Saint Claude, 6 février 1906

1731 visites

« Vers 1 heure, l’église fut entourée et assaillie par des bandes ignobles chantant l’Internationale. Ils ont commencé par casser les vitres de l’évêché, de la cure, du Cercle catholique, de la maîtrise. Dans la cour de la maîtrise, une statue de la Vierge a été enlevée, portée à trois cents mètres de là et précipitée du haut du pont suspendu... »

« Vers 1 heure, l’église fut entourée et assaillie par des bandes ignobles chantant l’Internationale. Ils ont commencé par casser les vitres de l’évêché, de la cure, du Cercle catholique, de la maîtrise. Dans la cour de la maîtrise, une statue de la Vierge a été enlevée, portée à trois cents mètres de là et précipitée du haut du pont suspendu.

Après une heure au moins de désordres et de violences, les apaches ont réussi à enfoncer une des portes de la cathédrale. Alors ça été une scène indescriptible de pillage et de destruction : les autels, la salle capitulaire ont été saccagés, les ornements sacerdotaux arrachés des armoires et mis en lambeaux ; les chaises, les confessionnaux, les candélabres, les chandeliers, des reliquaires, des statues, des tableaux, etc., jetés dehors et brisés, au milieu de huées, de hurlements et de chants immondes.

Plusieurs Catholiques, des jeunes gens, ont été frappés et blessés. Cette scène de sauvagerie n’a été arrêtée qu’à 4 heures, par l’arrivée du lieutenant de gendarmerie et de sept ou huit gendarmes, venus sur l’avis de simples particuliers sans en avoir été requis ni par le maire, ni par le sous-préfet, ni par une autorité quelconque.

Les Catholiques, dans leur résistance du matin, ne s’étaient laissé aller à aucun sévice ni à aucune violence. Le soir, des bandes socialistes parcouraient la ville en hurlant l’Internationale.

Les dégâts causés dans la cathédrale par les bandes révolutionnaires ont été évalués à plus de 50 000 francs.

Le soir de ce jour de désordres, la statue de la Vierge du Mont-Chabot a été renversée de son piédestal par les forcenés, au chant de l’Internationale, et plusieurs maisons catholiques ont été l’objet de manifestations hostiles et de menaces. »

« Livre d’or de la défense des libertés religieuses », publication diocésaine recensant les résistances aux inventaires de l’Église par l’État en 1906, cité par La Voix du Jura, 8 XII 2005.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles du groupe « Groupe Lucio » :

>Saint Claude, 6 février 1906

« Vers 1 heure, l’église fut entourée et assaillie par des bandes ignobles chantant l’Internationale. Ils ont commencé par casser les vitres de l’évêché, de la cure, du Cercle catholique, de la maîtrise. Dans la cour de la maîtrise, une statue de la Vierge a été enlevée, portée à trois cents mètres de là et...

› Tous les articles "Groupe Lucio"

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

>11 juillet 1892 : exécution de Ravachol à Montbrison

« Si je prends la parole, ce n’est pas pour me défendre des actes dont on m’accuse, car seule la société, qui par son organisation met les hommes en lutte continuelle les uns contre les autres, est responsable. » Déclaration de Ravachol à son procès, le 21 juin...

>Retour sur la mort des compagnons Sole et Baleno et sur la lutte en Val Susa

Le 28 mars 1998 mourait Edoardo Massari dans la prison des Vallette. Baleno, comme l’appelaient ses amis , était retrouvé pendu au lit de sa cellule. L’anarchiste, le poseur de bombes, le voleur, le « terroriste » s’en est allé, vivant dans le feu d’une existence hors-la-loi. L’Etat pensait alors avoir...

› Tous les articles "Mémoire"