Violences policières : témoignage sur la manifestation contre la loi travail du 19 mai

1937 visites
Loi travail 3 compléments

Après une fin de manifestation tendue un petit groupe de manifestant.es dont je faisais partie a décidé de se détendre en musique. Jusqu’au moment où, au milieu d’une valse je me sente projetée contre les boucliers des CRS qui se mis à avancer et frapper à coups de matraques les danseurs. Résultat des courses ? 3 points de suture sur le crâne pour un ami, 2 pour moi et une ou deux entorses, je ne compte pas les hématomes qui nous décorent désormais.

Après une fin de manifestation tendue (blocage du parcours déclaré de la manifestation sur le pont avant d’arriver sur Bellecours par un cordon de CRS/gendarmes et un canon à eau, puis utilisation de ce canon à eau sur la tête de cortège en préventif, sans provocation ou menace physique préalable) un petit groupe de manifestant.es dont je faisais partie a décidé de se détendre.

Une amie s’est posée devant l’un des cordons de CRS qui bloquait la place et à commencé à jouer de l’accordéon, nous nous sommes mis à danser ensemble...

JPEG - 629.3 ko

Jusqu’au moment où, au milieu d’une valse, je me sens projetée contre les boucliers des CRS qui se sont mis à avancer et à frapper à coups de matraques les danseurs.

JPEG - 114.1 ko
JPEG - 125.1 ko

Résultat des courses ? 3 points de suture sur le crâne pour un ami, 2 pour moi et une ou deux entorses, je ne compte pas les hématomes qui nous décorent désormais. Ni les coups sur les mains et appareils de ceux qui filmaient.

JPEG - 14.6 ko

Sur le moment nous étions sonnés, ensanglantés et essentiellement choqués : personne n’a compris pourquoi ce déchaînement de violence gratuite, alors que nous dansions simplement, et que personne ne faisait preuve du moindre signe d’agressivité...

C’est en fouillant un peu le lendemain sur twitter que je suis tombée sur cette vidéo [1] :

Il suffit de regarder attentivement le ralenti pour comprendre ce qu’il s’est finalement passé. On voit en effet distinctement un homme casqué et habillé à la manière d’un membre des « forces de l’ordre » foncer sur un manifestant, l’attraper et le plaquer d« errière le cordon de CRS. Qui se sont du coup avancés en rythme et ont usé de la violence pour »protéger« l’interpellation »musclée" (c’est un euphémisme) en cours...

JPEG - 46 ko

Peut-on faire plus pacifiste qu’une danse sur de la musique folk ? Qu’est-ce qui justifiait les coups puisque la cible interpellée était déjà passée derrière le cordon, et donc complètement hors d’atteinte ? Aucun d’entre nous n’était casqué, masqué ou armé, nous l’aurions voulu que nous n’aurions pas pu nous opposer à cette odieuse interpellation. Je pose donc la question : comment justifier les crânes ouverts ? Les téléphones cassés ? Les entorses ? Les personnes frappées à terre ?

Personnellement je trouve que ce genre de manœuvre le lendemain d’une manifestation policière contre la « haine anti-flic », ça fait mauvais genre. Mais peut-être que ces coups sur le crânes m’ont finalement endommagé le cerveau.

A bientôt, sur les prochaines manifs.

Notes

[1La vidéo en question a été récupérée puis floutée. Pensez à flouter avant de publier vos photos et vidéos.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 23 mai 2016 à 00:35, par bim

    Propagande TF1 sur la manif de jeudi, à comparer avec la vidéo ci-dessus :

    http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/ca-va-partir-en-sauvage-reportage-au-coeur-des-violences-dans-8744732.html

    Le reportage TF1 nous montre l’interpellation en vidéo ci-dessus du point de vue des flics. La vidéo de l’article Rebellyon montre que les images de l’interpellation diffusées dans le reportage TF1 proviennent d’une caméra tenue par un policier. Globalement, on a affaire à une grosse manipulation d’images + collaboration police-gros médias : réagissons !
    Le blocage de l’accès à Bellecour par deux camions de flics + un camion à eau + une ligne de CRS, sur le parcours autorisé de la manifestation de jeudi, avait-il pour but de générer des images propres à être détournées par le JT de TF1 ?
    Les journalistes de TF1 sont des flics. La prefecture et les médias orchestrent main dans la main des affrontements pour organiser une propagandes de chaumières. Réagissons !

