Violente expulsion du 71 quai Perrache et toujours pas de relogement

1910 visites
6 compléments

Ce lundi 2 décembre à 6h au 71 quai Perrache à Lyon, 73 personnes ont été expulsées, dont 44 enfants (16 de moins de 6 ans, 9 de moins de 3 ans, 2 de moins de 6 mois et 1 de 15 jours, selon le recensement de l’association CLASSES présente sur les lieux). Ce logement, vide depuis 2009, a été réquisitionné par un groupe de personnes sans logements depuis le 10 juin.
Ce bâtiment appartient à la SPL Lyon Confluence dans le cadre du projet d’extension du quartier Confluence. A noter qu’aucun projet immédiat n’est prévu pour cet immeuble.

Nous avons décidé de nous mobiliser pour protester contre cette expulsion.

Des personnes de tous horizons étaient présentes, des associations telles que CLASSES, Enfance sans toit, et des individus alertés par la situation.
Voir l’appel à mobilisation et suivi de l’expulsion.

13 détachements de CRS et le GIPN sont intervenus pour l’expulsion. Alors que les soutiens se réunissaient, les forces de l’ordre ont décidé de nous disperser par la force. Nous avons subi des violences disproportionnées, coups de matraque et gaz lacrymogène sans sommation sur l’ensemble des personnes présentes, soutiens et expulsés.
Loin de n’avoir été « qu’incommodés légèrement » comme l’a décrit Albert Doutre, patron de la Direction départementale de la sécurité publique du Rhône, deux enfants ont été emmenés à l’hôpital suite à cette action. L’un d’entre eux est un nourrisson de 15 jours et avait déjà été admis à l’hôpital vendredi dernier pour des gênes respiratoires. Cela avait été notifié par courrier au préfet, qui n’en a vraisemblablement pas tenu compte.
Loin d’être une « action légitime » telle que commentée par Albert Doutre, le fait d’envoyer des gaz lacrymogènes relève d’une mise en danger délibérée vis-à-vis de ce bébé.

Rappelons que 24 000 logements sont vides sur le territoire lyonnais et que plusieurs milliers de personnes vivent encore dans des conditions précaires ou sont à la rue. Il est inadmissible de mettre des personnes dehors, d’autant plus durant la trêve hivernale.
Aucun relogement ne leur a été proposé, et nous nous inquiétons énormément pour l’avenir de ces familles.
Devons nous d’emblée nous faire catégoriser comme anarchistes sous prétexte que nous réagissons face à une telle injustice ? Il est toujours possible d’empêcher ces situations en réquisitionnant les logements vacants, en baissant le prix des loyers et en relogeant immédiatement les personnes à la rue.

Nous appelons à un grand rassemblement de protestation devant le Grand Lyon (20 rue du Lac) le 12 décembre à 14h30.

Nous demandons l’arrêt des poursuites contre toutes les personnes interpellées.
Nous appelons à venir au TGI de Lyon mardi 3 décembre à 14h salle U pour exiger la libération immédiate d’une personne sans papier déféré.

Collectif Logement Lyon

mardi 3 décembre 2013

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Migrations - sans-papiers » :

› Tous les articles "Migrations - sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

› Tous les articles "Répression - prisons"

Derniers articles de la thématique « Logement - Squat » :

>Réunion du collectif Hébergement en danger le 18 novembre

Nous sommes des professionnels des structures d’urgence sociale du Rhône : lieux d’accueil, hébergements, équipes de rue, dispositifs de soin… Nous travaillons avec des personnes sans abri. Suite à la volonté du prefet de remettre en cause le droit à l’hébergement nous convoquons une réunion le 18-11 à...

>Caravanes, yourtes, camions habités... Un projet de loi veut les chasser

L’article 14 de la loi Engagement et proximité est un « outil d’exclusion massive » selon les auteurs de cette tribune, qui demandent aux députés de retirer cette mesure « anti-pauvres ». Elle permettrait aux maires de faire payer une astreinte de 500 euros par jour aux occupants de caravane, yourte, camion...

>Deux écoles occupées pour mettre à l’abri des enfants sans toit

Plusieurs familles sont dans la détresse au sein de la Métropole Lyonnaise. Les différents comités fédérés au sein du collectif « Jamais sans Toit » sur la Métropole de Lyon, les dénombrent jour après jour. Alors que le droit au logement est de plus en plus remis en cause, des écoles sont de nouveau occupées...

› Tous les articles "Logement - Squat"