Site collaboratif d’infos alternatives

Samedi 25 mars Bruno Barrillot, fondateur de l’observatoire des armements, est mort

Bruno Barrillot, né le 9 avril 1940 à Lyon, était l’un des fondateurs de l’Observatoire des armements. Il est décédé samedi 25 mars, en Polynésie, où il continuait son combat pour faire reconnaître les conséquences sanitaires, environnementales et sociales des essais nucléaires.

Un hommage lui sera rendu samedi 8 avril de 16 h. à 19 h. dans les locaux de l’Observatoire, 187, montée de Choulans 69005 Lyon (funiculaire Saint-Just)

Un texte, dont voici un extrait, lui rend hommage sur le site de l’Observatoire :

Et bien sûr remontent des souvenirs de ce projet fou imaginé au printemps 1984 de créer à trois personnes le CDRPC, le Centre de documentation et de recherche sur la paix et les conflits, à Lyon, devenu « Observatoire des armements » en 2008, dont tu as assumé durant une quinzaine d’années la direction… La critique des essais nucléaires était un axe central de notre action avec le contrôle des armes et l’ouverture d’un débat en France pour renforcer le contrôle démocratique des activités militaires. Une action s’appuyant sur la publication de dossiers au contenu précis émanant d’un travail de recherche irréfutable et la mobilisation ensuite des médias, des parlementaires, des associations citoyennes pour faire progresser le droit et la justice au service de la paix.

Ainsi tu as contribué à la mise en place en 1991 du collectif « Stop essais ! » — qui aujourd’hui poursuit son activité sous le nom de « Abolition des armes nucléaires—Maison de Vigilance — et de son bulletin mensuel où dès le premier numéro en février 1991 tu évoquais les conséquences sanitaires et environnementales des tirs sur Moruroa. En juillet 2016, c’est encore toi qui signais l’édito à propos des 50 ans de la première bombe atomique en Polynésie. Ton séjour en 1990 en Polynésie française pour vérifier les témoignages recueillis par des médecins pour le compte de Greenpeace n’a pu que renforcer tes convictions : il fallait élargir notre action aux conséquences de ces essais pour les populations polynésiennes et algériennes à qui on n’avait rien demandé. Le « choc » provoqué par ta visite à Mangareva, d’où alors tu m’avais téléphoné, a désormais servi de fil rouge à ton engagement : « En raison de ce que j’avais vu […] j’avais besoin de comprendre. » « C’est ce “choc” qui m’a incité à aller au-delà des simples témoignages et à continuer. » Depuis lors tu n’as eu de cesse de dénoncer, d’interpeller, de tisser un réseau, pour que Vérité et Justice soient rendues aux victimes des essais nucléaires. Un long travail d’investigation qui est à l’origine de la loi du 5 janvier 2010, dite loi Morin en faveur des victimes des essais nucléaires. Le « Nuclear Free Futur Award », ou prix de l’avenir sans nucléaire qui t’a été décerné en 2010, viendra honorer cet engagement sans faille que tu as poursuivi jusqu’à ces dernières semaines.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Guerres - Armements » :

22 mai 1994 : dis tonton, tu vas pas nous lâcher en plein génocide ?!

Il y a 22 ans, l’État français supervisait et participait au génocide d’un million de Tutsis. En une centaine de jours, l’État français et les autorités extrémistes rwandaises de l’époque accomplirent l’extermination d’une partie de la population rwandaise désignée comme ennemi intérieur. Le 22 mai 1994, le...

8 Mai 1945 : Massacre de Sétif !

Le jour même où la France est libérée, elle réaffirme dans le sang sa domination coloniale en Algérie : 45.000 morts à Sétif, Guelma, Kherrata et dans tout le Constantinois... Cet évènement tragique nous touche particulièrement à Lyon, car il y a un grand nombre de personnes originaires de Sétif parmi les...

> Tous les articles "Guerres - Armements"

Derniers articles de la thématique « Mémoire » :

Projection du film "Ni dieu ni maitre. une histoire de L’anarchisme"

Samedi 27 mai à 15 heures à la librairie La Gryffe, Rencontre/débat autour de la projection du documentaire "Ni dieu ni maitre. une histoire de L’anarchisme" 1 La Volupté de la destruction + scènes coupées et extraits du volet 3 Les réseaux de la colère présenté par Tancrede Ramonet suivi d’une...

> Tous les articles "Mémoire"