Quand l’homophobie se lâche à Lyon : suivi du 17/11

11844 visites
19 compléments

Les opposants au mariage pour tous s’étaient donnés rendez-vous samedi après midi à Lyon. Le caractère réactionnaire et homophobe de ce rassemblement a largement été décrit sur Rebellyon, par les associations LGBT et le CV69, ou dans un texte sur l’homopobie. Appellaient à cette manifestation tant les catholiques intégristes, les groupes fascistes ou encore le recteur de la mosquée de Lyon.
Contre cette manifestation homophobe, un rassemblement était appelé à 14h alors que jeudi soir déjà, à l’appel de 27 organisations, un Kiss-In contre l’homophobie a rassemblé plusieurs centaines de personnes.

Le point sur la journée de samedi heure par heure.

- 18h30 : 7 membres des Jeunesses Nationalistes dont Alexandre Gabriac interpellés sur le toit de l’Office du tourisme de Lyon place Bellecour. Les chiffres définitifs font état de 22 000 manifestants selon la police.

- 18h15 : témoignage de la part d’un des arrêtéEs : La police aime l’homophobie à Lyon

- 18h : sauf nouvelle de dernière minute, le suivi est fini pour aujourd’hui.
On vous rappelle d’être prudent ce soir vu la présence importante de nervis d’extrême-droite en ville (vu la dernière fois....).
Aujourd’hui se déroulait également la manifestation de Notre Dame des LAndes (30 000 personnes !).
Vous pouvez également aller demain encore au Salon du Livre Libertaire, à la Croix-rousse ou au Festival Migrant’scène à Lyon.

- 17h15 : tous les contre-manifestants sont sortis libres !

- 17h : selon de nombreux témoins et médias (LyonMag, Le Point, etc), des militants d’extrême-droite font des saluts nazis dans la manifestation. Quoi d’étonnant alors que des fascistes déclarés sont présents en nombre ?

- 16h48 : une partie des contre-manifestants arrêtés sont actuellement en garde à vue pour avoir voulu défendre l’égalité des droits.

- 16h30 : la moyenne d’âge de la manifestation est assez élevée, les diocèses catholiques ont visiblement majoritairement mobilisé depuis les chaires dominicales. Les groupes d’extrême-droite sont clairement identifiables au milieu de la manifestation, mais leur présence ne semble pas déranger les autres manifestants. Pour une question de mariage civil on entend pourtant beaucoup de slogans religieux. Quelques vieux crient pédés comme une insulte. Le Front National et l’UMP ont visiblement mobilisés leurs troupes au niveau régional. Défilent aujourd’hui tout ceux qui d’habitude clament que ce n’est pas la rue qui doit gouverner…

- 16h20 : la manifestation homophobe n’est pas encore finie que la riposte commence à s’organiser. A Paris l’InterLGBT appelle à une manifestation monstre pour l’égalité des droits pour le 16 décembre, un rendez-vous similaire aura surement lieu à Lyon, plus d’information prochainement sur Rebellyon.info.

- 16h15 : la bataille des chiffres a déjà commencé. Les manifestants homophobes annoncent 8 000 personnes, certains ne savent plus compter et racontent aux journalistes qu’ils sont plus de 30 000... Sur place les estimations vont de 4 000 à 6 000. LyonMag annonce 13 000.

- 16h05 : les contre-manifestants ont remonté les quais pour arriver place Louis Pradel où ils ont été bloqués par les CRS.
Les personnes arrêtées en début de manifestation sont toujours dans le bus à Marius Berliet, les flics les font sortir un par un, visiblement pour contrôle d’identité.

JPEG - 70.5 ko

- 16h : quelques insultes émaillent le parcours de la manifestation homophobe. Des contre-manifestants et des passant les huent. Quelques slogans pour l’égalité des droits fusent. Mais le cortège réactionnaire couvre les slogans progressistes sous le nombre. Aujourd’hui Lyon, ville réactionnaire ?

