Nous sommes condamnés à l’hospitalité parce que la terre est ronde

1292 visites

Avril arrive et toutes les expulsions suspendues par l’hiver dans la région lyonnaise vont pouvoir reprendre leur cours. A Villeurbanne, elles ont déjà commencé. Mobilisons-nous contre cette politique qui fait de chaque Rrom moins qu’un humain, expulsable à merci, sans lieu ni bien.

En 2013, 1500 à 2000 Rroms vivent en région lyonnaise, à peu près 300 familles, ils sont principalement roumains arrivés de Craoiva et Bjor, autant qu’ils le peuvent ils se regroupent par familles, par villages 
Ils vivent partout où ils le peuvent, au gré des expulsions, sur des terrains abandonnés, dans des délaissés d’autoroute, dans de vieux ateliers, hangars, usine désaffectés, garage, vieille voiture, jardin public..... ils ne s’installent que dans des lieux vides, abandonnés.
Pourtant les familles bougent jusqu’à 6 fois par an, et perdent à chaque fois tout ce qu’ils avaient rassemblé, ils sont repoussés,et tout est à refaire, tout toujours.
On dit que ce sont des gens du voyage, qui vivent dans des caravanes mais ces Rroms-là n’ont plus de caravanes et même plus de voitures car elles ont été détruites ou saisies par les forces de « l’ordre » et lorsqu’elles se déplacent vers un nouveau squat, un nouveau jardin où se regrouper c’est en chargeant des poussettes.....
la police les expulse puis les suit et les accompagne éventuellement vers un nouveau terrain, les empêchant au passage de s’arrêter ailleurs et ainsi les municipalités du Grand Lyon se refilent leur patate chaude.
Les Rroms expulsés de Saint-Priest se sont installés à Saint-Fons, ils y sont arrivés à 240 et on a vu tous « les efforts » faits encore une fois par une mairie socialiste en terme d’aide humanitaire....

JPEG - 110.2 ko

On n’aurait rien pu faire qui puisse empêcher qu’ils soient refoulés au printemps, (sans cet incendie providentiel la semaine dernière qui a évité aux flics et à la mairie de faire leur sale boulot) on les scolarise isolés dans le bâtiment qui abrite un commissariat, sans droit et sans cantine au lieu des les assimiler à la population. Alors l’adjoint chargé des affaires scolaires vient faire un speech sur toutes les démarches et le bien fondé de cette classe-ghetto des vingt enfants, il n’y avait que dix place sur Saint-Fons, il aurait fallut faire scolariser une 20aine d’autres enfants loin de leurs terrains...Heureusement qu’un autre élu, quelques jours avant nous avait démontré avec fougue que quand tu as 30 Rroms ça va, mais 240 qui dégradent un joli terrain municipal, qui osent couper deux arbres pour se chauffer, 240 vous m’entendez, alors là vraiment c’est trop....

Si aucun socialiste n’ose assumer publiquement qu’il soutient les expulsions, préférant afficher les efforts faits en faveur de la scolarisation des enfants Rroms,. Certains pourtant, 10 élus de la république, dont Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, signent une tribune sur le Monde en soutien à Manuel Valls tout simplement titrée : « Le gouvernement a raison de démanteler les campements illicites de Roms »
Sachant cela, il y a de quoi être inquiet pour les Rroms installés actuellement sur la commune de Villeurbanne.

Elles sont formidables les politiques socialistes à l’égard des Rroms et dans l’agglomération lyonnaise, on les traite sans cœur, on les expulse sans vergogne, mais on participe à des groupes de réflexion sur la scolarisation des enfants, on se donne bonne conscience.....

