La france vichyste, ou une banale et insupportable expérience de contrôle social...

1129 visites

Témoignage sur la délation et le contrôle social au quotidien.

Je viens de vivre une expérience insupportable. Et pourtant quotidienne et normale dans ce pays.
Une contrôleuse assermentée de la CAF a pénétré dans ma maison, dans ma vie, mon intimité.
Pourquoi ?
Parce que je suis pauvre et non conforme aux schémas familiaux proposés par cette société. Je suis mère célibataire d’un enfant de 6 ans, bénéficiaire de l’ASF et du RSA en complément de mon salaire, et j’ai l’outrecuidance d’héberger un ami à la rue. Pour aggraver mon cas, cet ami n’est pas français, et bénéficiaire du RMI.
La CAF , après m’avoir demandé confirmation que monsieur X habitait bien chez moi (« car il arrive que les étrangers fassent des demandes alors qu’ils ne vivent plus en France ») est donc venue, en la personne de cette contrôleuse, vérifier que je ne suis pas une horrible fraudeuse : de celles qui vident les caisse de la France en percevant indûment 200 euros par mois.
Car je suis une femme et j’héberge un homme.
Il s’agit donc forcément là d’une vie de couple, et je ne devrait plus percevoir l’ASF car si je vis en couple, mon concubin pourvoit forcément aux besoins de mon fils ! Je précise ici que j’ai par le passé hébergé (officiellement aussi) pendant environ un an unE amiE (Rmiste alors que je percevais l’API), sans que ça ne pose jamais aucun problème à la CAF.

Sarkozy peut se rassurer : sa politique d’appel à la délation est promise à un bel avenir, avec un bataillon de bons citoyens toujours prêts à répondre présents : ma contrôleuse "savait" déjà, avant de pénétrer chez moi et de me rencontrer, que je vivais en couple avec mon « hébergé », car les vieilles voisines qui passent leur journée l’oeil collé au judas l’avaient renseignée au cours de son « enquête préliminaire de voisinage » sur sa date d’arrivée, ses allées et venues, etc. (Pas besoin de caméras dans mon immeuble : les voisines font le boulot !). Elle a eu beau le trouver endormi sur mon canapé en sonnant tôt le matin et constater que j’avais ma propre chambre, elle n’a pas démordu de sa « conviction personnelle », car « la solidarité a ses limites, et on n’héberge pas quelqu’un plus d’un mois ». Sinon c’est qu’on couche. Forcément. Autant dire que si elle savait le nombre de gens que j’ai hébergés dans ma vie (avec ou sans papiers), elle pourrait tout de suite m’inscrire au livre des records dans la rubrique de la femme qui a eu le plus d’amants au monde...

En attendant, j’ai dû subir son interrogatoire dans MA cuisine, sa visite dans MON appartement, son nez dans mes relevés de comptes, mes factures, mon livret de famille, mes fiches de paie, les décisions de justice concernant mon fils, son père et moi ; ainsi que ses insinuations et réflexions.
En trois quarts d’heure, j’ai été mise à nue devant elle, cette femme a tout su de ma vie, dit que l’ami que j’héberge devait habiter en foyer, que sa présence n’était certainement pas étrangère au fait que le père de mon fils demande un droit de visite après 6 ans d’absence, dit que son intrusion chez moi était normale car prévue dans les textes puisque NOUS étions demandeurs d’allocations.
Sales pauvres !
Bienheureuse qu’elle ne me colle pas la DDASS sur le dos, car « mon appartement trop petit ne permet pas une intimité suffisante » (preuve d’une vie de couple) et « quand même, avec l’enfant... »
(Je n’ose imaginer ce qu’elle a mis dans ses points de suspension).Je précise que mon enfant a une chambre a lui, mais qu’apparemment un adulte mâle dormant sur mon canapé est un problème pour son intimité.
En bonne professionnelle (sic !), cette dame n’a toutefois pas pu conclure au concubinage (« par manque d’éléments, mais ça ne change rien à sa conviction profonde »), mais a promis de le faire dans deux mois si monsieur X dort toujours sur mon canapé (les voisines pourront lui confirmer !)
Le hic, c’est que nous avions l’intention de prendre un appartement en co-location... Projet qui bien sûr tombe à l’eau : je n’ai pas à habiter avec un homme sans vivre en couple avec lui ! Il n’a qu’à trouver un boulot pour ne plus dépendre de la CAF, et moi un mari !!

Philomène

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

› Tous les articles "Logement / Squat"