« Est-ce que votre maman vous a élevé comme ça ? » Compte-rendu n°1 des audiences de la Cour d’Appel de Lyon

2461 visites
Comptes-rendus de justice 3 compléments

Au terme de nombreuses audiences de la quatrième chambre correctionnelle de la cour d’appel de Lyon (celle qui est restée célèbre pour son extrême sévérité depuis le passage de Finidori), voici une série de comptes-rendus. Ces affaires ne concernent que des personnes majeures et sont surtout liées aux manifestations d’octobre 2010 contre la réforme des retraites.
.

« Est-ce que votre maman vous a élevé comme ça ? » (Wyon, conseillère de la cour)

Déménageur en intérim, ce garçon de vingt ans n’a jamais eu de problèmes avec la justice et la police. Il est accusé d’avoir jeté des pierres sur des flics le 18 octobre, sans les avoir blessé. En comparution immédiate le 20 octobre, son avocat, Me Dumoulin, plaide à charge contre son client : Il prend 5 mois avec sursis. En appel, le même avocat assure sa « défense ». Il a tellement bien préparé le jeune que ce dernier, l’air complètement perdu à la barre, avoue des faits qui ne lui étaient pas reprochés auparavant... La conseillère Anne Wyon fait preuve d’une ignorance complète au sujet des révoltes d’octobre : « Vous n’avez pas de casier judiciaire, qu’est-ce que vous faites là-dedans ? » (Comme s’il fallait justifier d’un casier pour exprimer sa colère). Elle s’occupe ensuite d’humilier le prévenu qui invoque l’effet de groupe pour sa défense : « l’effet de groupe n’a pas eu d’influence sur vous pour travailler et avoir votre CAP ? » Enfin, elle joue la carte culpabilisation familiale et instinct maternel : « Votre mère, elle était d’accord avec ça ? Vous n’écoutez pas votre mère ? »
L’avocat justifie l’échec au CAP de plaquiste par le fait que son client a eu une scolarité imposée ,et qu’il a été placé dans n’importe quel CAP. Puis il plaide la manipulation des jeunes par les syndicats (il doit considérer son client comme un décérébré irresponsable incapable de jugement), qualifie les actes commis comme « infiniment bêtes » et a cette belle expression : « Une foule c’est un espace-temps mouvant ». En voilà une défense ! Alors que son client venait de déclarer à la barre qu’il manifestait contre la réforme des retraites… Il savait donc pourquoi il était dans la rue ce jour-là ! Et l’avocat général demande de doubler la peine à 10 mois avec sursis après avoir déclaré que « ce garçon présente bien et qu’il a l’air repentant » !
Délibéré de la cour : 5 mois dont 2 mois de prison ferme.

Suit un compositeur de musique accusé de jet de projectile. Il n’a jamais eu de problèmes avec la police ni la justice, et son histoire n’est pas banale.
X, anonyme de 14 ans, se fait arrêter le 18 octobre pour avoir cassé et pillé des magasins... En échange d’un simple rappel à la loi (alors que la même accusation a valu 8 mois en centre éducatif fermé pour une autre personne du même âge), il accepte de dénoncer ses potes – et il y met la dose, sûrement sous la pression des flics : il l’accuse d’avoir cassé la vitrine du Printemps (qui n’a pas un poque), mis le feu à des poubelles, jeté des pierres. Le compositeur est arrêté le lendemain, chez lui, et reconnaît un jet de pierre. En comparution immédiate il est condamné à 6 mois avec sursis et mise à l’épreuve pendant 2 ans avec obligation de travailler. Devant la cour d’appel, il s’explique. Assis place Bellecour avec les « pacifistes » entre les jeteurs de pierre et les flics, il s’est fait violemment charger et gazer. Il était à terre quand il a lancé une pierre. Par contre, il déclare n’avoir jamais touché une quelconque vitrine, ni une poubelle. Le magasin n’a d’ailleurs pas porté plainte. La conseillère Wyon reprend son discours sur l’instinct maternel : « Est-ce que votre maman vous a élevé comme ça ? » et poursuit « Vous auriez dû être en stage ? » et l’accusé de répondre « je travaille comme enquêteur dans les TCL et comme les bus étaient arrêtés … » L’avocat général Ponsard donne une leçon de citoyenneté : « Dans un pays démocratique, il existe des élections libres » et il crie au fascisme : « La violence des jeunes n’est pas légitime dans une démocratie, elle nous mène vers une dérive fasciste ». L’idée de la légitimité de la colère face à une situation politique injuste ne l’effleure pas et il accuse le prévenu de « terrorisme ». Le verdict tombe : 6 mois dont 4 avec sursis. Pour les mêmes faits, pour la même infraction, violence sur fonctionnaire sans ITT (Incapacité Temporaire de Travail), il est condamné à 2 mois de prison ferme alors qu’en 1re instance le tribunal l’avait condamné à 6 mois avec sursis.