Jean-François Carenco, le préfet, celui-là même qui autorise les expulsions à tour de bras a mis en place le programme Andatu, un programme d’insertion de familles Rroms, lancé fin 2011 pour prouver toutes ses bonnes intentions.....
Quand à Gérard Collomb, il a lui aussi trouvé la solution, il aide la Roumanie à reconstruire un habitat plus convenable pour ses Rroms
 « Le Grand Lyon dont le président depuis 12 ans, Gérard Collomb, s’est toujours opposé à l’accueil de ces populations sur le territoire de la communauté urbaine, semble avoir trouvé la solution. Après avoir vécue plusieurs dizaines d’expulsions très contestées cet été de squats de roms sans solution de relogement, la Ville de Lyon envoyait ce matin son conseiller délégué à la coopération décentralisée, , au quai d’Orsay »
 
« Notre programme a une influence sur les flux de migration dans la mesure où les Rroms préfèrent vivre chez eux plutôt que chez nous, mais à condition d’avoir de bonnes conditions de vie. » Hubert-Julien Lafferière

Les Rroms sont une nation sans territoire, ils n’ont visiblement aucun désir de retourner en Roumanie où la violence et le racisme sont bien pire encore que partout ailleurs en Europe et où la misère y est bien plus grande.

Condamné à diverses reprises par les instances européennes pour sa politique face aux Rroms, l’Etat français continue sans vergogne une politique inhumaine. Après le Discours de Grenoble, tous les socialistes sont montés au créneau pour dire leur désaccord sur les propos et la politique que Sarkozy annonçait, mais qu’ont fait les socialistes après leur arrivée au pouvoir, une politique au moins aussi répressive et discriminatoire :

Oui, je suis le premier flic de France

JPEG - 11.7 ko

Valls déclare sans embage « Et j’irai même plus loin : nous entendons démontrer, dans la durée, notre capacité à faire mieux que la droite pour assurer la sécurité des Français. Oui, je suis le premier flic de France, mais je suis aussi le ministre des grandes libertés publiques, le ministre de l’organisation de l’Etat sur l’ensemble du territoire. J’ai la charge des questions d’immigration, d’intégration et d’asile. »
 

« Du discours de Grenoble à l’évacuation des camps de Rroms par Manuel Valls, les hommes et les femmes politiques au pouvoir portent la responsabilité d’avoir attiser les haines xénophobes et de faire le jeu des extrémistes et autres Dupont-Lajoie. Nous mettons en demeure le gouvernement de prendre toutes ses responsabilités et de cesser les amalgames et la politique spectaculaire. (..). C’est la démocratie et les libertés fondamentales qui sont en péril.  »
Le 28 septembre 2012 extrait d’un communiqué de la FASTI après la mise à sac dune installations des roms faite par les habitants d’une cité marseillaise :

Le 21 mars 2012 L’European Roma Rights Centre (ERRC) une organisation internationale de défense des droit de
l’Homme combattant le racisme et les discriminations anti-rom envoie officiellement de courrier. 
Nous tenons à vous informer de notre préoccupation quant aux multiples évacuations et violences survenues à Lyon et Vaulx-en-Velin. Nous
appelons les autorités à fournir un hébergement sûr à cette communauté Rom qui est aujourd’hui en danger.

JPEG - 76.4 ko

photo © Afp(Jeff Pachoud)

Nul ne mérite le sort fait aux Rroms en France et nul ne peut détourner son regard sans se rendre complice de tels faits. Les expulsions se déroulent sous nos yeux c’est par nos actions que nous pourrons les faire cesser ; Avril arrive c’est maintenant qu’il faut agir et réagir contre ces expulsions programmées !

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Logement / Squat » :

› Tous les articles "Logement / Squat"

Derniers articles de la thématique « Quartiers populaires / Discrimination de classe » :

>Été 1982 dans la région lyonnaise : l’État tente de mater les banlieues

Dans l’agglomération lyonnaise, l’été 1981 est chaud, comme disent les journalistes de l’époque. Ce sont les premières émeutes urbaines à faire la une de la presse nationale. Tout au long de l’année, la répression va s’abattre sur l’agglomération et, à l’été suivant, l’ambiance est une nouvelle fois...

› Tous les articles "Quartiers populaires / Discrimination de classe"