Un exemple du cynisme et du mépris de la (non) politique du vélo à Lyon

25554 visites
3 compléments

J’ai pu me procurer la réponse de la mairie de Lyon, en date du 3 juillet 2007, aux associations de cyclistes lyonnais.es à propos du comportement de la police à leur encontre, en particulier sur le pont Morand, mais pas seulement (voir Quand la police municipale harcèle les cyclistes, des associations se rebiffent et la réponse en bas de l’article.)

D’abord, écrire à messieurs Touraine, Collomb, Vesco et Slimani [1] pour les problèmes des cyclistes avec la maréchaussée, c’est donc se faire répondre par Isabelle Mercier, “Directeur Adjoint en charge de la Délégation au Service au public et à la Sécurité”, titre ronflant, masculinisé et plein de majuscules pour ne pas dire qu’elle est la cheffe de la police municipale... D’ailleurs, elle est commissaire principale en disponibilité. C’est un peu comme si vous appeliez pour un incendie et que l’on vous envoyait un pompier pyromane, non ?

Évidemment, la fliquette en chef ne peut que rappeler bêtement que “la loi, c’est la loi”, mais en se gardant bien de répondre à la question de l’acharnement tracassier dont font preuve ses sbires et qui est est une des motivations majeures du courrier des associations. [2]

Mais si cette dame est bien (dé)formée pour faire vétilleusement respecter la loi, aussi stupide soit-elle [3], on ne voit pas en quoi elle est compétente pour affirmer que les quatre voies du pont Morand « ne permettent pas en l’état l’implantation d’une piste ou d’une bande cyclable ». Elle a fait des études d’urbanisme urbain, la madame ?

JPEG - 16.6 ko

On voit bien ici par ce type de réponse que, derrière l’esbrouffe de leur communication à partir de l’initiative des vélo’v de Decaux, qui n’est nullement la leur mais qu’ils se sont appropriée, nos élu.es lyonnais.es et leur administration bureaucratique n’ont toujours rien compris à la réalité de la situation, puisque non seulement ils et elles continuent à penser en automobilistes à la place des cyclistes, mais de plus font « penser » et pontifier les flics à leur place ! [4]

Par ailleurs, et la fonction créant l’orgasme, elle a bien dû rigoler, l’argousine en chef, en écrivant que « les cyclistes ont la possibilité d’y circuler [sur le pont Morand] en tenant leur vélo à la main » et que dans ce cas, « redevenant piétons »[..] « aucune poursuite ne peut être engagée à leur encontre. » Une lapalissade digne de Pierre Dac, Raymond Devos et Coluche réunis. Quel mépris !

Étonnez-vous après ça que fourmillent dans les réseaux de cyclistes les exemples de contrôles et de verbalisations absurdes faits le plus souvent dans un contexte de haine des cyclistes, avec infantilisation, humiliation voire provocation. [5] Des flics dont on se rend vite compte lors des échanges verbaux [6] qu’ils ne sont jamais que des automobilistes en uniforme, et qui, même équipés de bicyclettes, ne comprennent rien à nos angoisses d’usagers dues à la dangerosité de la voirie et à la pression de conducteurs et conductrices pour qui nous ne sommes que des gêneurs et des gêneuses. Des flics anxiogènes qui représentent un réel danger supplémentaire pour les deux-roues !

Et nous, on rit jaune quand monsieur Touraine ose déclarer en mai 2007 à Maire info que « la brigade cycliste, composée d’une dizaine de policiers municipaux à vélo, « n’a pas pour mission de verbaliser, mais plutôt de faire respecter la prudence »  ». Un concentré de l’hypocrisie et de la duplicité du socialisme verdâtre à la Collomb, en somme...

Comme on est loin de l’article 1 de la loi « Loti » [7] qui déclame que «  le système de transports intérieurs doit satisfaire les besoins des usagers dans les conditions économiques, sociales et environnementales les plus avantageuses pour la collectivité . »

Décidément, la non politique du vélo à Lyon restera comme une des impostures majeures de ce mandat municipal des socialistes, des communistes et des « Verts ». J’y reviendrai, avec des exemples concrets, comme par exemple le mensonge que constitue la présentation des voies cyclables sur le site du Grand Lyon...

En attendant, outre répondre à cet article, je vous invite à :

* écrire des articles sur le sujet sur Rebellyon,

* enrichir le cahier de doléances de Pignon sur rue,

* rejoindre une association de cyclistes,

* et à participer aux manifestives de la vélorution : la prochaine partira le samedi 25 août à 15h de l’opéra.

Ferker, cycliste vraiment en colère !

JPEG - 141.3 ko
Cliquer pour agrandir

P.-S.

La photo a été aimablement piquée sur cette page du site de la vélorution.