- 15h55 : retour du site après un arrêt du à un problème technique -
Les contre-manifestants ont pris le pont de la guillotière pour rejoindre la place du pont où a lieu une manifestation pour Gaza.
Les manifestants homophobes ont remontés la rue Edouard Heriot pour arriver sous les fenêtre de l’hotel de ville.
Un groupe d’identitaires a cherché l’affrontement selon Lyon Mag, alors que les CRS tentaient de les empêcher d’entrer dans la manifestation, ils s’y sont éparpillés.

JPEG - 16.8 ko

- 15h10 : quelques milliers de personnes dans la manifestation homophobe (moins que les effectifs de Notre-Dame-des-Landes où la manifestation est en cours). Leur manifestation commence à quitter la place Bellecour, tension autour des groupes d’extrêmes-droites. Des témoins sur place relatent des slogans entendus appellant à la « re-penalisation de l’homosexualité ».

JPEG - 94.8 ko

- 15h : les arrêtés sont 44 à avoir été emmenés à Marius Berliet. Des contre-manifestants sont encore présents sur la place, séparé des homophobes, nombreux, par les CRS.

- 14h45 : la place Bellecour est séparée en deux par les CRS. Présence importante de nervis d’extrême droite qui crient qu’ils veulent en découdre. La tension sur la place est forte et l’agressivité de l’extrême-droite montre bien la vrai nature de la manifestation. Un photographe de presse mainstream a déjà été pris a partie par des fachos. Les contre-manifestants encore sur place sont contenus par les flics. Un premier bus d’arrêtés est parti.

JPEG - 102.7 ko
Derrière les CRS : les nervis d’extrême droite (via @MrsCeliaa)

- 14h40 : les personnes arrêtées sont emmenées vers l’Hôtel de police, très probablement à Marius Berliet.

- 14h30 : une cinquantaine de personnes participant au rassemblement contre l’homophobie ont été arrêtés (parmi quelques centaines de participants). Ils sont à l’heure actuelle retenus dans des bus que la police fait stationner au bord de la place Bellecour.

JPEG - 96.5 ko
Photo de l’arrestation diffusé sur twitter par @CFourneris

- 14h15 : plusieurs témoins font état d’une charge des CRS contre les manifestants pro-mariage pour tous place Bellecour. La charge semble avoir été rapide et violente.

- 14h : La place Bellecour est déjà remplie de CRS.

- 13 h  : Collomb, maire de Lyon, semble ne pas vouloir se désolidariser des réactionnaires qui manifestent à Lyon, pour preuve la déclaration qu’il a fait la veille à la presse :

« Demain, un certain nombre de mes concitoyens manifestent pour dire que le projet de loi présenté par le gouvernement heurte leur conscience. Pour la grande majorité d’entre eux, il ne s’agira pas de manifester contre quelque chose, ni même de vouloir refuser au couple homosexuel de contracter un engagement devant la société, reconnu par la loi. » [1]

Notre cher maire oublie au passage la présence dans cette manifestation de toutes les forces réactionnaires et/ou fascisantes de la région...
Et après on voudra nous faire croire que le PS est progressiste et que Collomb n’est pas autre chose qu’opportuniste...


Vos compléments d’informations et récits sont les bienvenus ci-dessous.

Notes

[1Source LyonCapitale

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Le 20 novembre 2012 à 11:16, par S.

    A 19 h 25

    Le terrain il a été occupé le jeudi. C’est un choix de stratégie politique, comme l’est le choix de privilégier la construction d’une mobilisation de masse, avec les assos LGBT. Quitte à pas être d’accord, autant en discuter jusqu’au bout plutôt que de sortir à chaque fois le refrain des « salauds »-qui-ont-peur-et-qui-laissent-la-rue-aux-fascistes.

    Je rappelle que la Pride, bien qu’il soit de bon ton de souligner ses dérives commerciales, est un espace (l’un des seuls) qui a le mérite de porter chaque année les revendications LGBT. Que chaque année des camarades y portent des revendications politiques. Mais bon faut y aller pour s’en rendre compte.

