Rencontre avec Jean Stern auteur du livre "Mirage Gay à Tel-Aviv" le jeudi 1er mars

1154 visites

L’Union Juive Française pour la Paix, vous invite à une soirée-rencontre avec Jean Stern auteur du livre Mirage Gay à Tel-Aviv, Jeudi 1er mars 2018 à 20 h Maison des Passages 44 rue Saint-Georges - 69005 Lyon.

Dans cette enquête inédite et à contre-courant, Jean Stern démonte une stratégie marketing et politique orchestrée par l’État israélien – le pinkwashing – qui consiste à camoufler la guerre, l’occupation, le conservatisme religieux et l’homophobie derrière le paravent sea, sex and fun d’une plaisante cité balnéaire, Tel Aviv. De Tsahal, armée affichée « gay-friendly », au cinéma – porno ou branché – empreint d’orientalisme, en passant par la frénésie nataliste chez les gays via la gestation pour autrui, l’auteur raconte l’envers du décor d’un rouleau compresseur. Ce « mirage rose » est décrié par les homosexuels palestiniens et les militants radicaux LGBT israéliens, juifs comme arabes.

Soirée organisée par UJFP, Union Juive Française pour la Paix, dans le cadre de la tournée de Jean Stern en Auvergne Rhône-Alpes de BDS-France du 1er au 3 mars 2018, avec le soutien du Collectif 69 de soutien au peuple palestinien et la participation de la librairie Terre des Livres.

JPEG - 56.4 ko

Jean Stern a participé à la fondation de Gai Pied en 1978. Éditeur de la revue De l’autre côté, publiée entre 2008 et 2014, Jean Stern est depuis octobre 2014 le rédacteur en chef de La Chronique, le journal de la section française d’Amnesty International. il a été entre 2007 et 2013 directeur pédagogique d’une école de journalisme, l’EMI-CFD, Scop de formation située à Paris X°. Consultant, formateur et journaliste indépendant, il collabore notamment aux revues Charles et Ina Global. Il tient également une chronique dans l’émission de Sonia Devillers, L’Instant M sur France Inter. Jean Stern a effectué une grande partie de sa carrière à Libération, qu’il quitte en 1995. Sous le pseudonyme de Gilles Schiller, il a notamment couvert la révolution de velours à Prague et la chute des Ceausescu à Bucarest. Rédacteur en chef édition de La Tribune, où il a succédé en 1994 à Hervé Nathan, il quitte en 1999 le quotidien économique, où le remplace Guillaume Marcilhacy, ex-rédacteur en chef technique et directeur artistique de La Croix. Il est ensuite chef d’édition du magazine Le Nouvel Économiste. Jean Stern a également été rédacteur en chef du magazine 7 à Paris. (Wikipédia)

JPEG - 93.8 ko

Union Juive Française pour la Paix – UJFP 21 ter rue Voltaire 75011 Paris - Internet : www.ujfp.org Contact

jeudi 1er mars 2018

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « UJFP 69 » :

>Rassemblement Contre le Racisme, L’Islamophobie et l’Antisémitisme

Suite aux attentats de janvier contre Charlie Hebdo et contre le magasin Hyper Cacher, nous constatons la multiplication et l’aggravation des actes racistes, islamophobes et antisémites, qui ne sont que la continuation des discours et politiques d’Etat qui stigmatisent, tuent et discriminent...

> Tous les articles "UJFP 69"

Derniers articles de la thématique « Rapports sociaux de genre » :

> Tous les articles "Rapports sociaux de genre"

Derniers articles de la thématique « Résistances et solidarités internationales » :

>Thomas Sankara : « Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Le 15 octobre 1987 à Ouagadougou, Thomas Sankara a été assassiné par Blaise Compaoré, celui qui a pris le pouvoir à sa place. Sankara avait redonné le nom local à son pays : le Burkina Faso , "le pays des hommes intégres", à la place du nom colonial de Haute-Volta. Il avait bouleversé la façon de faire...

> Tous les articles "Résistances et solidarités internationales"
}