En Europe, le droit des femmes en difficulté

662 visites

Au moment où les Espagnoles se battent pour la légalisation de l’avortement et au moment où l’Église catholique affirme que l’inceste est moins grave que l’avortement, il est important de faire un tour d’horizon du droit à l’avortement en Europe et de définir des actions de luttes communes.

Soirée organisée par le Planning Familial mardi 26 mai, débat et définition d’actions de luttes communes, avec des représentantes du Centre IVG de l’Hôtel-Dieu en lutte, des
militantEs de différents pays européens, des militantEs féministes... Au Centre Culturel de Villeurbanne, à partir de 18h30.

Voir également l’appel à la création et au soutien d’un collectif de défense de l’IVG dans le Rhône ainsi que l’appel à un rassemblement contre des anti-IVG le 17 mai.

Nous devons réagir contre la construction de cette
Europe ultra libérale, antidémocratique, organisant la casse des droits sociaux, politiques,
démocratiques, des droits des individus à circuler librement, des droits des femmes...

Le « droit à disposer de son corps » est le socle fondamental permettant aux femmes de vivre
dans une société plus égalitaire, plus juste, plus démocratique.

Or, l’Union européenne n’a jamais reconnu le droit à l’avortement dans la charte des droits
fondamentaux satisfaisant ainsi les pays où l’Eglise catholique exerce tout particulièrement son pouvoir
sur la vie publique. L’IVG est encore interdite à Chypre, en Irlande, à Malte, en Pologne. Des pressions
s’exercent aussi en Italie, en Espagne, en France, en Angleterre en Hollande. Les mouvements anti-avortement tentent en permanence de restreindre le droit à l’avortement dans nombre de pays
européens, et exercent des pressions liberticides pour les femmes sur différentes institutions :
Parlement Européen, Conseil de l’Europe, Cour Européenne des Droits de l’Homme.

Au niveau économique, se développent des politiques de santé publique réduisant l’accès aux services
et aux soins.

Le droit à avorter ne doit pas être toléré comme un moindre mal mais reconnu comme un droit
fondamental des femmes : le droit de choisir elles-mêmes leur vie.

Nous appelons aujourd’hui à la solidarité dans toute l’Europe. Nous appelons les mouvements
féministes, les associations, les mouvements politiques, les syndicats :

- à exercer partout une vigilance extrême,
- à imposer la dépénalisation de l’avortement dans les pays membres qui ne l’ont pas déjà fait,
- à garantir l’accès effectif à ce droit pour toutes les femmes,
- à respecter l’autonomie du choix des femmes
en offrant les conditions d’un choix libre et éclairé.

Toute femme doit trouver une solution dans le
pays où elle réside,
- à participer à la création d’un réseau, riche de nos différences et de notre volonté unitaire pour
défendre nos droits.

Après les déclarations scandaleuses du Vatican considérant que l’avortement est pire que le viol,
Au moment où l’Espagne lutte pour légaliser l’avortement,
Au moment où nous assistons à un recul inquiétant des droits des femmes,
Au moment où les débats sur l’Europe que nous voulons se posent,
Venez débattre avec nous et définir des actions
de luttes communes avec des représentantes du Centre IVG de l’Hôtel-Dieu en lutte, avec des
militantEs de différents pays européens, des militantEs féministes...

Mardi 26 mai 2009 à partir de 18h30

Au Centre Culturel et de la Vie Associative

234, Cours Emile Zola à Villeurbanne (métro Flachet)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info