    Perso ça fait des années que j’entends ces injonctions à « ne pas laisser la rue » aux fachos pour appeler les gens à participer à des trucs organisés à l’arrach’.
    Le bilan à chaque fois c’est le même : des personnes blessées, ou en GAV...
    Le bilan, à chaque fois, c’est aussi que la rue, ils l’ont, au sens où ils ne font que progresser politiquement et numériquement.
    Alors à un moment il faudra se donner les moyens de sa politique, et arrêter de compter implicitement sur les flics pour faire le tampon. Pour ensuite sans surprise que ceux-ci prennent le parti des réacs, embarquent ou frappent les personnes sur place.
    On peut pas toujours l’éviter, mais on peut au moins essayer de s’en protéger autant que possible sans s’empêcher d’agir, et ça ça veut dire s’organiser pour, et faire des choix stratégiques (ouh le gros mot)
    Arrêter les trucs organisés moins de quinze jours à l’avance quand les réacs eux font campagne depuis plusieurs mois.
    Parce que le problême là c’est pas la peur (enfin si on veut se donner le beau rôle, on peut toujours le présenter comme ça...), c’est une stratégie politique efficace, parce qu’on veut plus de liberté et d’égalité concrète, pas juste « témoigner » en regardant les choses se faire... Et en s’en prennant plein la gueule, pour qu’au final, ça fasse guère de différence.

    Désolé, si je comprends l’envie de faire voir une opposition sur place, parce que ça fout la rage de les voir s’étaler dans nos rues, on a besoin d’un peu de stratégie parfois. La rage c’est nécessaire mais ça suffit pas pour gagner ce qu’on veut gagner
    Enfin c’est s i on veut les faire vraiment reculer, pas juste se dire « qu’au moins on a fait quelque chose ».

    Y a pas que des conneriesz dans les bouquins de stratégie
    "Et pour être victorieux cinq points sont essentiels :
    A/ Savoir quand il est à propos de combattre, et quand il convient se retirer.
    B/ adapter son attaque aux forces de l’ennemie.
    (...)
    3.8. Voici les règles d’or de la guerre :
    si vos êtes dix fois plus fort que lui, encerclez-le
    si vous êtes cinq fois plus fort que lui attaquez-le
    si vous êtes deux fois plus nombreux, divisez votre armée en deux
    (...)
    3.9. Si vous êtes à égalité de force vous pouvez tenter la bataille
    si vous êtes en infériorité essayez d’éviter l’ennemi.
    si vous êtes sensiblement inférieur : fuiez !

    « 4.15. Dans la guerre le stratège gagnant cherche la bataille après que la victoire soit acquise, alors que celui qui est destiné à perdre combat immédiatement et espère ensuite une victoire. »

    « » Sun Tzu, l’art de la guerre

  • Le 20 novembre 2012 à 08:27, par machin

    Il y a dans toutes vos reflexions quelque chose qui me dérange:Le but est il ’on se fait du facho’ ou pas A mon avis le probleme n’est pas là .Je pense que toutes ces manifestations contre le mariage gay sont en fait un moyen pour la ’droite decompléxée ’ en général, comme ils disent ,de se faire voir et entendre.Et ce n’est pas fini !!!! Le problème est politique .La droite ,veut sa revanche.Ce qu’il faut exiger ,c’est que ’la gauche ’ ne renonce pas et applique une politique DE GAUCHE.Et là c’est pas gagné !!Sur plein d’autres sujets aussi !!!

  • Le 19 novembre 2012 à 23:31, par Truc

    « Et je ne vois pas, en revanche, la contradiction ou l’opposition qu’il y a entre « faire une contre manif », et « aller voir le recteur de la mosquée pour lui expliquer avec qui il va manifester ».
    Nan, parce que bon, ça peut l’intéresser, de savoir qu’il va manifester avec notamment des émules de Breivik, l’anti-musulmans number one... et faire un cortège de moins (donc du monde en moins) dans leur manif homophobe.
    Donc je ne me permets pas non plus de mépriser ceux et celles qui font ça »

    Tu sais, entre un facho et un facho, je suis pas sur qu’ils soit si perturbé que ça, le recteur de la mosquée (ni Barbarin, d’ailleurs).

