Ce mois d’août à Lyon, des dizaines de personnes remises à la rue par le préfet

1533 visites
1 complément

En mars 2016, lors de sa venue à Lyon, Emmanuelle Cosse annonçait « l’objectif est de ne laisser aucune personne sans solution. (…) » à la fin de l’hiver. « La gestion au thermomètre est finie ».

Pourtant, ce mois d’août, à Lyon, dans la plus grande discrétion et à l’encontre des engagements de la ministre, ce seront plus de 70 personnes hébergées dans des structures d’hébergement qui seront remise à la rue, en silence, sans un mot, sans se battre. Elles retrouveront le bitume, la vie à la rue, résignées.

Nous, professionnels de l’urgence sociale avons rencontré plusieurs des familles concernées. Elles ont reçu la semaine passée une lettre de la préfecture leur annonçant qu’elles devaient quitter l’hôtel (certaines dès ce mercredi 10 août) dans lequel elles étaient hébergées depuis l’hiver car « leur situation ne fait pas apparaître de critère de vulnérabilité de nature à justifier le prolongement de la prise en charge ».

Depuis quand doit-on être labellisé « vulnérable » lorsque la loi stipule que « toute personne accueillie dans une structure d’hébergement d’urgence doit pouvoir (…) y demeurer, dès lors qu’elle le souhaite, jusqu’à ce qu’une orientation lui soit proposée. » [1] ?
En toute illégalité, le préfet du Rhône a décidé de profiter des périodes de vacances pour déroger aux annonces de la Ministre et bafouer ostensiblement la loi.

Cette décision fait honte à la République puisqu’elle repose sur le pari que les personnes ne seront pas en mesure de faire valoir leurs droits, faute d’avocats, de professionnels… de personnes à même de les soutenir dans les démarches à entreprendre. Est-ce cela, l’Etat de droit ? Remettre à la rue des enfants comptant sur le fait que leurs parents ne sauront pas trouver de l’aide dans les dispositifs à activer ? Est-ce cela l’Etat de droit ? S’arroger le droit discrétionnaire de déclarer certains enfants plus vulnérables que d’autres ? Est-ce cela l’Etat de droit ? Condamner des dizaines de personnes à la peur, l’incertitude, la dégradation physique et psychique alors qu’elles avaient commencé à se reconstruire ?

Nous, professionnels de l’urgence sociale, dénonçons avec force le fond et la forme de cette décision, indigne d’un représentant de l’Etat. Nous en appelons à la Ministre du Logement pour que le territoire du Rhône cesse d’être un territoire de non-droit. Les plus fragiles d’entre nous ne sauraient être les victimes silencieuses des basses manoeuvres du Préfet du Rhône.

Le collectif PUS

Notes

[1L. 345-2-3 CASF

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 10 août 2016 à 23:11, par juanpaolo

    et pendant ce temps ... combien d’immeubles qui restent vacants pendant des mois et des années alors qu’il suffirait que le Préfet ordonne de les réquisitionner et d’en confier la gestion temporaire à des associations attributaires ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>9 avril 1992 : un César pour les squatteurs

Un bout d’histoire des luttes sur logement au début des années 90 à la Croix-Rousse à travers des événements survenus autour de l’inauguration de l’immeuble du « Patineur » dans le sillage de l’expulsion du squat le Rap’Thou.

>Le collectif solidarités cusset fête ses un an !

Le 17 mars 2021 nous a été confirmée l’expulsion sans délai de l’Île Égalité, lieu de solidarités du Collectif Solidarités Cusset, situé au 6 rue de l’Égalité à Villeurbanne. Pour contester cette décision ainsi que l’interdiction préfectorale du Carnaval contre toutes les expulsions, nous vous invitons à un...

>Appel à rassemblement contre l’expulsion du Maria, le vendredi 9 avril

Malgré les promesses de la Métropole de « 0 remises à la rue », son bailleur public Grand Lyon Habitat demande une expulsion sans délai pour les habitant·e·s du squat le Maria Carré, malgré une extension de la trêve hivernale jusqu’au 31 mai. Plusieurs dizaines de personnes, dont de nombreuses familles avec...

› Tous les articles "Logement / Squat"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

 Minguette blues » : aux origines de l’antiracisme moral

Le texte qui suit a été écrit en octobre 1984 et publié dans le premier numéro de la revue Os Cangaceiros paru en janvier 1985. Il parle des événements qui, à partir des émeutes de 1981 jusqu’à la « Marche contre le racisme et pour l’égalité des droits » fin 1983, marquent le début des années 80. On y...

>Les quartiers populaires de Lyon n’en ont pas fini avec la police !

Faisant suite au parchocage d’un jeune dans le quartier de la Duchère, les quartiers populaires de la région lyonnaise se relaient pour exprimer leur rage de la violence policière et de son impunité ! Après la Duchère, Rillieux et Bron, ce soir [mercredi 10 Mars] peu avant 18h, c’est le quartier de...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"