Réforme du lycée : dès le 24 janvier, toutes et tous en grève et dans la rue !

2818 visites
Grève

Face aux réformes du Lycée général, techonlogique et de la voie professionnelle, face aux suppressions de postes et à l’austérité touchant les collèges, l’intersyndicale appelle à une grève nationale le jeudi 24 janvier et à manifester à 11h, Place Guichard à Lyon
Et aussi Manifestation lycéenne et étudiante le jeudi 24 janvier dès 9h30 du matin, sur la place Jean Macé

  • C’est entre 1000 et 1500 personnes qui arrivent devant le rectorat. RDV à 14h pour une AG

    JPEG - 251.6 ko
  • Rue de Marseille, les lycéen.nes/étudiant.es essaient de remonter pour prendre la tête

    JPEG - 261.1 ko

    Après plusieurs tentatives infructueuses le cortège reste finalement derrière les syndicats

    JPEG - 264.7 ko
  • Présence importante des profs de lycées pro

    JPEG - 290.2 ko
  • « Des places à la FAC pour pas finir à la BAC » ; « JM Blanquer on va tout casser chez toi »

    JPEG - 430.9 ko
  • La manif remonte maintenant le « Cours Gambetta »

    JPEG - 272.8 ko
    JPEG - 259.3 ko
  • Tir de boules de neige sur le commissariat de la municipale

    JPEG - 171.5 ko
  • C’est un cortège chaud bouillant qui s’élance vers le rectorat

    JPEG - 117.5 ko
    JPEG - 284.1 ko
    JPEG - 253.1 ko
    JPEG - 252.2 ko
    JPEG - 1.5 Mo
  • Ce matin 150 lycéen.nes ont manifesté de Jean Macé à Guichard

    JPEG - 54.2 ko

Localement, l’intersyndicale FSU - SUD - CGT vient de se réunir le 15 janvier.

Pour construire un mouvement massif et durable seul à même de faire reculer le gouvernement, la CGT Educ’action appelle :

- à participer massivement à la grève jeudi 24 janvier

- à organiser dans la matinée des AG et actions locales inter-établissements en direction, par exemple, des permanences des élu.es

- à participer en nombre à la manifestation à 11h Place Guichard

- à mandater au moins un personne par établissement pour participer à l’AG académique à 14h Bourse du Travail pour discuter des suites de la mobilisation et construire un mouvement durable.


Communiqué de presse de l’intersyndicale du second degré et des organisations lycéenne - vendredi 11 janvier :

PDF - 492.7 ko

Les organisations syndicales des personnels et des lycéens font l’analyse que les réformes des lycées généraux et technologiques, de la voie professionnelle et du baccalauréat vont accroître les inégalités et la sélection entre élèves et établissements. Des remontées des académies, il se dégage une cartographie profondément inégalitaire de l’offre de formation. On peut ainsi évoquer de multiples situations où l’accès aux enseignements se restreint fortement. La liberté de choix laissée aux élèves et aux familles tant vantée par le ministre n’est qu’un leurre et fait courir le risque d’enfermer certains jeunes dans des impasses. Les choix de parcours sont étroitement corrélés aux choix que les élèves devront faire dans Parcoursup.

Dans l’enseignement professionnel, la réduction des horaires d’enseignement des disciplines générales pénalisera les élèves et compromettra leurs poursuites d’études. Les secondes organisées en familles de métiers impliqueront une déprofessionnalisation des filières professionnelles.
Dans l’enseignement agricole ces réformes vont jusqu’à remettre en cause la présence d’une voie générale.

Le baccalauréat, tel que le ministre l’a imposé aux élèves et aux personnels, par l’importance qu’il donne au contrôle local via le contrôle continu, va se transformer en diplôme local.
Jean-Michel Blanquer prétend que ces mesures feraient accord dans la communauté éducative. Or, les mobilisations des personnels et des élèves qui ont eu lieu en fin d’année se poursuivent, des mouvements tels que celui des stylos rouges se développent, sans aucune réponse du ministre. Pire, le gouvernement et le ministre accentuent même un discours uniquement sécuritaire et cherchent même à museler la contestation ; ainsi, une collègue a été convoquée pour avoir critiqué la politique gouvernementale, et l’article 1 du projet de loi dite sur l’école de la confiance vise à accentuer les moyens de pression sur les personnels en attaquant leur liberté d’expression. Les organisations lycéennes n’ont toujours pas été reçues par le Ministre.