  • Le 19 novembre 2012 à 19:25

    ce qui fait suer dans l’affaire pour parler franchement, c’est voir que les orgas arrivent à mettre de l’énergie et faire l’unité pour des manifs CONTRE 50 connards d’un groupuscule ou chépa quoi ce qui intéresse personne hormis le petit milieu militant bien informé.

    et là, on a 22 000 réacs qui déboulent, qui occupent la ville, qui occupent le terrain politique et sociétal et y a PERSONNE comme orga pour aller lutter CONTRE. J’ai rien compris, pourquoi dans toutes les autres villes on trouvait toutes les orgas de gauche (pour faire simple) aux côtés des non-militantEs pour dire que non, la rue leur appartient pas et pas à Lyon ???? là c’est pas un truc d’antifascisme un truc pareil ??

    oh mais les gens vous avez pas fini d’avoir peur et de calculer la taille des couilles des autres comme vous dites si vous êtes même pas foutu d’être présents à un événement comme ça. et pour finir, parce que ça m’énerve, joli exemple de solidarité de pas assumer la présence alors que ouais, c’est rigolo mais plus on est nombreuses et nombreux plus on est fortEs ! tout le monde savait qu’il y aurait de toute façon du peuple contre les fachos samedi. À toulouse, les contre-manifestantEs étaient 1500 à peu près, ont occupé la place et ont empêché les intégros de partir en manif. ben ouais, mais la seule différence c’est que y avait cohésion des orgas et des militantEs.

    en tout cas merci à celles et ceux qui se sont bougéEs spontanément sans l’aval des chapelles de gôche, et qui ont pris le relais des militantEs qui savent tout ou rien, et qui se sont calés devant le bus pour l’empêcher de partir (ça faisait chaud au coeur :) )

  • Le 19 novembre 2012 à 11:34

    d’accord avec Fablyon. c’est pas très productif ces querelles. j’étais à la contre-manif, me suis également fait arrêter, mais je ne souhaite pas non plus jeter la pierre à ceux qui ne sont pas venus. ça peut se comprendre. après je reste assez contente qu’on ait été plusieurs centaines tout de même, bien que relativement aux homophobes ça reste très faible. je pense en tout cas qu’avoir été présente ce jour là était une bonne chose, ça nous rappelle à tous que c’est un combat politique, alors que depuis un moment déjà on a eu tendance à vouloir apolitiser ou dépolitiser, je sais pas, la cause homosexuelle, (je pense aux gays pride notamment) et en tant que combat politique, oui, ça peut s’avérer dangereux, mais que ça montre encore plus la nécessité de se mobiliser, enfin je crois. Je pense qu’un grand nombre de personnes présentes pas forcément habitués de participer à des manifs ou contre-manif, ont assez halluciné de la répression des flics ou encore de la présence hallucinante de nazis, qui voulaient clairement casser de l’homo. Si un milieu militant croit qu’on doit conserver ça pour nous, sans le montrer aux autres, et ne pas se rendre à quoi que ce soit si tout le milieu habituel militant - qui ne reste plus à convaincre - refuse de s’y rendre car c’est dangereux, et bien dans ce cas là on restera peu nombreux, je crois.. Bref, la lutte continue et vivra de plus belle !

  • Le 19 novembre 2012 à 10:27, par Fablyon

    Bon, on en a finit de jouer à « moi j’ai le plus grosse paire de couilles du pays » ou pas ?Parce que bon, le virilisme c’est amusant un moment, mais ça fatigue vite les militant(e)s.

    Pour être clair : j’étais à la contre manif, me suis fait embarqué (ça ne m’a pas amusé, ça me saoule et je l’ai dit dans un texte joint ici, ouais c’est le même Fablyon), mais ça ne fait pas de moi un mec meilleur qu’un autre, juste une personne autonome qui a pris le choix de venir « contre manifester ». POINT.

    Je vais vous dire : la haine, je l’ai vu, lz vois, et je la connais depuis des années, je l’ai vécu par une agression de fachos contre moi et un ex parce que deux mecs blablabla, mais vous voulez que je vous dise : cette haine là je la sais « incontournable » car elle relève de la bêtise. Et je ne crois pas que même dans le meilleur des monde la bêtise disparaisse totalement.