Notes

[1Jean-louis Touraine : premier adjoint au maire aux déplacements, à la tranquillité publique, à la décentralisation et aux affaires sociales et solidarité (rien que ça !) septième vice-président de la communauté urbaine du Grand Lyon où il est chargé de la coordination du pôle politique des déplacements, conseiller général du Rhône, et député PS de la troisième circonscription du Rhône depuis juin 2007 aussi..) ;
Gérard Collomb : maire de Lyon depuis 2001, président de la communauté urbaine du Grand-Lyon, sénateur depuis 1999, président de l’association des communautés urbaines de France ( 2006-2007). PS tendance ségoléno-kouchnérienne pour faire court ;
Gilles Vesco : quatorzième vice-président du Grand-Lyon, chargé des nouvelles utilisations de l’espace public, des plans des déplacements doux, du suivi et développement du projet vélov’, de la sécurité des déplacements non motorisés, et des nouvelles technologies dans l’espace urbain (ouf !) Il est apparenté UDF depuis que celle-ci l’a suspendu en mai 2006 pour avoir prôné à haute voix une alliance PS-UDF, alors que c’est un secret de guignol que Collomb el Michel Mercier, président du conseil général du Rhône s’entendent comme larrons en foire pour faire obstacle à l’UMP ;
Keroum Slimani : chef de projet « modes de déplacements doux » à la direction de la voirie du Grand Lyon ; le technocrate de la bande donc.

[2À propos des amendes à 90 €, on est ravi.e de savoir quil s’agit d’une amende forfaitaire minorée (!) mais remarquons tout de même qu’avec une ou deux à ce tarif-là, on arrive au prix de la bécane pour beaucoup d’entre nous ; un peu comme si pour deux infractions au volant, on réclamait le prix de la voiture ! Oui, les cyclistes sont aussi de bonnes vaches à lait...

[3C’est le respect pointilleux et chicanier de la loi qui est stupide, hein ! Ce n’est pas Mme Mercier. L’est tout de même commissaire...

[4On en avait déjà eu l’intuition dès la première communication à propos des vélo’v sur les fameuses sucettes Decaux : « en vélo, on n’empiète pas sur le territoire des autres » ; voir l’article de Rebellyon de mai 2006 où je parlais déjà de la hargne des flics, qui n’a fait que croître depuis. On a maintenant assez de recul pour affirmer qu’à Lyon, ce sont bien les cyclistes qui sont considéré.es comme sources de dangers, (de nuisances ?) et non pas les aménagements pour le moins médiocres de la voirie et le comportement de bien des automobilistes perturbé.es dans leurs droits à polluer et à se défouler.

[5N’oublions jamais que depuis Sarko, la mode est chez les flics à non seulement « faire du crâne », c’est à dire verbaliser un maximum, mais aussi à provoquer à l’outrage et à la rébellion pour arrondir ses fins de mois personnelles en obtenant facilement des dommages et intérêts à titre individuel au tribunal .

[6Si vous ne faites pas profil bas et ne vous confondez pas en excuses du genre « j’le f’rai plus, m’ssieur l’agent [ou] m’dame la policière », vous n’êtes pas loin de l’outrage. Alors, ne parlons pas de discussion !

[7Loi Loti : Loi d’orientation des transports intérieurs n°82-1153 du 30 décembre 1982, consolidée le 7 mars 2007, lisible ici.

Proposer un complément d'info

Les compléments d'infos ont été désactivés temporairement.

Le collectif d'annimation tourne en effectif minimum jusqu'au moins septembre et se concentrera autant que possible sur vos propositions d'articles.

  • Le 30 août 2007 à 16:13

    je me demandais si j’etais le seul a me rendre compte de l’archarnement grandissant envers les cyclistes. Surtout de la part de la brigade cycliste.

    visiblement non

  • Le 29 août 2007 à 02:17, par ferker

    parce que :
    - de ce côté, en allant vers les Brotteaux, la voie est étoite et forte la pression des automobilistes qui klaxonnent et parfois nous serrent contre le trottoir ;

    - de l’autre côté, 3 voies, avec des difficultés :
    à les prendre quand on vient des Brotteaux du sud par les quais, où de toute façon on ne peut faire autrement que d’emprunter le trottoir su 50m ;
    et à changer de file quand on veut venir sur la presqu’île et non pas remonter le quai vers le nord ou même enquiller la place Tolozan vers les rues des feuillants.

    Des élu.es, dont des Verts, avaient promis oralement de faire une voie cyclable. Mais comme c’est leur habitude, toujours oralement. Un leitmotiv : ne jamais laisser de traces, avoir des réponses alambiquées à des questions simples, et compter sur le découragement, la lassitude... Il faut savoir que leur parole ne vaut pas tripette ! On a déjà eu 6 ans pour s’en assurer...

  • Le 28 août 2007 à 23:54

    La photo illustre bien la situation du Pont Morand
    des trottoirs très étroits où se trouvent
    des familles avec bambins.

    Une chaussée complétement dégagée
    (de ce côté)
    Pourquoi ne pas l’emprunter ?

Publiez !

Comment publier sur Rebellyon.info?

Rebellyon.info n’est pas un collectif de rédaction, c’est un outil qui permet la publication d’articles que vous proposez. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment être publié !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail contact [at] rebellyon.info

Derniers articles de la thématique « Écologie / Anti-productivisme » :

› Tous les articles "Écologie / Anti-productivisme"