« Trahison de classe » : Compte-rendu n°3 des audiences de la Cour d’Appel de Lyon

1273 visites
Comptes-rendus de justice 3 compléments

Au terme de nombreuses audiences de la quatrième chambre correctionnelle de la cour d’appel de Lyon (celle qui est restée célèbre pour son extrême sévérité depuis le passage de Finidori), voici une série de comptes-rendus. Ces affaires ne concernent que des personnes majeures et sont surtout liées aux manifs d’octobre.

Aujourd’hui, un syndicaliste, sans antécédents judiciaires, est accusé de jet de pierres, de jet de cartouches de grenades lacrymogènes, porteur d’une barre de fer, d’incitation à l’émeute, de préméditation, de tentative d’évasion, de rébellion... contre la force publique le 19 octobre, sans avoir provoqué d’ITT. Les flics l’ont bien tartiné alors qu’il ne reconnaît qu’un jet de canette sur une poubelle.
À la lecture de l’accusation, le président Taillebot s’étonne : « Vous n’aviez pas l’équipement du parfait manifestant »
L’avocat général Ponsard mène l’attaque en défendant le pouvoir en place, version diviser pour mieux régner : « Vous êtes un ouvrier ? Pourquoi étiez-vous avec les lycéens et pas avec les ouvriers ? » Il reprend ensuite sa diatribe citoyenniste, cette fois-ci teintée de mépris vis-à-vis de ce qu’il ne considère pas comme « civilisé » : « Allons-nous accepter que la violence devienne un moyen d’expression démocratique dans un pays civilisé ? ». Le prévenu nie en bloc.
L’avocat du prévenu, Bambanaste, demande la relaxe : « c’est un syndicaliste, il travaille, vous avez toutes ses fiches de paie, 6 mois ferme pour quelqu’un qui est dans une manifestation contre la réforme des retraites, qui a le droit de manifester, qui n’a jamais eu de problème avec la justice ».
La défense paie et son client est condamné à 6 mois avec sursis – 6 mois de trop, surtout si on se rappelle que le tribunal ne lui avait mis que 2 mois avec sursis ...

Le suivant n’est justement pas un syndicaliste, ce qui lui vaut une forte suspicion : de quoi pourrait-il se plaindre ? En effet, c’est un homme jeune, père de deux enfants, qui se présente à la barre. Arrêté le 19 octobre vers le quai Gailleton, puis condamné à 4 mois de prison avec sursis, il doit verser 330 euros de dommages et intérêts et frais de justice à un policier de la BAC (Brigade Anti Criminelle).
Rien que pour la comparution immédiate, son avocat demande plus de 900 euros ! Paysagiste de profession, il n’a jamais eu de problème avec la police et la justice. Il est accusé d’avoir ramassé place Bellecour un galet de sept centimètres sur quatre et d’avoir visé un CRS.
Le président Taillebot résume « Vous avez un très bon profil social, pas de condamnation, père de famille, tous les éléments sont réunis pour vous insérer correctement. »La conseillère Wyon renchérit « vous êtes en train de faire construire une maison, la vie ne vous est pas trop difficile ! » (sous-entendu, vous n’avez aucune raison de protester !) suivie par la représentante du parquet qui reprend « vous avez un profil tel que vous êtes capable de travailler, vous allez avoir un contrat, vous n’êtes pas dans la rue… pourquoi aller casser du policier, je n’arrive pas à comprendre… » Et elle répète, incrédule « vous n’avez pas le profil » (mais, personne n’as "le profil" !).
La cour ne comprend pas comment cet homme père de famille « en a marre de cette société » ! Ce prévenu qui est là debout devant eux fait partie du même monde qu’eux et ça les insupporte à tel point qu’ielles veulent mettre ça « sur un coup de folie », dénigrant ainsi tout discernement au moment des faits (mais alors, pourquoi conserver la responsabilité du prévenu ?), mais le privant aussi du sens politique de ses gestes. L’avocate générale demande une peine ferme d’emprisonnement à exécuter avec un bracelet électronique. Une des peines les plus lourdes, mais aussi une peine significative de la raison d’être des aménagements de peine : il ne s’agit pas de vider les prisons ni de réduire les peines, mais bien d’en inventer de nouvelles.
Quelques semaines plus tard le verdict tombe : 6 mois ferme alors qu’en comparution immédiate, le parquet n’avait demandé que du sursis, et le tribunal l’avait suivi.
La morale de cette histoire : Il y en a qui ont des raisons de casser du flic et d’autres qui n’en ont pas. Quoi qu’il en soit ielles se font tous fracasser !