    Mais sérieux, entre nous, pourquoi autant se déchirer ? J’suis peut être un vieux con anarchiste à deux francs (ouais j’ai connu un temps les francs) mais sérieux, elle est où l’autonomie dans les choix de luttes si on est à juger entre nous de « qui c’est qui a des couilles » ? Hein, sérieux ?

    Pourquoi j’étais à la contre manif : parce qu’appel sur Facebook, parce que je sais que dans ces moments là c’est pas mal qu’il y ait aussi des « anciens » un peu plus aguéris mais surtout PAR CONVICTION PERSONNEL. Mais je comprends parfaitement que d’autres aient estimé illégitime ou improductif d’être là : à chacun ses choix politiques. A chacun aussi de les assumer !

    Voilà , je ne jette la pierre à personne, mais sérieux, unissons nous fortement le 16 décembre, quelque soit notre position première, mais pour un objectif clair : être plus forts que nos ennemis.

  • Le 19 novembre 2012 à 10:04, par Nick Zagga

    Il serait peut-être important de signaler que quelques contre-manifestants, ayant réussi à se rendre place des Terreaux où ils se tenaient à quelques mètres du cortège avec leurs pancartes, pacifiquement et discutant même pour certains avec des manifestants -parce que quoi qu’on en dise il n’a a pas que des imbéciles dans ce type de cortège- ont été physiquement pris à partie par des militants d’extrême-droite (Identitaires ? GUD ?), ce qui a malheureusement provoqué une montée de la tension entre manifestants et contre-manifestants.
    (Pas d’idée précise de l’heure - entre 17H et 18H ... ?)

  • Le 18 novembre 2012 à 22:02, par zora la rousse

    "On a pas cédé à la peur : on était certes pas nombreux, mais je me suis quand même senti moins sale que ces gens qui ont préféré « avertir » l’imam de Lyon de sa « méprise », faire de la comm’ au lieu de nous rejoindre, le tout sous des prétextes foireux...."

    Je ne suis pas venue, parce que moi, ouais, j’ai cédé à la peur. J’étais pas dans un bon jour, pas "le mental" à aller dans une manif dont je me doutais qu’il y avait des risques... une manif où il faut venir en baskets et en laissant carnets d’adresse et "armes" à la maison.
    Désolée d’être une lâche et une poule mouillée en la matière. On a chacun.e le courage qu’on peut. Mais ceci explique aussi peut-être que certaines actions voient "peu de monde" y participer. Le courage, ne pas céder à la peur, n’est pas un donné devant lequel on est tou.te.s égaux : cela s’apprend, cela se renforce, s’augmente par la pratique, mais quand la pratique est tout de suite "extrême" (charges musclées, etc), il est plus difficile d’apprendre...
    Je serai à la manif du 16 décembre, parce qu’elle ne me fait pas peur comme celle qui était appelée pour samedi en contre des homophobes (pour celle là, j’ai juste peur des fafs attaquant les isolé.e.s en sortie de manif, mais depuis 2010, j’ai franchi le pas de ne pas me laisser guider par elle, même si c’est une peur justifiée. Aujourd’hui, elle n’est pour moi qu’un indicateur, plus une locomotive...alors qu’au début, elle était une locomotive et je ne serais donc pas venue).
    Ceci étant dit, je ne me permets pas de mépriser celles et ceux qui ont le courage que je n’ai pas. Mes pensées vont à ceux.celles qui se sont fait embarquer pour un séjour chez les flics "mauvaise version" (celle qu’on connait la mieux - ils existent aussi en "bonne version", et c’est bien les mêmes...). Et aussi à ceux.celles qui se sont fait plus ou moins attraper par des fafs.

    Et je ne vois pas, en revanche, la contradiction ou l’opposition qu’il y a entre "faire une contre manif", et "aller voir le recteur de la mosquée pour lui expliquer avec qui il va manifester".
    Nan, parce que bon, ça peut l’intéresser, de savoir qu’il va manifester avec notamment des émules de Breivik, l’anti-musulmans number one... et faire un cortège de moins (donc du monde en moins) dans leur manif homophobe.
    Donc je ne me permets pas non plus de mépriser ceux et celles qui font ça.

