L’incendie rue Salomon Reinach, prétexte pour une expulser des sans-abri en toute illégalité

1241 visites
Lyon Logement

Après l’incendie d’une pièce du squat le Carré rue Salomon Reinach, le proprio Grand Lyon Habitat et les flics en ont profité pour expulser illégalement les habitant-es et voler leurs affaires. Le Tribunal avait pourtant autorisé le squat à rester jusqu’en mai 2022.

Lundi 14 février en début d’après midi, une pièce du squat le Carré, rue Salomon Reinach à la Guillotière, a pris feu. Ce squat, installé depuis 2 ans (ouvert en février 2020), faisait l’objet d’une procédure en justice et le Tribunal de Lyon avait accordé aux habitant-es le droit de rester jusqu’en mai 2022, rejetant la demande d’expulsion immédiate de son propriétaire Grand Lyon Habitat.

Les pompiers sont arrivé-es rapidement sur place et ont évacué le bâtiment, habité par une trentaine de personnes précaires, en grande majorité des familles avec enfants. Le feu ne s’est pas répandu hors de la pièce où il a démarré (dans des circonstances pour l’instant inconnues) et n’a pas endommagé le reste de l’immeuble, qui a « seulement » été envahi par d’épaisses fumées. Certain-es habitant-es, bloquées par ces fumées, ont dû sauter du 1er étage. Six d’entre elles ont été blessées par les fumées, mais tout le monde est maintenant sorti de l’hôpital sain-e et sauf-ve.

Une fois tout le monde sorti et le feu maîtrisé, les habitant-es ont dû attendre plusieurs heures dans le froid et l’incertitude, ne sachant pas si iels pourraient ou non regagner leurs domicile. En plus de cette situation déjà anxiogène, iels ont dû subir une forte présence policière très menaçante, des bacqueux se tenant en face d’elleux avec une gazeuse à la main pour, de leurs propres mots, « soigner ceux qui en ont besoin ».

Des habitant-es laissé-es à la rue par la mairie

Un gymnase a finalement été ouvert par la mairie de Lyon dans la soirée pour héberger les habitant-es, une procédure classique pour des victimes d’incendie. Les habitant-es qui n’étaient pas dans l’immeuble au moment de l’incendie n’ont pas été réhébergé-es dans ce gymnase et se sont retrouvé-es à la rue. Lorsqu’on a demandé à une bénévole de la Croix-Rouge, qui gère le gymnase, si des habitant-es absent-es lors de l’incendie pouvaient venir, elle a refusé en disant que « si tous les SDF de Lyon se pointent au gymnase, on n’en a pas fini ». Du coup, avec la mairie de Lyon, pour avoir droit à un hébergement quand son domicile brûle, il faut être chez soi au moment où ça arrive. Celleux qui étaient en déplacement professionnel, pas disponibles ce jour-là ou juste dépanné-es par des ami-es pour une nuit peuvent aller se faire foutre... Merci la mairie !

Ce lundi 21, après une semaine, le gymnase a été fermé. Des propositions de ré-hébergement ont été faites à certain-es habitant-es, mais d’autres ont été remis-es dehors. Un père a été empêché de dormir avec sa famille dans le foyer où on leur avait promis une place et est maintenant à la rue. Plusieurs autres hommes et femmes célibataires n’ont pas eu de solution et ont été remis-es à la rue par la mairie.

Vol d’affaires et bâtiment muré en toute illégalité par Grand Lyon Habitat

Depuis l’incendie, les habitant-es se voient refuser l’accès au bâtiment par les flics et Grand Lyon Habitat. Ces derniers ont fait placer des agents de sécurité 24h/24 devant les entrées. Les habitant-es n’ont finalement eu qu’un créneau de quelques heures pour récupérer « uniquement les choses dont vous avez besoin au gymnase », selon les mots des responsables de Grand Lyon Habitat présents sur place, qui avaient promis qu’il y aurait d’autres créneaux plus tard pour récupérer le reste des affaires. À ce moment, des habitant-es se sont rendu-es compte qu’iels s’étaient fait voler des affaires de valeurs (des airpod, une perceuse, une disqueuse…) par les ouvriers, les flics la sécu ou le personnel de Grand Lyon Habitat (personne d’autre n’a eu accès à l’immeuble puisqu’il y avait la sécu devant).

En fin de semaine, en dépit de sa promesse, Grand Lyon Habitat a fait murer l’ensemble des portes et fenêtres des deux premiers étages. Une manière d’empêcher de fait tout accès au bâtiment, que ce soit pour se réinstaller ou pour récupérer les affaires encore à l’intérieur.

Une décision du Tribunal interdit pourtant toute expulsion avant mai 2022

Le 20 mai dernier, le Tribunal de Lyon avait pourtant donné le droit aux occupant-es de rester dans les lieux pour 12 mois, soit jusqu’au 20 mai 2022. De ce que nous avons pu voir en allant récupérer les affaires dans l’immeuble et de ce que nous ont dit les ouvriers et personnels de Grand Lyon Habitat, la structure de l’immeuble n’a pas été endommagée par le feu. Le bâtiment ne présente pas de risques, d’ailleurs pendant plusieurs jours les gens de Grand Lyon Habitat se baladaient tranquillement à l’intérieur sans précaution particulière, commençant visiblement les repérages pour leur projet de rénovation de l’immeuble. La décision du tribunal leur ordonnait pourtant d’attendre mai 2022 pour commencer, après l’expulsion légale des habitant-es.

Grand Lyon Habitat a donc profité de cet incendie pour expulser en toute illégalité une trentaine de personnes qui ont légalement le droit de rester dans l’immeuble pour encore 3 mois. Cette expulsion s’est faite avec l’aide des flics et d’une sécu privée, et la complicité de la mairie de Lyon. Respecter la loi et la décision d’un tribunal, visiblement tous ces gens s’en foutent quand il s’agit de mettre des précaires à la rue et de leur voler leurs affaires.

Du coup, des recours en justice vont être faits contre Grand Lyon Habitat. Affaire à suivre.

Le collectif d’habitant-es et de soutiens du squat le Maria Carré

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Logement » :

>Squatter encore / un podcast de Mayday

Il y a celles et ceux qui ouvrent des lieux pour mettre à l’abri les personnes à la rue et d’autres, parfois dans les mêmes lieux, qui squattent pour organiser des activités culturelles en dehors des espaces marchands. Quelques semaines avant la trêve hivernale qui ne protège maintenant plus...

› Tous les articles "Logement"

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

>A bas la DETS, vive les logements pour toustes

Dans la nuit du 22 mai on a fait voler en éclats les vitres de la DETS en soutien à toutes les personnes à la rue. La DETS c’est l’organisme d’Etat qui finance l’hébergement d’urgence et le logement pour les personnes à la rue. C’est eux qui en lien avec la préfecture, font le choix de laisser...

>Rencontre avec l’Appartage au Patchwork Café le mardi 28/05

L’Appartage est une association d’hébergement citoyen et solidaire pour les mineur.es non accompagné.es (MNA) en attente de reconnaissance de minorité. Nous vous invitons à une réunion d’information pour découvrir le fonctionnement de l’asso et vous permettre de nous rejoindre. Elle aura lieu au...

› Tous les articles "Logement / Squat"