Devant un incendie, être noir et avoir un briquet dans sa poche suffit pour se faire embarquer par la police

1306 visites
Comptes-rendus de justice

Récit de comparution immédiate. Après un incendie, les policiers contrôlent un individu « de type négroïde » et constatent qu’il a un briquet dans sa poche. Mais bon sang mais c’est bien sûr qu’ils se disent, « agissons en matière de flagrant délit » !

Tribunal de Lyon, le vendredi 6 avril 2007 à la chambre des comparutions immédiates.

14h11 - Présentation de l’accusé :

Monsieur B. a 27 ans, il habite le 1er arrdt, est père de 3 enfants et travaille pour le stade de Gerland.
Le tribunal l’accuse d’avoir dégradé la porte du club « Le Tonneau » par incendie, le jeudi 5 avril 2007.
Son casier judiciaire comporte 2 mentions (du sursis), l’une pour conduite en état d’ivresse, l’autre pour violence sur mineur.

Les faits décrits par les PV :

Place des Capucins, un témoin a observé une personne « de type négroide » qui met le feu à des cagettes et des cartons devant une porte et une autre de type maghrébin avec un chien restant en retrait. Le témoin appelle les pompiers et la police. La police constate qu’un individu « de type négroïde » est devant le feu et se nettoie les mains.

Le prévenu nie les faits :

- J’arrive à 6h15 près de la place des Capucins pour acheter des croissants chez le boulanger ; puis je rentre chez moi et je vois le feu ; alors je suis revenu prévenir le boulanger et nous sommes allés ensemble voir ce qu’il se passait.
Il a prévenu les pompiers qui lui ont demandé de rester sur place en attendant leur arrivée. C’est ce que j’ai fait en mangeant un croissant, c’est pourquoi je me frottais les mains quand les policiers sont arrivés. Ensuite les policiers m’ont demandé si j’avais un briquet, alors j’ai dit oui et j’ai sorti le mien de ma poche.

- Le témoin dit qu’il vous a vu mettre le feu reprend le juge.

- Dès que j’ai vu le feu, j’ai prévenu le boulanger qui est venu avec moi le constater, je vous jure sur tout ce que j’ai de plus cher dans ma vie que ca n’est pas moi.

Les réquisitions du procureur :

- Les procès verbaux disent clairement que le prévenu a été interpellé grâce aux témoignages qui décrivent un individu de type africain présent sur les lieux.

- Le témoin a une vue précise de l’auteur et de celui qui a allumé le feu.

- Monsieur B. est porteur d’un briquet.

- Le témoin précise que la personne de type maghrébin avec le chien se tient à l’écart lorsque le personnage de type africain allume le feu. Les faits sont clairs, comment ne pas entrer en voie de condamnation ?

- De plus, le quartier des pentes et des Terreaux est un quartier extrêmement peuplé, sans l’intervention de la police et des pompiers, le début d’incendie aurait pu être extrêmement grave.

- Avec ses antécédents judiciaires, c’est la 3e fois qu’il passe devant le tribunal ; je demande donc au tribunal d’entrer en voie de condamnation et je requiers 6 mois de prison ferme et une mise en détention immédiate (mandat de dépot).

La défense du prévenu

- Monsieur le procureur évoque la dangerosité d’un feu sur les pentes de la croix rousse, monsieur B. en est conscient puisqu’il habite lui même sur les pentes de la Croix Rousse !

- Les policiers ne mentionnent dans les procès verbaux ni l’adresse du témoin, ni la vue qu’il peut avoir.

- Le témoin, et les procès verbaux le reprenne, décrit un individu de « type négroïde » qui aurait mis le feu. Le tribunal a rectifié et utilisé le mot « africain » ; le terme utilisé par les policiers est raciste. Les policiers sont donc à la recherche d’un individu de type africain et d’un autre de type maghrébin avec un chien. Ils voient monsieur B. qui se frotte les mains et constatent qu’il a un briquet dans la poche, « dès lors agissons en matière de flagrant délit » !

- D’où le témoin voit-il la scène ? Nous ne le savons pas. Il voit un individu de type africain avec un blouson sombre et un de type maghrébin avec un chien ; de blouson sombre monsieur B. n’en avait pas lors de son interpellation. Le seul lien qui unit mon client à cette affaire est le briquet, qu’il porte dans sa poche comme tous les fumeurs, et sa couleur de peau.

- Aucune attention n’a été donnée aux paroles de monsieur B. durant toute sa garde à vue.

- Alors que c’est le boulanger qui appelle les pompiers et qui se trouve à deux pas du feu, celui ci n’a pas été entendu par les policiers. Les pompiers non plus, nous ne savons pas s’il y a eu deux coups de fil donnés aux pompiers.

- Pour cette absence de preuve, et le civisme dont monsieur B. a fait preuve en prévenant le boulanger et en s’inquiétant de savoir si les pompiers étaient avertis, je demande la relaxe. Il n’y a aucune raison de remettre en doute les paroles de monsieur B.

- La procédure est difficile en comparution immédiate puisqu’il doit être apporté une réponse pénale pour des faits particuliers ; cette affaire ne mérite ni un passage en comparution immédiate, ni condamnation, mais une relaxe.

14h29 - Délibéré :

Le tribunal a reconnu monsieur B. coupable des faits qui lui sont reprochés et le condamne à un mois de prison ferme mais sans mandat de dépot.

C’est-à-dire pas de prison ferme, mais un passage devant le juge d’application des peines qui décidera du mode d’application de la condamnation avec des moyens autres que la prison ferme.

P.-S.

1- Le tribunal n’a pas suivi les réquisitions du procureur qui demandait 6 mois ferme et un mandat de dépot ; il a presque relaxé le prévenu puisqu’il sort du tribunal libre, sauf que :

- le juge d’application des peines lui infligera une peine du type travaux d’interêts généraux ou une amende, comme prévu ;

- et surtout monsieur D. aura une inscription supplémentaire à son casier judiciaire qui commencerait à peser lourd devant un tribunal en cas de délit (même non prouvé comme dans ce cas !).

2- M’est avis que les séries américaines (qui puent le racisme politiquement correcte) ont une influence non négligeable sur leur public quand on entend lors d’un procès au tribunal de Lyon « de type négroïde », « de type africain », « de type maghrebin » dans la bouche de tout le monde.

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Comptes-rendus de justice » :

>Un jour sans fin – 3e audience du procès en appel de Kamel Daoudi

Kamel Daoudi, connu pour être le plus vieil assigné à résidence de France, totalise l’absurde record de près de 14 000 pointages au commissariat, en 13 ans. En septembre dernier, il avait été condamné en première instance (à Aurillac, son dernier lieu d’assignation) à un an de prison ferme, pour un...

 Force a dû rester à la loi », les émeutes de La Duchère en procès

Suite à la chute d’un adolescent de 13 ans à scooter dans le quartier de la Duchère, probablement percuté par une voiture de flics banalisée le 3 mars 2021, des émeutes éclataient le lendemain vers 17 heures 30. 12 personnes étaient interpellées, 9 d’entre elles remises en liberté le lendemain faute de...

› Tous les articles "Comptes-rendus de justice"