    Si je voulais envoyer des piques à mon tour, je dirais que certain.e.s de ceux et celles qui "n’ont pas cédé à la peur" devant l’idée de se faire embarquer, et frapper, par les condés, pour avoir voulu contre-manifester samedi, ont cédé depuis longtemps à la peur et à la résignation sur d’autres sujets, préférant faire les autruches, mais qu’est-ce que cela apporterait de constructif à l’action ?
    Donc je préfère dire que ces personnes peuvent diversifier les domaines de ce courage (pas uniquement devant les CRS, mais aussi pour aller discuter avec des gens qu’on n’aime pas, et tenir le front là aussi, ou encore en étant à leur tour la plume qui ne cesse d’écrire, même sous la menace de sévères représailles pénales, etc). Et que moi aussi, je peux apprendre peu à peu à diversifier les domaines du mien. Et que personne n’est "sale" ici, sauf celui.celle qui méprise les actions des autres (une fin de non recevoir dédaigneuse, si cela a eu lieu, fait partie de ce mépris, tout comme le fait de qualifier l’autre de "sale").

    Le respect et l’estime, cela commence entre nous. Et c’est parfois compliqué (y compris pour moi), pour des vraies raisons valables. La vie militante semble actuellement plus simple côté fachos... étrange, mais réel.

  • Le 18 novembre 2012 à 18:49, par Mary

    a l’attention du com de « Le 17 novembre à 20:46 » et de ceux et celles qui peuvent approuver cette remarque. Ces gens dont tu parles c’est aussi ceux et celles du CV69, puisqu’il a cosigné ce texte, c’est gens que tu méprises donc et bien pour certainEs étaient présent, c’est même gens ont agis le matin même en faisant un collage et des tags sur le parcours de la manif.
    Il est facile d’étaler son mépris vis à vis de ceux et celles qui font aussi quelque chose de politique ( parce qu’il n’y a pas qu’une contre manif qui est politique ) surtout quand on se trompe.
    Mais c’est tellement plus simple aussi de détourner sa haine des fafs sur ceux et celles qui auraient du faire comme ci comme ça.

  • Le 18 novembre 2012 à 13:21, par Bananarchiste

    J’me souviens que quand le gud est arrivé au milieu de la manif homophobe (vers 14 h 30 / 15 h) en faisant des saluts nazis ça n’a choqué personne...

  • Le 18 novembre 2012 à 11:09, par force rouge

    encore une grande foire au n’importe quoi cette manif apolitique et aconfessionelle .
    l’extreme droite c’est encore fait remarquer ...
    Présence des ex-bkl maghalaes , willo ... qui se sont distinguer par une bagarre en interne entre malko et steinar , surement un reglement de compte pour fait de balance dans le lynchage de villeurbanne .
    Les jn de gabriac suite a un face a face avec un group antifas iront courageusement lyncher un passant a 3 devant la police qui ne jugera pas necessaire d’interpeller les agresseurs .
    a noter l arrestation de 7 personnes (laura lussaud, bissuel et gabriac) des jn-gud suite a une tentative de coup de comm sur le toit de l’office de tourisme . A cette heure 11h00 a prioris gabriac en gav .

  • Le 17 novembre 2012 à 21:49

    La pancarte de la femme du balcon :
    "homophobes
    faschistes
    haineux"