Ces réformes se placent dans un contexte de préparation de rentrée marqué par l’amplification des suppressions de postes dans le second degré alors qu’il accueillera davantage d’élèves à la rentrée 2019. Les conditions de travail des élèves et des personnels vont continuer de se détériorer. L’augmentation importante des heures supplémentaires censée pallier les 2 450 suppressions d’emplois dans le second degré ( 50 dans l’enseignement agricole) ne fera qu’alourdir la charge de travail des personnels et laissera des établissements en difficulté. Pour contraindre les personnels à effectuer ces heures supplémentaires, le ministre entend même modifier les textes statutaires en portant à 2 le nombre d’heures supplémentaires obligatoires. Dans les collèges, les effectifs dans les classes vont continuer d’augmenter. Dans les lycées, la conjugaison de la mise en place de la réforme des lycées et des suppressions de postes conduira à une « optimisation » des moyens par une augmentation du nombre de classes à plus de 35 élèves. Dans la voie professionnelle, la réduction de l’équivalent de 9 à 11 semaines de cours sur le cursus Bac pro et de 2 à 6 semaines pour les CAP permettra aussi au ministre de supprimer des postes.

Les organisations lycéennes UNL et FIDL et syndicales CGT Éduc’action – SNES, SNEP, SNUEP, SNETAP de la FSU - Sud Éducation – SNCL FAENCGT AGRI, SIES dans la poursuite des actions déjà menées et en convergence avec les actions menées dans l’enseignement supérieur, entendent amplifier ensemble la mobilisation. Elles appellent les personnels à un processus de mobilisation passant par des actions diversifiées (organisation de rencontres avec les parents et élèves, motions en CA, interpellations des élus, etc.). Dans ce cadre, elles appellent lycéens et personnels à une journée nationale d’actions le 17 janvier, afin de construire une grève massive le 24 janvier pour : le retrait de la réforme des lycées, du baccalauréat et de Parcoursup, l’abandon du projet de service national universel, l’arrêt des suppressions de postes, l’augmentation des salaires, le respect de la liberté d’expression et de manifestation.
Elles invitent les assemblées générales à débattre des suites de l’action.
Elles proposeront cette grève à l’ensemble des organisations syndicales.


- La manif enseignante sera précédée ce jeudi d’une manif lycéenne et étudiante à 9h30, au départ de la place Jean Macé :

Manifestation lycéenne et étudiante le jeudi 24 janvier

Face à la casse de l’enseignement publique par le gouvernement Macron, tous.tes dans la rue ce jeudi 24 janvier, dès 9h30 du matin, sur la place Jean Macé.

23 janvier

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Grève » :

› Tous les articles "Grève"

Derniers articles de la thématique « Éducation - partage des savoirs » :

>Lyon, la précarité tue mais la lutte continue

Mardi 12 novembre, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées devant le siège du Crous de Lyon après qu’un étudiant de 22 ans s’est immolé vendredi dernier. Dans un message publié sur Facebook juste avant son acte, celui-ci dénonce la recrudescence de la précarité...

› Tous les articles "Éducation - partage des savoirs"

Derniers articles de la thématique « Syndicalisme-mouvement ouvrier » :

>Raffinerie de Feyzin : 30e jour de grève !

Les salarié·es de la raffinerie de Feyzin en grève depuis 30 jours durcissent le ton : ils empêchent les camions de sortir du site. La perspective d’une pénurie pour les voitures et les avions se profile et les grévistes appellent à rejoindre la grève illimitée à partir du 5 ...

>17e jour de grève à la Raffinerie de Feyzin et toujours 90% de grévistes

17 ème jour de grève des salariés de la raffinerie de Feyzin TOTAL a fait 13,6 Milliard de bénéfices en 2018, touchent plus de 100 millions en CICE et CIR (nos impôts !) et veut supprimer des emplois !!! Les salariés a l’appel de la CGT ont obtenu par le rapport de force l’arrêt total de la raffinerie...

› Tous les articles "Syndicalisme-mouvement ouvrier"