Familles mises à l’abri dans le gymnase de l’école élémentaire Victor Hugo : besoin de soutien

1892 visites
Luttes dans les écoles pour le logement 1 complément

Face à l’occupation policière des écoles, la solidarité entre écoles et collectifs citoyens se poursuit donc. Après Doisneau, après Servet, c’est dans le gymnase de l’école élémentaire Victor Hugo qu’à partir de ce soir 25 novembre sont mises à l’abri les familles sans toit de nos écoles.

Mise à jour le 25/11 : depuis 9 h, la police municipale est devant la porte et surveille les allers-retours.

La préfecture, la ville de Lyon et la métropole ont décidé de continuer à bloquer les entrées de l’école Doisneau et empêchent ainsi chaque nuit des écoliers de dormir au chaud avec leur famille. Ceci n’était encore jamais arrivé ! Un cap a été franchi en dépit de la loi qui oblige l’État à les protéger en vertu de L’Article. L345-2-2 du Code de l’action sociale et des familles « Toute personne sans-abri et en situation de détresse médicale, psychique ou sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence. »
Pour faire face à cette situation inique, les collectifs de citoyens, habitants et parents d’élèves scolarisés dans les écoles du quartier se sont réunis ce soir ; la cinquantaine de personnes présentes a voté la continuité de l’action.

Face à l’occupation policière des écoles, la solidarité entre écoles et collectifs citoyens se poursuit donc. Après Doisneau, après Servet, c’est dans le gymnase de l’école élémentaire Victor Hugo qu’à partir de ce soir, sont mises à l’abri les familles sans toit de nos écoles.

Combien d’écoles la police encerclera-t-elle pour s’assurer que les familles qui dorment dehors en plein hiver ne bénéficient pas de la solidarité citoyenne qui voudrait les mettre à l’abri le temps d’une nuit ?

Combien de fois les enfants du quartier demanderont à leurs parents pourquoi les policiers empêchent leurs camarades et leurs familles d’être à l’abri ?

Nous rappelons que les écoles occupées ne le sont jamais pendant les temps scolaires ou périscolaires et que leur fonctionnement n’est donc en rien perturbé. Cette situation n’est confortable pour personne et aucune famille ne se résout à ce choix si ce n’est par absolue nécessité. Comment peut-on humainement s’opposer à cela ?

Le comité regrette bien évidemment encore une fois que l’énergie utilisée par les institutions pour empêcher la mise à l’abri temporaire des familles ne soit pas plutôt déployée dans la recherche de solutions pérennes d’hébergement !

Nous réaffirmons à nouveau que la solidarité citoyenne ne craint pas les menaces, ni la présence policière. Nous ne laisserons pas ces familles dormir dehors et resterons déterminés dans nos actions tant que des solutions d’hébergement pérennes n’auront pas été proposées par l’État aux familles restantes. Il nous faudra plus que l’occupation policière de chaque école du quartier : un toit c’est un droit !

Les collectifs Jamais sans toit Doisneau, Hugo, Servet

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 26 novembre 2017 à 12:46, par Myriam

    Salut,

    Comment pouvons nous vous donner un coup de main et vous soutenir dans les occupations ?

    Bon courage !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Luttes dans les écoles pour le logement » :

› Tous les articles "Luttes dans les écoles pour le logement"

Derniers articles de la thématique « Migrations / Sans-papiers » :

>Appel à dons pour la frontière italienne

L’hiver et les forces de l’ordre mettant en danger celles et ceux qui veulent passer la frontière italienne, voici un appel à dons de produits et matériels pour squats et refuges.

› Tous les articles "Migrations / Sans-papiers"

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>C’est l’histoire de gens qui cherchent une maison.

L’offensive anti-squat aura finalement réussi à Toulouse, une milice de nervis proto-fascistes a fini par se monter pour déloger les habitant⋅e⋅s. Ce texte revient sur toute cette affaire et notamment sur le rôle de Bassem, personnage de sinistre réputation à...

>Un squat toulousain déclenche une bronca médiatique

Depuis deux jours, La Dépêche, puis RTL, France 3, etc. nous racontent la même histoire à faire pleurer dans les chaumières : Roland, 88 ans, « expulsé de sa maison » de Toulouse par de méchants squatteurs. Sauf que ces médias ne disent pas la vérité : le propriétaire n’y habite pas depuis longtemps et,...

› Tous les articles "Logement / Squat"

Derniers articles de la thématique « Travail / Précariat / Syndicalisme » :

>28 février 1921 : révolte de Kronstadt dernier acte de la révolution russe

Si on entendra encore parler de la révolte de Kronstadt de 1921 longtemps après, c’est que, d’une certaine manière, en quelques semaines se concentrent tous les éléments de la révolution russe. Dans la tragédie de la révolution russe, ces événements sont ceux qui annoncent le dénouement. C’est le moment...

› Tous les articles "Travail / Précariat / Syndicalisme"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Première bataille de Wounded Knee le 27 février 1973

Le 27 février 1973, des membres de l’American Indian Movement (AIM) et des Lakotas (Sioux) Oglala occupent dans la réserve indienne de Pine Ridge le comptoir de Wounded Knee afin de protester contre le régime de terreur instauré par le président du conseil tribal dit « progressiste » [1] et corrompu...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"