D’autres prévenus sont présentés devant la cour d’appel :
Une personne est accusée de vol en réunion avec dégradation. En comparution immédiate, elle a pris 2 ans de prison et 17000 euros d’amende. Elle a le malheur de faire appel... La cour la considère comme récidiviste et la condamne à la peine plancher, 3 ans ferme.

Groupes associés à l'article

Caisse de Solidarité - Témoins

  • Tel : 06.43.08.50.32
  • 91 rue Montesquieu 69007 Lyon
  • caissedesolidarite /at/ riseup.net
  • Autres infos : Permanence les 1ers jeudis du mois à 19h à la Luttine, 91 rue Montesquieu (Lyon 7eme) Possibilité de permanence en mixité choisie à 18h30, les 1ers jeudis du mois à la Luttine, 91 rue Montesquieu (Lyon 7eme). Pour les dons : -par chèque à l’ordre de Témoins-Caisse de Solidarité à envoyer au 91 rue Montesquieu 69007 Lyon -via le site helloasso : https://www.helloasso.com/associations/temoins-des-acteurs-en-mouvement/formulaires/2 La caisse de solidarité est membre du réseau RAJCOL https://rajcollective.noblogs.org/

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 15 mars 2011 à 22:36, par nada

    L’occasion de rappeler à tous ceux ne disposant pas d’un très bon avocat, et d’un très bon compte en banque, de ne jamais faire appel. C’est pas la période, et le résultat est en principe désastreux.

  • Le 13 mars 2011 à 17:38

    c’est pas faux... et encore, cela s’appelle ainsi non sans, avant, avoir proposé de l’« aide » aux dirigeants...

    c’est disproportioné. complètement disproportionné. ça ne mérite même pas une amende. même pas une seconde de prison avec sursis.

    ceux qui devraient être condamnés à 3 ans fermes pour vols en réunion avec dégradation ne seront jamais devant les tribunaux...

  • Le 11 mars 2011 à 08:42, par o-O

    Du point de vue de l’Etat français, « lancer une pierre » sur un flic dans un pays arabe s’appelle « une aspiration légitime à la démocratie », lancer la même pierre en France, c’est du « terrorisme » ou du « fascisme »...

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Caisse de Solidarité - Témoins » :

>Ma détention provisoire #6. Partout, ça sent l’« afghan »

Partir en détention provisoire ou être condamné à de la prison ferme avec mandat de dépôt, c’est dur et potentiellement traumatisant. Du jour au lendemain, ta vie bascule. Et pour celles et ceux qui y font face pour la première fois, c’est un plongeon dans l’inconnu. Souvent, on est mal préparé à...

› Tous les articles "Caisse de Solidarité - Témoins"

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

>Un jour sans fin – 3e audience du procès en appel de Kamel Daoudi

Kamel Daoudi, connu pour être le plus vieil assigné à résidence de France, totalise l’absurde record de près de 14 000 pointages au commissariat, en 13 ans. En septembre dernier, il avait été condamné en première instance (à Aurillac, son dernier lieu d’assignation) à un an de prison ferme, pour un...

 Force a dû rester à la loi », les émeutes de La Duchère en procès

Suite à la chute d’un adolescent de 13 ans à scooter dans le quartier de la Duchère, probablement percuté par une voiture de flics banalisée le 3 mars 2021, des émeutes éclataient le lendemain vers 17 heures 30. 12 personnes étaient interpellées, 9 d’entre elles remises en liberté le lendemain faute de...

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"