État des lieux de la répression judiciaire du mouvement contre la Loi Travail

700 visites
Loi travail 3 compléments

La police frappe, mutile, mais arrête aussi en vue de condamnations. Tentative de lister les peines de prison et amendes prononcées contre des manifestant·es depuis le début de la mobilisation, en complément de la recension des violences policières. N’hésitez pas à indiquer d’autres infos avec leurs liens dans les compléments d’infos ci-dessous.

Mise à jour mercredi 13/04 19 h .

Paris : bilan des comparutions immédiates suite aux manifs du week-end
Paris-luttes - 13 avril

Bilan des comparutions immédiates suite aux manifs du week-end du 9 et 10 avril

Bilan du groupe de Défense Collective (DefCol) des comparutions immédiates suite aux manifs du week-end du 9 et 10 avril.
(mise à jour le 14 avril)

Cinq manifestant·es jugées : deux personnes condamnées à 3 mois de sursis, une à 8 mois de sursis, une 3 mois ferme sans mandat de dépôt, et une dernière qui prend cher : 8 mois ferme avec mandat de dépôt.

Lyon : un mois de prison ferme et huit mois de sursis pour un manifestant arrêté samedi 9 avril
Rebellyon - 11 avril

Il prend ainsi 8 mois de prison avec sursis dont un ferme avec mandat de dépôt. il part donc ce soir dormir en prison. Le policier blessé récolte 1000 euros de dommages et intérêts et ses trois collègues prennent quant à eux 300 euros par personne pour l’outrage (un doigt d’honneur, reconnu).

Strasbourg : un manifestant condamné à deux mois de prison ferme
LCI - 11 avril
Un jeune homme a été condamné à quatre mois de prison, dont deux ferme avec maintien en détention par le tribunal de Strasbourg. Il avait été arrêté lors de la manif du 9 avril. « Il aurait, selon le parquet, poussé le policier qui l’interpellait à la poitrine. » Un récit totalement différent sur le site alternatif strasbourgeois « La Feuille de Chou » :

7 à 8 policiers se sont jetés sur un jeune, genre keupon, sans qu’on comprenne pourquoi et l’ont fourré dans un car. En passant ils ont renversé une jeune femme.

Paris : Ryan, 15 ans, risque dix ans de prison
L’Humanité - 8 avril

Ryan est actuellement mis en examen pour rien moins que « dégradation volontaire de bien matériel par incendie pouvant potentiellement engendrer un danger pour autrui », passible de dix ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

Il est en attente de son jugement.

Comparution immédiate de deux jeunes interpellés à Vaulx-en-Velin (69) pendant les manifs contre la Loi Travail
Rebellyon - 8 avril
6 mois avec sursis et 500 euros de dommages et intérêt pour les flics, la personne comparaît avec des bleus à l’audience et déclare avoir été tapée par la police. 3 mois avec sursis pour un autre qui a lancé un œuf.

Paris, 7 avril : blocus dans plusieurs lycées, des arrestations
Paris Luttes – 7 avril 2016
Tour de la répression sur plusieurs lycées du 95, du 77 et du 92 (banlieue parisienne) : près d’une centaine d’interpellations.

25 arrestations en quatre jours au lycée Doisneau de Vaulx-en-Velin (69)
Rebellyon - 7 avril
La mobilisation des lycéen·nes de Doisneau contre la Loi Travail a été sévèrement réprimée. Près de 28 interpellations au total entre le lundi 4 avril et le vendredi 8 avril.

Nantes : un mois de prison pour avoir montré ses fesses
Ouest-France - 4 avril
Un mois de prison ferme pour outrages. Le procureur réclamait 8 mois dont 6 avec sursis !

Grenoble : Incidents après la manifestation : prison avec sursis
Le Daubé - 4 avril

Les huit ont été condamnés à des peines de quatre à huit mois d’emprisonnement avec sursis, assortis d’une obligation d’effectuer 170 heures de travaux d’intérêt général. Tous ont été condamnés à verser plusieurs centaines d’euros aux policiers victimes des violences, au titre de préjudice moral.

