à l’ENS-LSH et est publié chez Seuil, ces deux maisons sont gage de qualité et offre une tribune largement immérité à S. Gouggenheim, qui d’ailleurs refuse le débat scientifique et la confrontation de ses thèses avec des spécialistes.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 3 novembre 2008 à 17:59, par mbc

    je voudrai aller au-delà de l’idée de la transmission des savoirs grecques par le monde musulman et rappeler que la philosophie grecque
    s’est construite à partir d’apport égyptien,phénicien ,perse et hindou,donc globalement de peuples orientaux.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

>Université Lyon 2 : Le Progrès sert la soupe aux réactionnaires

Fidèle à sa ligne éditoriale, le Progrès a gratifié son lectorat d’une Une et d’une double-page une nouvelle fois bien réactionnaire. La cible de la semaine ? L’Université Lyon 2, clouée au pilori au travers d’un récit délirant dénonçant les « dérives » d’enseignements entièrement acquis au féminisme et à...

› Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"

Derniers articles de la thématique « Extrêmes droites » :

>12 septembre 1948 : tentative d’attentat aérien contre Franco

Le 12 septembre 1948, une tentative d’attentat aérien contre Franco est entreprise par un petit groupe d’exilés anarchistes à Paris. Les audacieux choisissent la voie des airs pour tenter de bombarder la tribune officielle d’une course de bateaux depuis un petit avion de tourisme qui décolle du pays...

>Des Conseils de Bavière à la montée du nazisme

Si l’insurrection spartakiste de Berlin est maintenant connue, les révolutions - car on peut employer le pluriel en raison de leur manque de coordination - qui agitèrent le reste de l’Allemagne le sont moins. Parmi elles, la République des conseils de Bavière, proclamée le 7 avril 1919, fut l’une des...

› Tous les articles "Extrêmes droites"