    Un grand bravo à elle

  • Le 17 novembre 2012 à 21:24, par DF

    Plus de 2 heures à regarder la manif. Je n’ai pas fait de calcul précis mais 20 000 voire plus me semble juste. Beaucoup de monde de divers coins de la région. 1/3 de jeune quand même. Difficile d’avoir une idée de la sociologie du cortège : du bcbg très Lyon 6e ,du branchouille, du catho réac, des musulmanes avec le Hijab couvées par certains participant/es comme de sainte reliques et puis des fachos bon teint.
    Chapeau à la jeune femme (noire) qui du haut d’un balcon face à la foule a tenu une pancarte (hélas illisible vue d’en bas) pendant plus d’une heure face aux invectives diverses et aux cris de singe des fachos. Beaucoup de réactions hostiles à la manif sur les trottoirs. Dans l’ensemble les participants ne souhaitaient pas discuter avec ceux et celels qui les mettaient en cause.
    C’est dommage qu’il n’y ai pas eu d’appel claire à une contre manif (enfin je n’ai rien vu de tel )
    Vu d’un regard ethnologique cette France d’hier était quand même assez pathétique.
    A noter des curés en soutane qui rodaient dans le cortège, heureusement les enfants étaient venus avec Papa Maman !

    ps : si certain/es ont du temps je pense que dans ce vieux texte : « L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat » par Friedrich Engels il y a de bonnes choses pour répondre aux bêtises réactionnaires
    http://www.marxists.org/francais/engels/works/1884/00/fe18840000.htm

  • Le 17 novembre 2012 à 20:46

    L’inter LGBT appelle à une manif’. Merci à eux, c’est gentil de vouloir nous mobiliser après nous avoir envoyé nous faire voir. On a pas cédé à la peur : on était certes pas nombreux, mais je me suis quand même senti moins sale que ces gens qui ont préféré « avertir » l’imam de Lyon de sa « méprise », faire de la comm’ au lieu de nous rejoindre, le tout sous des prétextes foireux....et parfois un mépris à peine voilé à l’égard de celles et ceux qui aujourd’hui se sont bougés essentiellement par bouche-à-oreille, par les réseaux sociaux...avec le soutien de quelques -trop- rares orgas...

  • Le 17 novembre 2012 à 20:20, par Bibi

    Oui, je pense qu’il est urgent de signifier aux bien-pensant-e-s que leur point de vue est éculé (sans jeu de mots ;). « L’argument » qui consiste à dire que ce projet de loi « dénature la mariage » est vide de sens : le mariage n’a rien de naturel. Il s’agit d’une institution créée socialement, par des humain-e-s, qui choisissent (ou non) de la faire perdurer. Combien de personnes se marient, ou se pacsent, pour des raisons financières, parce que « pour les impôts (ou pour les mutations), c’est plus intéressant ? ». A mon petit niveau de fille trentenaire pas mariée et sans enfants (mais pas sans vie sexuelle épanouie, avec une fille, pour l’instant, et surtout des garçons), cette situation me paraît grave.
    J’espère pouvoir bientôt trouver les mots pour décrire ce vécu et le publier sur Rebellyon.
    A très vite dans la lutte !

  • Le 17 novembre 2012 à 19:37

    l’inter LGBT appelle à une manifestation le 16 décembre à Paris, il y aura sûrement une manifestation le 15 sur Lyon.
    A nous de tout faire pour leur montrer qu’ils n’ont pas le rapport de force en leur faveur !!

  • Le 17 novembre 2012 à 18:50, par bulle

    écoeurée , énervée, quand sera-t-on débarrassé de ces vieux réacs qui n’imaginent pas un instant qu’on puisse vouloir suivre une autre route qu’eux...
    en quoi ça gène leur petite vie étriquée le mariage homo ? quel tort ça fait à leur nombril ?
    en France un mariage sur 2 finit par un divorce...et c’est pour ça qu’ils sortent dans la rue ??? ...
    j’aurais bien aimé les voir à la manif du 14 manifester leur solidarité aux peuples d’Europe qui sont dans la galère.
    Mais ça bien sur ils en ont rien à faire...

  • Le 17 novembre 2012 à 16:47, par r

    Dégouté, une vieille envie de vomir au fond de la gorge. Après des années où l’extrême droite grandit doucement à lyon, on découvre qu’en fait, les réactionnaires de tout bord sont nombreux, et leur discours toujours aussi vieille france.

    Du coup une seule question : quand est-ce que nous on sort dans la rue pour leur montrer que pour l’égalité des droits, il y aura toujours plus de monde pour se battre que pour les inégalités sexistes !

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info