Familles mises à l’abri dans le gymnase de l’école élémentaire Victor Hugo : besoin de soutien

1858 visites
Luttes dans les écoles pour le logement 1 complément

Face à l’occupation policière des écoles, la solidarité entre écoles et collectifs citoyens se poursuit donc. Après Doisneau, après Servet, c’est dans le gymnase de l’école élémentaire Victor Hugo qu’à partir de ce soir 25 novembre sont mises à l’abri les familles sans toit de nos écoles.

Mise à jour le 25/11 : depuis 9 h, la police municipale est devant la porte et surveille les allers-retours.

La préfecture, la ville de Lyon et la métropole ont décidé de continuer à bloquer les entrées de l’école Doisneau et empêchent ainsi chaque nuit des écoliers de dormir au chaud avec leur famille. Ceci n’était encore jamais arrivé ! Un cap a été franchi en dépit de la loi qui oblige l’État à les protéger en vertu de L’Article. L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles « Toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. »
Pour faire face à cette situation inique, les collectifs de citoyens, habitants et parents d’élèves scolarisés dans les écoles du quartier se sont réunis ce soir ; la cinquantaine de personnes présentes a voté la continuité de l’action.

Face à l’occupation policière des écoles, la solidarité entre écoles et collectifs citoyens se poursuit donc. Après Doisneau, après Servet, c’est dans le gymnase de l’école élémentaire Victor Hugo qu’à partir de ce soir, sont mises à l’abri les familles sans toit de nos écoles.

Combien d’écoles la police encerclera-t-elle pour s’assurer que les familles qui dorment dehors en plein hiver ne bénéficient pas de la solidarité citoyenne qui voudrait les mettre à l’abri le temps d’une nuit ?

Combien de fois les enfants du quartier demanderont à leurs parents pourquoi les policiers empêchent leurs camarades et leurs familles d’être à l’abri ?

Nous rappelons que les écoles occupées ne le sont jamais pendant les temps scolaires ou périscolaires et que leur fonctionnement n’est donc en rien perturbé. Cette situation n’est confortable pour personne et aucune famille ne se résout à ce choix si ce n’est par absolue nécessité. Comment peut-on humainement s’opposer à cela ?

Le comité regrette bien évidemment encore une fois que l’énergie utilisée par les institutions pour empêcher la mise à l’abri temporaire des familles ne soit pas plutôt déployée dans la recherche de solutions pérennes d’hébergement !

Nous réaffirmons à nouveau que la solidarité citoyenne ne craint pas les menaces, ni la présence policière. Nous ne laisserons pas ces familles dormir dehors et resterons déterminés dans nos actions tant que des solutions d’hébergement pérennes n’auront pas été proposées par l’État aux familles restantes. Il nous faudra plus que l’occupation policière de chaque école du quartier : un toit c’est un droit !

Les collectifs Jamais sans toit Doisneau, Hugo, Servet

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 26 novembre 2017 à 12:46, par Myriam

    Salut,

    Comment pouvons nous vous donner un coup de main et vous soutenir dans les occupations ?

    Bon courage !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Luttes dans les écoles pour le logement » :

› Tous les articles "Luttes dans les écoles pour le logement"

Derniers articles de la thématique « Migrations / Sans-papiers » :

>Rassemblement le 11 juillet pour la régularisation des Sans Papiers

Suite aux manifs du 30 mai et du 20 juin pour la régularisation inconditionnelle et pérenne de tous les sans papiers, un Collectif de Sans Papiers de Lyon vient de se créer à l’initiative des personnes concernées. Le collectif appel à un rassemblement le 11 juillet à 14h30, place de la Comédie, à...

› Tous les articles "Migrations / Sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>Nid de Coucous ! un documentaire sur les Squats à Lyon

A Lyon comme ailleurs, pour les jeunes squatteurs et pour les familles sans papiers, il faut lutter pour habiter et habiter pour lutter. « Nid de Coucous », documentaire de 2012, raconte l’histoire de ces indésirables et de ces sans voix, qui à l’échelle d’un immeuble ou à l’échelle d’un pays, occupent...

>BOUH ! Le squat des 400 couverts à Grenoble

À Grenoble, de 2001 à 2005, une traverse entière a été squattée : plusieurs maisons d’habitation, une salle publique, des ateliers et plein de folies, d’humour, de galères, de collectifs, de colères, d’expérimentations...

› Tous les articles "Logement / Squat"

Derniers articles de la thématique « Travail / Précariat / Syndicalisme » :

>Alerte Canicule : Quels sont mes droits au travail ?

La température monte. Travailler dans une ambiance surchauffée devient pénible, voire dangereux. Si les météorologues ne parlent pas strictement de canicule ces prochaines semaines (Il faut au minimum 72 heures durant lesquelles les températures se montrent anormalement élevées), au dessus de 34° les...

› Tous les articles "Travail / Précariat / Syndicalisme"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>[Dijon] Solidarité avec les habitant·es des Grésilles

Poubelles incendiées, voitures dégradées, tirs de coups de feu, armes lourdes, les images circulent abondamment et attisent tous les fantasmes. En plein mouvement contre le racisme et les violences policières, c’est l’actualité idéale pour brouiller les cartes, redorer le blason de la police et raviver...

>Airbnb détruit la Guillotière

Lyon est la ville française où il est le plus difficile de se loger avec 1 offre pour 6,8 demandes. Pendant ce temps-là, les investisseurs immobiliers confisquent des logements pour s’en mettre plein les poches sur Airbnb.

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"