Groupes associés à l'article

Caisse de Solidarité - Témoins

  • Tel : 06.43.08.50.32
  • 91 rue Montesquieu 69007 Lyon
  • caissedesolidarite /at/ riseup.net
  • Autres infos : Permanence les 1ers jeudis du mois à 19h à la Luttine, 91 rue Montesquieu (Lyon 7eme) Possibilité de permanence en mixité choisie à 18h30, les 1ers jeudis du mois à la Luttine, 91 rue Montesquieu (Lyon 7eme). Pour les dons : -par chèque à l’ordre de Témoins-Caisse de Solidarité à envoyer au 91 rue Montesquieu 69007 Lyon -via le site helloasso : https://www.helloasso.com/associations/temoins-des-acteurs-en-mouvement/formulaires/2 La caisse de solidarité est membre du réseau RAJCOL https://rajcollective.noblogs.org/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 19 mars 2011 à 13:28

    180 mois de prison environ sont tombés (soit 15 ans) en ce qui concerne les personnes majeures + quelques mineures (mais c’est tres difficile d’avoir des infos sur les personnes mineures, avec le huis-clos de la justice). Sur ces 180 mois, 96 sont ferme, soit 8 ans de prison... répartis sur environ 25 personnes. Les peines vont de 2 mois avec sursis a 1 an ferme.

  • Le 19 mars 2011 à 13:03, par KB

    Manif sarko dégage 1er mai

  • Le 19 mars 2011 à 10:30

    mais faut qu’on fasse quelque chose merde ! on peut pas laisser passer ça comme ça sans rien dire !!

    ce sont combien de mois fermes qui tombent en ce moment ! et pourquoi ?

    faut faire une déclaration intersyndicale, faut faire une pétition, faut faire un barouf d’enfer pour les sortir de là, faut leur mettre la pression, faut que ça se sache, je sais pas moi...

    mais vraiment, il faut que les syndicats en parlent. on peut pas organiser un mouvement en laissant tomber les non-syndiqués après. je ne dis pas que c’est ce qui se passe, loin de moi cette idée, mais je voudrais alerter...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Caisse de Solidarité - Témoins » :

>Ma détention provisoire #6. Partout, ça sent l’« afghan »

Partir en détention provisoire ou être condamné à de la prison ferme avec mandat de dépôt, c’est dur et potentiellement traumatisant. Du jour au lendemain, ta vie bascule. Et pour celles et ceux qui y font face pour la première fois, c’est un plongeon dans l’inconnu. Souvent, on est mal préparé à...

› Tous les articles "Caisse de Solidarité - Témoins"

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

>Un jour sans fin – 3e audience du procès en appel de Kamel Daoudi

Kamel Daoudi, connu pour être le plus vieil assigné à résidence de France, totalise l’absurde record de près de 14 000 pointages au commissariat, en 13 ans. En septembre dernier, il avait été condamné en première instance (à Aurillac, son dernier lieu d’assignation) à un an de prison ferme, pour un...

 Force a dû rester à la loi », les émeutes de La Duchère en procès

Suite à la chute d’un adolescent de 13 ans à scooter dans le quartier de la Duchère, probablement percuté par une voiture de flics banalisée le 3 mars 2021, des émeutes éclataient le lendemain vers 17 heures 30. 12 personnes étaient interpellées, 9 d’entre elles remises en liberté le lendemain faute de...

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"