JPEG - 382.1 ko

Gaël dort en prison ce soir
Indymedia Nantes - 22 mars

A la barre, Gaël portait des points de suture sur le visage. Son interpellation a été violente, il a reçu des coups. Pourtant, c’est lui qui était jugé pour des violences : un commissaire était tombé, et s’était blessé tout seul pendant l’arrestation. Malgré un dossier vide, le procureur a réclamé 10 mois de prison ferme, le juge a suivi : 6 mois de taule. Gaël dort en prison ce soir.

Jusqu’à 6 mois ferme pour des manifestants
Rebellyon - 12 mars
Interpellés lors de la manif du 9 mars : 6 mois ferme sans mandat de dépôt et 1000 euros de préjudice pour deux policiers, 6 mois avec sursis pour jets de projectiles + 800 euros de dommages et intérêts pour les quatre policiers qui se sont constitués partie civile.

P.-S.

Note : on privilégie les comptes rendus de médias alternatifs. On indique un média bourgeois quand on a pas trouvé mieux, mais des fois on a pas assez cherché. Hésitez pas à proposer d’autres sources !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 14 avril 2016 à 09:50, par

    http://www.liberation.fr/france/2016/04/13/nuit-debout-a-paris-cinq-personnes-toujours-en-garde-a-vue_1445874

    « Nuit debout » finit au commissariat. A la suite de deux manifestations sauvages, mardi 12 avril, cinq personnes ont été arrêtées par les forces de l’ordre. Elles étaient toujours en garde à vue, mercredi en fin de matinée, selon nos informations.

    La série d’arrestations a commencé en fin d’après-midi. Baptiste, un étudiant de Paris-VIII, est interpellé, peu avant 18 heures, pour « violences volontaires en réunion » devant l’Opéra Garnier, alors qu’il participe à une manifestation de soutien aux cheminots partie de la gare Saint-Lazare. Les étudiants sont en train de se faufiler entre des voitures, lorsque l’étudiant est attrapé par un policier, puis mis à terre, avant d’être menotté.

  • Le 13 avril 2016 à 15:45

    @David : erreur de date corrigée pour Strasbourg et lien rajouté. Par contre pas compris la différence de sentence. C’est bien 4 ferme dont 2 avec sursis ? (soit deux mois ferme ?) Y’a un compte rendu de l’audience disponible, ou un article plus pertinent ? Merci de la précision.

  • Le 13 avril 2016 à 13:06, par David

    Grosse désinformation pour Strasbourg :
    Il a été arrête le 9 avril et non le 5.
    Il a pris 4 mois ferme avec 2 en sursis et non 2.
    C’est les policier.e.s qui ont poussé.e.s une manifestante lors de l’interpellation.
    http://la-feuille-de-chou.fr/

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Loi travail » :

>Conseils en manif : 2018

Prenons nos précautions quand on sort pour une manif, une action, ou autre. Face à la police, face à la justice... réduisons les risques ! Mise à jour du tract (dispo en pdf à la fin de l’article) de Témoins - la Caisse de solidarité.

>Loi Travail, un an après : analyse et perspectives

Après le mouvement contre la première loi Travail (2016), nous avons travaillé à quelques pistes d’analyse. Il nous semble que ces analyses, comme quelques propositions, peuvent retrouver une actualité dans le moment politique que nous vivons. Nous les proposons ici telles quelles, laissant ouvertes...

>Etudiant.e.s, trouvez-vous une occupation !

Fort de nous avoir imposé ses ordonnances, Macron croit pouvoir instaurer tranquillement la sélection en licence et en master, la baisse des APL, les fusions d’universités… Pourtant dans le morne quotidien des facultés, la résistance prend...

> Tous les articles "Loi travail"

Derniers articles de la thématique « Répression - prisons » :

> Tous les articles "Répression - prisons"