Peurs et leurres dans les médias

1060 visites

Actuellement les médias, nous parlerons ici essentiellement du
traitement de l’informations par les médias (TF1, France 2, France info,
etc.), ne nous donnent plus aucune information crédible. La composition
d’un JT est dénudée de toute analyse de fonds des événements politiques,
économiques et sociaux, pour laisser place à un habillage médiatique et
spectaculaire. Dont le seul but est soit d’effrayer la population, soit
de la « droguer » par de l’événementiel et du fait divers.

Depuis les années 80 et la libéralisation du marché de la télévision
avec la privatisation de TF1, on veut nous faire croire que les médias
sont libérés du joug étatique et que la censure n’est plus. Il n’en est
rien, et c’est peut-être pire car plus sournois. En effet, il est
impensable de regretter l’époque où les médias étaient entièrement sous
le contrôle de l’Etat, mais depuis la fin des années 80, nous avons pu
assister à une mise en place d’une nouveaux genre de censure. Non plus
une censure étatique, froide et pesante, mais une censure souple,
séduisante, mais tout aussi efficace.

Le principe de base de cette nouvelle censure est de noyer les
informations essentielles sous un déluge d’informations (peut-on encore
les appeler ainsi) insignifiantes diffusées sur une multitude de médias
au contenu similaire. Ainsi l’apparence de la pluralité démocratique est
préservée. Toute la subtilité de cette censure réside justement dans
l’absence de censeurs en tant que tel. D’une part, les rapports entre
politique et médias sont devenus plus subtile, par des biais
d’interconnaissance et d’interconivence entre journalistes et hommes
politiques, d’autre part, la loi du marché et de l’audience pèsent en
maître sur les médias. Ainsi on ne cherche plus à faire de
l’information, mais à faire de l’audience et des parts de marché. Pour
cela les grille de programmes des JT s’en trouvent fortement modifiés et
ont tendance à se ressembler.

Regardons ainsi d’où nous viennent les dites informations et comment
sont elles traitées. Il n’y a dans le monde que cinq agences de presse
(AFP, Reuters, sont les plus connues) qui centralisent les informations
recueillies sur le terrain ces dernières les revendent aux différents
médias (journaux, radios et chaînes de télévision). Ensuite le
traitement de l’information par les médias minime, il n’y a pas de
travail de relecture de l’information, on se contente pratiquement de
relire la dépêche. Regardez aussi, d’une chaîne à l’autre comment la
manière de traiter l’information est exactement la même. On parle de
l’événement dans les même termes, avec les mêmes images et au même
moment dans le sommaire du JT.

Les présentateurs de JT et ceux qui l’organisent ne sont pas plus
journalistes, si tant est qu’ils le furent à une époque. Ils et elles ne
sont plus que des marchands déguisés en journalistes. Ils veulent nous
vendre du faits divers pour de l’information travaillée et analysée
correctement. La seule chose qui est analysée là dedans c’est l’impact
que cela va avoir sur les téléspectateurs-trices. De plus le JT s’est
aussi mis aux service des marchands, les vrais, cette fois. Car une
personne qui a peur c’est une personne qui consomme plus. Mais là encore
les médias sont subtiles car ils ne prétendent pas nous effrayer mais
nous informer. « N’ayez pas peur, le nuage radioactif s’arrêtera à la
frontière », « n’ayez pas peur la grippe aviaire n’arrivera pas en
France ». On ne veut pas nous faire peur, mais la répétition de ces
informations en Une (grippe aviaire, chikungunya, etc.) tend
obligatoirement à créer une psychose. On remarquera aussi que dans les
médias le danger vient toujours de l’extérieur. Pour les médias l’Autre,
l’inconnu, l’étranger est un danger. La grippe aviaire vient d’Asie, le
chikungunya, de la réunion et la menace terroriste, le viol, la
violence, vient des étrangers habitant en France. On retrouve tout un
programme politique lui aussi basé sur la peur, celui d’une droite dure,
qui réduire la personne à l’état d’être avachi, qui ne pensent plus par
eux-mêmes et qui pensent trouver le à travers la marchandise consommée
et accumulée.

*Eteignez vos télés, ouvrez votre esprit.*

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « UGAL » :

>Lutte contre la chasse aux étrangers : Liberté de circulation !!

L’Etat poursuit toujours plus hargneusement sa chasse aux étranger-e-s. Avec les expulsions des élèves sans papiers lancées depuis la fin de l’année scolaire, la politique d’un choix entre les bons et les mauvais immigré-e-s se poursuit. Fidèle à ses logiques éléctoralistes, la circulaire Sarkozy établit...

>Génétique : Capitalisme et Sécuritaire.

La génétique est souvent au centre des débats, particulièrement sur la question des OGM et de leur rôle dans l’économie capitaliste mondiale. C’est suite à une lutte contre ces OGM (ceux de la société Advanta, du même type que Monsanto) que Benjamin Deceuninck agriculteur, syndicaliste de la CNT et...

› Tous les articles "UGAL"

Derniers articles de la thématique « Médias » :

>12 août 1883 : sortie du « Drapeau noir » à Lyon

« C’est sur les hauteurs de la ville de la Croix-Rousse et à Vaise que les travailleurs, poussés par la faim, arborèrent, pour la première fois ce signe de deuil et de vengeance, et en firent ainsi l’emblème des revendications sociales. » Extrait du n°1 du journal “Le Drapeau noir” paru à Lyon le 12 ...

>Il y a 120 ans naissait Regeneración « Journal indépendant de combat »

Le 7 août 1900, paraît, à Mexico le premier numéro de Regeneración, hebdomadaire qui sera publié successivement dans cette capitale (de 1900 à 1901) et aux États-Unis (San Antonio, Texas, 1904-1905, Saint Louis, Missouri, 1905-1906, Los Angeles, Californie, 1910-1918) et jouera un rôle majeur dans la...

>Amphi Z - on vit ici, on reste ici ! [Le film]

Après plus de deux ans d’occupation et de luttes, l’Amphi Z va bientôt avoir son film ! Tillandsia produit des films documentaires autour de sujets souvent ignorés des médias hégémoniques. L’association a aujourd’hui besoin d’un petit coup de pouce pour faire continuer à vivre cette histoire ...

› Tous les articles "Médias"