  • Le 22 mai 2016 à 21:21, par

    Lyon, 19 mai 2016

    « Ils ont brisé le bal, CRAC »

    Place Bellecour aux environs de 14h,

    Je me retrouve avec de nombreux autres manifestants à une dizaine de mètres d’une ligne de policiers. Aucune pierre ne fuse, juste des mots.

    Je sors mon accordéon car moi, j’aime bien l’accordéon. J’avance. C’est fort la musique. Et c’est symbolique. Voilà ce qu’on est nous, manifestants : de la musique si douce et puissante, rageuse et calme, entêtante, entêtante. Tiens, prend la dans la tête, la beauté de quelques notes. C’est violent ? C’est beau. Je vous assure que ce n’est pas de la « provoc », c’est juste un moment de partage, entre l’accordéon et vous. Lui vous offre un chant, calme. Et vous…

    La première mélodie qui arrive à mes doigts (qui tremblent…) c’est celle de « On lâche rien ». Va savoir pourquoi. L’accordéon s’avance. La ligne de policier recule. Puis il se tourne vers une autre ligne, qui recule à son tour. Parmi eux, se trouvent certains avec lesquels j’ai discuté à la manif de mardi, certains m’avaient souri, certains avaient même fait des blagues.

    Autour, les caméras. Pourtant CECI N’EST PAS UN SPECTACLE. Je ne suis pas actrice, je suis bien moi. Je ne suis pas sur scène, je suis à côté d’eux. Et ceci n’est pas un film.

    Mes doigts acceptent enfin de jouer un autre air. Des danseuses arrivent. Et elles valsent, elles valsent. Elles sont belles et rayonnent.

    Je ne vois pas tellement ce qui se passe car je suis complètement plongé dans l’instant. J’ai un peu peur car je sens l’équilibre instable. Il me semble que les danseur.ses sont de plus en plus nombreux.
    Et CRAC. D’un coup, ils attrapent une danseuse. Que se passe-t-il ? Directement, certains l’aident à se relever. Une fraction de seconde plus, tard, ils chargent. Ils tapent la danse et la musique. Ils tapent les gens heureux de valser. Ils tapent.

    Ça fait mal. Au corps et au cœur. Car hier, ils m’avaient souri.

    Messieurs les policiers, Monsieur le Capitaine, Monsieur le préfet, Monsieur l’État Policier, vous avez cassé la musique, vous avez frappé la danse, vous avez piétiné la joie, CRAC. Vous n’aimez donc pas la musique ? Vous n’aimez donc pas danser ? Seriez-vous donc tristes ? Ou est-ce pour vous une agression… Et votre fille, quel âge a-t-elle, monsieur le policier ? Aime-t-elle danser ?
    Vous avez brisé l’accordéon. Mais vous savez, j’ai encore ma voix. Et elle continuera de chanter. Et chaque fois que vous frapperez, elle sera plus claire.

    Et puis il y en a d’autres des accordéons. Énormément d’autres.

    Vous allez apprendre à l’aimer la musique. Vous verrez.

    *L’accordéon n’est pas cassé. Mais mon doigt, entorsé.

  • Le 21 mai 2016 à 21:53, par

    Merci d’avoir fait passer cette info et bon rétablissement (si je peux oser, est ce que cela peux suffire face à ces réalités qui ...)
    Par contre cette vidéo est instructive en la matière, 15« , 16 », 17 "entre autres.
    Il semble, que le flic exfiltrant un manifestant vient de l’intérieur « cortège/rassemblement » manif ?
    Le gros plan sur matraque télescopique montre en arrière plan poche gonflée ( de quoi ? grenade ? les quelles ? ...).
    La dernière image aussi (le geste de) la main gauche du « personnage » à gauche de l’image peux poser question, à quoi correspond le relief de son maillot où sembles aller sa main ? qu’est ce donc encore comme ’arme" ou autre qui ce cachent ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Loi travail » :

>Conseils en manif : 2018

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques ! Mise à jour du tract (dispo en pdf à la fin de l’article) de Témoins - la Caisse de solidarité.

>Loi Travail, un an après : analyse et perspectives

Après le mouvement contre la première loi Travail (2016), nous avons travaillé à quelques pistes d’analyse. Il nous semble que ces analyses, comme quelques propositions, peuvent retrouver une actualité dans le moment politique que nous vivons. Nous les proposons ici telles quelles, laissant ouvertes...

>Etudiant.e.s, trouvez-vous une occupation !

Fort de nous avoir imposé ses ordonnances, Macron croit pouvoir instaurer tranquillement la sélection en licence et en master, la baisse des APL, les fusions d’universités… Pourtant dans le morne quotidien des facultés, la résistance prend...

› Tous les articles "Loi travail"